un forum pas comme les autres, libre et amusant.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes    Dim 14 Aoû - 20:39

ZOEY ADRIANA SILVER LATER 1 YEAR
NEW YORK - 27 Juillet 2012 - Cap ou pas cap de se revoir dans 1 an


Assise sur le rebord de l’empire State Bulding, Zoey laissa pendre ses jambes dans cet immense vide qui la séparait du bitume humide de New York sans aucune peur . Pourquoi aurait-elle peur après tout ? Elle était un vampire et de plus est , elle était comme déjà morte. Son cœur avait cessé de battre ce 27 juillet 2011 lorsque Cage l’avait quitté. Ce vide entre elle est le ciment n’était autre que le symbole du vide qui s’était crée en elle , du vide qu’il avait laissé. Jamais elle ne pourrait aimé quelqu’un d’autre comme elle l’avait fait avec lui , jamais elle ne pourrait aimer quelqu’un d’autre tout compte fait. Souvent Liam avait comparé Zoey à un orque. Cet immense mammifère marin qui n’était capable d’aimer qu’une seule fois. Bien entendu la jeune femme s’était révolté contre lui , outré qu’il la compare à ce gros animal mais depuis elle s’était rendu compte qu’au fond il avait raison et qu’il la connaissait bien. Cela faisait maintenant 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes qu'elle n'avait pas vu Cage, quel n’avait pas vu l’homme qu’elle n’avait jamais cessé d’aimer malgré tout. Son cœur était toujours à lui, même si à l’heure actuel , un autre homme pensait le détenir. Julien … La jeune Brésilienne s’en voulait d’utiliser un homme aussi gentil que lui dans le seul but de ne pas être seul , dans le seul but de se sentir importante aux yeux de quelqu’un, dans le seul but de simplement se sentir aimé …. La pluie battait encore son plein sur la ville de New York celle-ci semblait bien vouloir pleurer pour elle ce soir là. D’une légèreté incroyable , les gouttes roulèrent sur ses jours comme le feraient des larmes. Doucement elle leva son visage, les yeux fermés , vers se ciel obscure déchiré par des ignobles grondement de tonnerres mais aussi des éclaires éblouissants, la respiration haletante. A minuit pile , ce soir tout serait finir. Elle aurait gagnait le parie que Cage lui avait lancé ce soir là …  «  Cap ou pas cap de se revoir dans une année » . Zoey avait lu ce message le lendemain même , dans sa chambre en Italie , chambre qu’elle n’avait pas quitté pendant un certain temps. Même si tout ceci était débile , un doute subsistait au fin fond de son cœur au fin fond de son âme … Petit à petit elle se rappelait de cette soirée qu’elle avait tenté d’oublier. Elle s’était rappeler de cette seule phrase que Cage avait prononcé «  Zoey relève toi … ce n’est qu’un cauchemars » puis son éternel petit sourire… Jamais elle n’avait réussit à faire le lien avec toute cette histoire tiré d’un film d’un scénariste comme Spielberg ou encore Hitchcock …. Peut être s’était-elle crée ce moment de toute pièce peut être que tout ceci n’avait été que le fruit de son imagination , qu’elle avait tellement espérait qu’il lui dise une tel phrase qu’au final elle se l’était elle-même inventé …. Doucement elle ouvrit les yeux et sortit son portable de sa poche pour relire le seul message de Cage qu’elle avait reçu, celui qui lui proposé ce cap. Sur le moment elle se trouvait bien idiote que de penser à lui , que de penser que peut être tout redeviendrait comme avant maintenant que ces un an était passé ,qui s’est peut être que tout ceci était un coup manqué et que Cage n’avait pas pu faire autrement. A cette pensé elle éclata de rire , elle connaissait Cage égoïste et emplit de leurre jamais il n’aurait fait ça. Si il l’avait aimé comme il l’avait tant de fois prétendu il aurait trouvé un moyen … voila qu’elle voulait croire encore et à force de faire ça, elle se faisait encore du mal. Quelque minutes plus tard une éclairci vint illuminé le ciel , laissant apparaitre des milliers d’étoiles … Un signe du destin ? Peut être mais alors un signe bien ironique. Chaque soir lorsqu’elle avait le temps , elle ne pouvait pas s’empêcher ne serait que de jeter un coup d’œil vers le ciel dans les alentours des 21h.Un petit sourire traversa son visage lorsqu'elle repensa à ça, cependant tout ceci était plus douloureux qu'autre chose. Cette impression de l'avoir perdu était ancré en elle jusqu’à à la moelle épinière. Combien de temps était-elle resté dans ce sillon de mélancolie , dans cette orage qui déferlé son mal être jusqu‘au fin fond de son être, sa colère et cette haine qu'elle pouvait éprouver envers lui ? Bien trop longtemps et aujourd’hui encore elle en subissait encore les séquelles. Mais tout ses sentiments étaient dans un sens assez sécurisant et jouissif car cela lui prouvait bien qu’elle pouvait encore éprouver des sentiments. Il l’avait rendu faible et jamais elle n’aurait pensé l’être un jour. Il lui avait apprit la définition du mot amour , lui faisait vivre des choses que jamais elle n’aurait pensé vivre pour au final bâcler ce mot , lui retirer tout sens pour le reste de sa vie. Aujourd’hui la solitude faisait partie de son quotidien, bien qu’elle partageait son quotidien avec un nouvel homme , bien qu’elle s’était fait de nouveaux amis , elle ne s’était jamais sentit aussi seule. Les barrières qui s’étaient forgés autour d’elle était coriaces et personne ne pouvait les abattre , à part deux personnes. Valentina & Cage. Bien que tout ceci n’était autre que la conséquences des agissements de ce derniers, elle ne pouvait se résoudre à le sortir de sa vie mais aussi de ses pensés, bien qu’elle ne s’autorisait que très rarement à penser à lui. Dans un soupir lasse, elle se leva et alla chercher sur la petite table un nouveaux verre de vin se laissant tomber en arrière non pas dans le vide mais dans la petite balancelle que lui avait construite Julien…. Et ce fut avec un verre de trop dans le nez qu’elle se mit à repenser à cette année qui s’était écouler , sans lui , sans l’homme qu’elle n’avait jamais cesser d’aimer et qu’elle s’endormi sur toit, se sentant étrangement petite dans cette immense ville.


Senza te la vita non vale più la pena di essere vissuto
NAPLES - Aout - Septembre 2011


Cela faisait maintenant deux mois que Zoey était ici, en Italie, cela faisait deux mois que Cage l’avait lamentablement plaqué. Maintenant elle en était certaine il ne l’aimait pas. Si il l’avait aimé , jamais il ne l’aurait laissé partir, il aurait dit quelque chose, il lui aurait dit que oui il l’aimait plus que tout… mais non il n’avait rien dit , elle avait juste eu le droit à un regard et encore. Enfermé dans sa chambre depuis tout ce temps , sortant juste pour ‘’manger’’ et aller voir Nana. La jeune femme passait ses journée à regarder des films à l’eau de rose, des vrais films de fille en peignoir, un pot de glace à la main et une boite de chocolat dans l’autre. Cependant elle ne pouvait rien avaler, c’était juste une sorte de cliché. Elle se laissa tomber en arrière sur son lit tout en lançant un cousin sur la télé et appuya sur le bouton off de la télévision. Petite Zoey était ce genre d'enfant toujours pleine de question. Pourquoi les chenilles se transforme en papillon, pourquoi les gens meurent .... C'est quoi l'amour ? Cette question résonna de nouveau dans sa tête tout comme cette réponse que son père lui avait donné. Allongé sur son lit dans le noir complet, la tête enfoui dans son coussin comme ses deux dernier mois, elle se mit sur le dos repensant à tout cela.
FLASHBACK - «  Papa c’est quoi l’amour ? » Zoey avait ce petit sourire naïf que tout enfant arbore sur son visage alors qu’il était en quête de réponse , de savoir. Ses grands yeux bleue cherchèrent ceux de son père qui émit un petit soupir avant de poser son bras autour de ses épaules en la rapprochant de lui. Effectivement, trop peu de personnes connaissent la vraie signification de ce mot qui rassemble une quantité telle de sentiments. « C’est un mot très vaste ma chérie. En fait, tout le monde a un point de vue différent de l’amour et je serais très égoïste en te donnant le mien. » La petite fille, fit une petite moue, ce n’était pas réellement la réponse qu’elle attendait. Enfin de compte ce n’était pas vraiment une réponse. Durant un court instant son père se perdit dans des pensées lointaines.Il pourrait lui expliciter combien il avait aimé lui aussi, combien il continuerait de le faire avec elle. Doucement, il posa la main contre son cœur et reprit. « Il faut le ressentir. Pas seulement dans ta poitrine mais dans tes entrailles, au plus profond de toi-même et que tu puisses avoir l’impression de ne jamais t’en défaire. L’amour est un sentiment qui te fera toujours du mal, qui te brûlera de l’intérieur à tel point que tu imagineras en mourir un jour. Tu vas sentir ton cœur exploser plus d’une fois et je t’assure qu’il ne suffira pas de grand-chose pour que ça arrive. Un simple « je t’aime », une simple caresse, une simple présence. Tu te rendras compte combien une personne peut devenir un tout en une seconde à peine. Tu sais l'amour, le vrai, est une amitié profonde entre un homme et une femme. Ils se donne mutuellement l'un à l'autre. L'amour n'est pas si facile, si banal, si évident que l'on pourrait croire. Il ne se résume pas à quelques battement de cœur , ou à un sentiment passager. Non l'amour ne suffira jamais à de l'à peu près , l'amour est exigent et il exige des sacrifices et des efforts des deux côtés. » Une nouvelle fois, il émit un petit soupir ayant le regard vague, perdu.« Et quand c’est terminé papa comment tu fais alors ? » Le père de Zoey soupira, las.« Quand la personne te tourne le dos, tu sens … tu sens la faiblesse t’envahir jusqu’à la moelle épinière. Qu’importe ce qui pourrait te tomber dessus, ça n’aura jamais la même incidence que cet abandon là. Un soupir te paraît interminable, un battement de cœur ; l’enfer. Quand la personne s’en va, quand elle décide de mettre un point final à une belle histoire, la seule chose qui te reste à faire, ma chérie, c’est d’accepter en silence. Les larmes finissent par disparaître, peu importe le temps que cela peut prendre. Un sourire, puis un deuxième … Tu sais, le plus grand malheur dans la vie d’un Homme c’est de recommencer plusieurs fois la même erreur. Aimer, aimer encore et encore. Chacun d’entre nous a besoin de sentir le regard d’un autre sur soi. On a besoin de se sentir important aux yeux de quelqu’un. Et ça, tu vois, ce n’est pas un sentiment éphémère. » La petite Zoey émit alors un léger petit rictus et répondit « J’aime bien l’amour. On l’aime tous n’est-ce pas ? » « Oui, tout le monde aime l’amour ; certains prennent plus de temps à le comprendre et à l’encaisser que d’autres. »

En repensant à cela , Zoey eu envie de rire aux éclats, de se moquer de cette naïveté dont elle avait toujours fait preuves au final. Aimait-elle encore l’amour ? Pas vraiment non , en cet instant elle comprit plus que jamais ce que son père voulut lui dire quand il parlait qu’un soupir paraissait interminable et un battement de cœur ; l’enfer. Depuis tout ce temps elle avait eu cet impression de ne plus savoir respirer. En faite c’était pire que l’enfer , l’enfer à côté paraissait être plaisant. Cependant Zoey fut tiré de ses songes par un petit toquement. Essuyant ses larmes, elle se leva et ferma son peignoir autour de sa taille. «  Deux minutes » dit-elle. La jeune brésilienne, se hâta et alla regarder son reflet dans son miroir. Elle avait l’impression de voir un cadavre, sa peau normalement hâlé avait laissé place à un teint blafard accompagné de cernes et de poches sous les yeux d’une couleur violacée presque noir. S’aspergeant d’un peu d’eau, elle détacha ses cheveux afin de se cacher légèrement et alla ouvrir la porte. Elle découvrit devant sa porte son oncle, le visage fermé, ne laissant entrevoir qu’une expression de vague tristesse que de voir sa nièce dans cet état là. « Zoey sa peut plus continuer comme ça , tu ne peux pas rester enfermer dans ta chambre, regarde t‘as la peau sur les os. Il ne t’aime pas, il te l’a fait comprendre, de toute façon il ne te méritait pas …. Tu trouveras quelqu’un d’autre qui sera te rendre heureuse ma chérie tu verras j’en suis certain. Il faut que tu te change les idées , part avec Laora et Rosie …. C’est pour ton bien. » Zoey soupira et hocha doucement la tête avant de se mordre la lèvre, se disant qu’au final c’était peut être le mieux qu’elle avait à faire, partir en mission avec deux autres agents « Puis j’ai une surprise pour toi, regarde qui je suis allé chercher …. » Son oncle ouvrit un peu plus la porte et découvrit la personne la plus importante au monde ; sa fille. Zoey fit un pas en arrière, elle ne voulait pas voir sa fille comme ça , dans cet état alors qu’elle avait fait des pieds et des mains pour ne pas qu’elle puisse lire son visage à quel point elle pouvait souffrir, à quel point elle se sentait si seule et désemparé sans Cage. C’était plus fort qu’elle combien de fois avait-elle voulu mourir pour ne pas ressentir tout ces sentiments qui n’avait que pour seul but la mettre plus bas que terre. Ravalant sa salive elle se précipita dans les bras de sa fille , tentant ainsi de se cacher et de reprendre ce masque de neutralité qu’elle avait prit pour habitude de s’infliger lorsqu’elle avait affaire à diverse personne, surtout à sa fille. La jeune brésilienne leva son regard vers son oncle, un regard emplit de reproche mais aussi de mélancolie. Laissant quelque larmes rouler sur ses joues elle nicha son visage dans le cou de sa fille , se cachant à nouveau dans ses long cheveux brun. A croire qu’elle ne savait faire plus que ça , se cacher. Elle sentit les petits doigts de sa fille se poser sur ses épaules, tentant de ramener le visage de sa mère face à elle pour la regarder. Zoey se laissa faire et pour la première fois elle ne tenta pas de lui échapper. Elle baissa cependant le regard. Ces yeux n’avaient plus cet éclat de bonheur , animait par l’ amour que Cage lui portait. Valentina essuya les joues de sa mère sans rien dire avant de plonger son regard dans le sien. Giovanni quitta la pièce laissant une intimité aux deux jeunes femmes, sentant qu’elles en avaient plus que besoin en cet instant.  «  Maman pourquoi tu pleures ? » Zoey ravala sa saliva et esquissa un petit sourire légèrement faux, essuyant ses joues avec sa manche «  C’est parce que je suis heureuse de te voir Nana , tu m’as tellement manqué si tu savais » Zoey ferma les yeux un instant pour les rouvrir , il fallait qu’elle soit forte pour sa fille, elle le devait. Comment allait-elle pouvoir protéger sa fille tout les aléas de la vie en restant ici , enfermé dans le noir à consumer sa mélancolie . Elle ne le pouvait pas et elle ne le devait pas. «  Maman ; tu m’as manqué encore plus » Les mots de sa fille vinrent résonner dans son esprit. Zoey se tourna pour voir sa fille , se fut comme un déclique. Elle devait aller de l’avant, elle devait guérir de ses maux qui prenait plaisir à la détruire un peu plus chaque jour. Oui elle le devait pour elle-même mais plus particulièrement pour sa fille. Cette petite chose fragile qui ne faisait que subir encore et encore. Elle se baissa pour arriver au niveau de sa fille, caressant ses cheveux avant de dégager son visage de ceux-ci et pour la première fois en 2 mois elle eu un véritable sourire.  «  Non c’est impossible , je t’aime toujours une fois de plus que toi ma chérie et ça tu ne pourras jamais rien y faire » Elle lui fit un bisous sur le bout du nez et alla ouvrir les fenêtre de sa chambre plonger dans l’obscurité. Cette pièce sombre avait été bien trop longtemps le reflet de son cœur et de son âme : dévasté mais aujourd’hui tout ceci allait changer pour Valentina. Zoey s’empressa d’aller prendre une douche et de s’occuper d’elle avec l’aide de Nana , tentant de refaire surface. Une semaine après elle décida de prendre en compte ce que lui avait dit son oncle et parti en mission. Elle savait que cela durerait quelque mois mais elle s’était tout de même promis de venir voir Valentina à chaque fois qu’elle le pouvais sans la mettre en danger cela va de sois , elle prenait donc toujours autant de précaution. Pendant cette mission qu’elle partageait avec deux autres agents qui étaient devenue de grandes amies à elle , elle rencontra Julien ,un des meilleurs agents que son oncles n’ait jamais eu et qu’il espérait ferait partie de la famille. Bien entendu il avait à de nombreuses reprises tentait de les mettre ensemble mais Zoey n’avait jamais appréciait cette façon que de forcer le destin, elle avait toujours vécu au jour le jour et jamais elle ne voudrait que sa vie soit planifié de la sorte. Cependant durant ce temps qui lui avait paru bien long mais qui en passant lui avait était nécessaire pour avancer si l’on peut dire les choses comme ceci, il avait était une épaule pour elle mais aussi une petite éclairci. Il avait su la faire rire durant les pires moment de sa courte vie , avait su lui changer les idées et tout ceci avait était important . Cependant il était plus devenu un ami qu’autre chose pour elle au grand damne de son chère oncle qui semblé aimer se mêler plus qu’il ne le devrait de la vie de sa nièce.


L'egoista è triste perché aspetta la felicità.
NAPLES - 18 DECEMBRE 2011


Zoey était revenu de sa mission il y‘a de cela seulement deux jours et son oncle avait déjà décidé d’organiser l’une des soirée les plus prisé d’Italie comme à chaque fois en l’honneur des héros afin de les remercier de ce qu’ils avaient fait pour la famille. Même si les raisons restaient secrètes se fut avant tout Zoey qui fut mise en avant, pour son plus grand désespoir. Elle n’aimait pas être le centre d’intérêt , elle trouvait cela extrêmement narcissique mais aussi intimidant car elle savait que durant tout le long de cette fichu réception elle allait avoir plus d’une centaine de regards rivés sur elle. Cependant elle savait que tout ceci partait d’une bonne intention, que son oncle faisait ça pour la remercier mais aussi pour continuer à lui changer les esprit même si derrière tout ceci se cacher une raison précise. Ayant apprit l’intérêt que Julien portait à Zoey , il voulait en quelque sorte la poussait dans ses bras, trouvant que ce jeune homme était le partie idéal pour sa nièce. Pourtant la jeune brésilienne n’avait envie que de deux chose : se reposer et profiter de sa fille qui allait partir voir son père pour deux semaine tout entière. Zoey était heureuse de savoir que malgré la séparation et la distance, ils avaient su garder leur relation père/ fille intact. C’était l’une des choses qui lui importait le plus; le bonheur de Valentina. Tandis qu’elle entendait le personnel engagé par Giovanni s'affairés dans la salle de réception au rez de chaussez , Zoey se laissa tomber sur son lit soufflant un bon coup avant de se faire sauter dessus par une petite tornade brune. Zoey fit les gros yeux et se plia sur elle-même. «  ARRR , Nana je viens de manger c’est a tes risques et périls » dit-elle en riant avant de retourner sa fille sur le lit pour lui faire un tas de chatouille et un tas de bisous. «  Alors qu’Est-ce que t’as fait ce matin ma puce ? » En effet ce matin Zoey avait jouer les feignasse, elle qui aimait dormir elle n’avait pas dérober à la règles et avait trainé jusqu’à 14h. Allongé dans le lit , la tête de sa fille contre son épaule elle l’écouta avec plaisir lui raconter tout ce qu’elle avait fait , c’était si mignon de la voir partir dans des monologues tout comme elle pouvait le faire. Tout ceci inondé d’une innocence enfantine . Elle fut tout de même surprise en apprenant que Julien lui avait apprit à monter à cheval. Un petit sourire naquit alors sur son visage tout en regardant le plafond. Jamais elle n’aurait pensé qu’il prête autant d’attention à sa fille et au fond d’elle, elle trouvait sa mignon. Passant alors l’après midi ensemble , l’heure était venu de se préparer et contre tout attende se fut un tas de femme qui vint préparer Zoey. Agréablement surprise elle se laissa faire, tout ceci la détendait et se faire chouchouter lui avait un peu manquer il fallait l’avouer.


Une fois préparer Zoey , se regarda dans le miroir et arrangea ses cheveux et souffla un peu. Stressé oui elle l’était. Éteignant les lumières de sa chambre, elle ferma la porte et alla vers le grand escalier en marbre , s’appuyant sur la rampe d’escalier profitant ainsi du spectacle de son petit perchoir. Elle n’avait nullement envie de s’y rendre, de devoir faire des sourires forcée pour la plupart du temps. Dans ses rêverie comme toujours , la jeune brésilienne se fit surprendre par un petit raclement de gorge et une main sur son épaule. Elle mit un instant à se retourner , ce demandant encore qui pouvait bien la déranger. Pas que Zoey était devenu un être antisociale , au contraire elle était resté la même quoi qu’un peu plus renfermé au grès du temps. Cependant quand elle remarqua que la main qui se trouvait sur son épaule n’était d’autre que celle de Julien , elle ne pu que sourire et attraper la coupe de champagne qu’il lui avait apporté. «  Tu m’as fait peur … mais merci. Merci pour Valentina aussi tu l’aurais vu tout à l’heure quand elle me racontait votre balade à chevale elle était heureuse … » Zoey avait les yeux tout brillant , en même temps c’était cela à chaque fois qu’elle parlait de sa fille. Elle en était amoureuse plus que jamais. «  De rien je voulais lui faire plaisir , puis te faire plaisir aussi par la même occasion » Zoey fit un petit sourire , légèrement intimidait . Tout deux restèrent au même endroit durant une ou bien deux heures à discuter de tout et de rien. C’était un moment simple , un moment comme elle les aimait. Mais au bout d’un moment son oncle arriva et lui présenta tout un tas de monde étant obligé de laissé Julien sur le côté même ci cette soirée lui était dédié également. Elle lui fit un petit signe de la main avait de se faire embarqué. Voila ce qu’elle détestait , être obligé de faire des courbettes à des gens qu’elle n’appréciait pas forcément mais qui faisait partie du gratin Italien donc … c’était une obligation. Une musique retendit dans la salle , c’était du tango et encore une fois elle se devait de faire acte de présence durant cette danse. Zoey se plaça dans la rangée des filles et se retrouva avec un vieil italien qui avait encore des résidu d’amuse gueule au coin des lèvres. Grimaçante , elle n’attendait qu’une seule chose que le changement de partenaire se fasse et à son plus grand bonheur elle se retrouva par la suite dans les bras de Julien . «  Julien ; tu viens de me sauver la vie …. » dit-elle en riant avant de danser selon les règles. Souriante , elle avait enfin trouvé un partenaire à sa hauteur et une fois que la danse fut finit , le jeune homme l’entraina hors de la salle pour se promener dans les jardins. C’est la que sous un petit porche éclairé que Julien confirma les sentiments qu’il avait pour la jeune brésilienne depuis le premier jour. Zoey resta légèrement bête face à lui ne sachant que répondre. Elle éprouvait une infinie tendresse pour lui certes mais l’amour n’y étais pas. Elle ne se sentait plus capable d’aimer , c’était comme si son cœur c’était emmuré et qu’aucun sentiment ne pouvait s’infiltrer à travers cette nouvelle carapace qu’elle avait réussit à se forger durant cette mission. Cependant , Julien était un homme plus que gentil , il aimait Valentina , lui faisant découvrir tout un tas de nouvelle chose , puis Nana l’aimait bien aussi … quant à Zoey c’est vrai qu’elle avait besoin de tendresse , de se sentir importante , parce que depuis ce fameux soir , toute la confiance qu’elle avait en elle avait disparu … Elle fronça légèrement les sourcils avant de se mettre sur la pointe des pieds et de déposer un petit baiser sur les lèvres du jeune homme … Sans rien dire d’autre. Peut être qu’avec lui , elle allait réussir à oublier Cage , peut être qu’il allait lui donner plus que ce qu’elle ne pensait …. Zoey se recula doucement et lui fit un petit sourire avant d'hausser une épaule timidement. Quelque instant après elle sentit les bras de Julien se refermer autour d’elle. Un autour de sa taille et l’autre autour de son cou commençant ainsi une petite danse tendre. Zoey posa son visage contre son cou et laissa son regard trainer sur l’obscurité de la nuit … Qu’était-elle entrain de faire ? Une erreur elle le savait mais c’était une erreur qu’elle appréciait sur le moment. C’est qu’en sentant les bras de cet homme autour d’elle , elle s’était sentit de nouveau en sécurité comme elle l’avait pu l’être avant, elle savait qu’avec lui , elle n’avait plus rien à craindre, c’était un sentiment purement égoïste elle en avait pleinement conscience…


L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs
NICE -24 Juin 2011



FLASH BACK – France, côte d'azur, Nice.


19h30 : Les yeux bandés, Zoey se laissa entraîner par Julien, pour une petite surprise … Les rires étaient au rendez-vous comme d'habitude , surtout en cet instant qui mettez bien en avant l'adresse incroyable de Miss Silver (aa) Elle avait réussit à « tourner la page » en quelque sorte,Elle s'interdisait juste à penser à lui, à son visage, à sa voix, à son regard, à ses lèvres, à ses bras … Certes elle se mentait à elle même mais c'était la seule manière qu'elle avait trouvé pour ne pas redevenir une lock comme elle avait pu l'être les premiers jours, Debout, attendant que Julien installe la couverture, ses doigts la démangèrent. L'envie de lever le bandeau qui lui caché les yeux était plus forte qu'elle. Cette impatience et cette curiosité l'animait toujours autant.

« Je peux regarder maintenant ? Allé dis oui. J'en peux plus, puis j'en suis sure que je suis allergique au tissue, t'aimerais pas que j'ai les yeux bouffis non ? Puis imagine qu'il reste comme ça à vie ? Oui alors je pense qu'il serrait plus prudent que tu me l'enlève … » dit-elle en tentant d'être la plus sérieuse possible, cependant elle avait toujours ce petit sourire en coin qui venait la trahir. L'envie de savoir ce qu'il se tramait était de plus en plus forte.« Attend encore quelque seconde. Puis j'en suis sure que même avec les yeux bouffis tu ferais des ravages... C'est fou comme tu peux être impatiente. On m'a toujours dit que plus on attendant et plus c'est bon » dit-il avec un petit sourire.

Zoey lui tira la langue mais se calma légèrement. Quelque instant plus tard comme promis, elle sentit les longs doigts froids de son compagnon se poser sur sa nuque pour remontrer doucement sur son visage afin de défaire la soie qu'il avait noué autour de ses yeux. Enfin libre, étrangement elle avait les paupières closes, elle les ouvrit doucement et resta stupéfaite devant ce petit aménagement assez romantique qu'il avait pu faire. Une couverture rouge était posé à même le sol, contrastant à merveille avec la couleur argenté du sable. Dessus était posé un petit panier en osier couleur ébène, à côté de ceci des chandelles y étaient allumés. Zoey ne pu s'empêcher de sourire devant cette petite scène mais ne pu faire autrement que de se poser des questions.

« C'est pas mon anniversaire aujourd'hui, ce n'est pas le tiens, c'est pas noël non plus, ce n'est pas … » Cependant elle se fit coupé dans son élan par Julien, qui avait plaqué ses lèvres contre les siennes. Souriant contre ses lèvres, elle s'en détacha et noua ses mains autour de sa nuque.« Tais toi un peu, je n'ai pas besoin d'une occasion spécial pour faire ça à ce que je sache enfin c'est toi mon occasion spécial. »Zoey bomba légèrement la lèvre à ces dires, c'était mignon et pencha la tête sur le côté « Dans ce cas ton occasion spécial meurt de faim mon bonhomme » dit-elle en riant. Elle se frotta les mains et s'asseya sur la couverture à genoux avant de se laisser tomber sur le côté.

Après quelque verre de vin rouge, purement français ainsi qu'après le repas, elle se laissa tomber sur le dos , posant une main sur son ventre qui était lourd et laissa son regard naviguer un peu partout, le cadre était tout simplement idyllique. Le léger bruit des vagues en fond sonore, la fraîcheur de l'air marin, la douceur de la nuit.... Zoey fut tiré de ses songes par un petit raclement de gorge. En se relevant pour voir ce qu'il se passait elle vit Julien, un genoux posé à terre devant elle, un écrin en velours noir entre les mains. La panique de Zoey augmenta d'un cran surtout quand il ouvrit la petite boite. La gorge sèche, elle prit une autre gorgée de vin rouge le terminant même puis leva son regard vers Julien complètement paniquée.

« Cela peu paraître un peu rapide, mais je suis complètement fou de toi. Chaque jour, je me dis que j'ai de la chance de t'avoir à mes côtés. La vie ne tiens qu'à un file et j'aimerais que se soit toi, ce file. Je veux passer mon éternité à tes côtés, voir ton sourire chaque matin , me coucher en te tenant dans mes bras et me perdre chaque seconde de mon existence dans l'intensité de ton regard. Zoey Adriana Silver accepterais-tu de m'épouser et faire de moi l'homme le plus heureux que la terre n'est jamais porté ? ». Aucun mot ne voulait sortir de sa bouche complètement choqué par cette demande. Ses lèvres restés ouvertes ne lui permettaient pas de respirer convenablement. Automatiquement elle porta sa main à sa gorge et réussit à articuler quelques mots.« C'est une blague ?! C'est ça ? Les gars vous pouvez sortir, vous m'avez bien eu … ». Elle pu enfin rire, se persuadant ainsi que tout cela n'était qu'une farce mais quand elle vit au bout d'un moment que personne ne sortait puis le regard de Julien posé sur elle avec un léger petit sourire quant à sa réaction, elle comprit que tout ceci était vrai. Que toute cette mise en scène était bien vrai.« Écoute Zoey, je sais que tu as du mal avec le mariage mais je te rendrais heureuse. Je t'aime et l'idée même que de te voir malheureuse m'est totalement inconcevable. Je veux être celui qui occupera ton cœur en permanence comme tu occupes le mien. Je veux tout faire pour te rendre heureuse, te donner ce bonheur et cet amour que tu mérites tant » lui dit-il en attrapant sa main.


Toujours en état de choque, elle enleva sa main de la sienne la faisant glissé avec lenteur. Le cœur battant elle se demandait toujours si ceci n'était pas qu'un mauvais rêve. Elle ne voulait pas se marier, c'était contre ses convictions, pour elle cela n'avait aucune significations. Elle venait de réaliser qu'en faite si, c'était un engagement, une contrainte , une perte de liberté en quelque sorte. Alors qu'intérieurement elle dénigré le mariage dans toute ses coutures, le bruit de la montre de Julien vint la tirer de ses pensés. Elle attrapa le poignet de julien afin de regarder l'heure qu'il était. 21h. Elle leva les yeux au ciel et vit cette magnifique nuit étoilés qu'il s'offrait à elle en cet instant. Depuis sa séparation avec Cage, elle n'avait plus jamais regardé le ciel à cette heure ci jusqu'à ce jour. C'était d'une ironie affolante. Elle avait rendez-vous avec l'homme qu'elle aimait plus que tout alors que l'homme pour qui elle éprouvait une infinie tendresse venais de lui dire que la seule chose qu'il voulait c'était de la rendre heureuse, de pouvoir l'aimer alors que Cage, lui, n'avait rien su dire ce fameux soir. La laissant partir alors que la décision lui revenait entre autre. Elle avait juste besoin qu'il prouve à son oncle qu'il était l'homme qu'il lui fallait et qu'il l'aimait.... Elle laissa couler quelque larmes sur ses joues, puis la colère qu'elle éprouvait contre lui revint à la surface comme pour lui rappeler qu'il avait tout gâché. Elle essuya rapidement ces petites gouttes d'eau sur ses joues et regarda Julien droit dans les yeux, tentant de sourire en hochant la tête.« Oui ... oui Julien , je veux que tu me rendes heureuse » dit-elle alors que sa voix au départ était légèrement cassé. Elle le laissa enfiler la bague de fiançailles à son annulaire droit et le prit aussitôt dans ses bras se sentant de suite après soulever dans les airs. Alors qu'il la faisait tournoyer, Zoey leva son regard vers le ciel encore une fois, le cœur lourd, regrettant déjà ses paroles. Cependant pourquoi ne pas rendre Julien heureux alors qu'elle savait qu'elle même ne pouvait plus l'être, heureuse ?!


Ma révolution porte ton nom
NEW YORK - PALM BAY - 27 juillet 2012


Aujourd’hui était le grand jour , le jour ou elle allait enfin récupérer sa fille. Se garant devant l’internat ou elle se trouvait , elle vit la directrice au long cheveux blanc lui faire des signes. Souriante Zoey les lui rendit avant de sortir de la voiture et de se faire sauter dessus par Nana . Surprise Zoey ne mit pas longtemps avant de la serrer fortement dans ses bras tout en la faisant tourner et de la bombarder d’un tas de bisous. Cela faisait 2 semaines qu’elle ne l’avait pas vu et bien évidement elle lui avait plus que manqué mais aujourd’hui était un jour spécial car c’était son dernier jour dans cet établissement. Zoey allait enfin pouvoir la récupérer. Valentina avait apprit à vivre en communauté pendant 1 an, ayant apprit à maitrisé ses envie et à se cacher ce qu’elle était aux de tous. C’était un établissement incontournable quand notre nature était différente des autres. Une sorte d’établissement à la Xmen ou l’on apprend à se gérer.

« Tu m’as manqué maman … »

Zoey écarta sa fille afin de pouvoir la voir et plongea son regard dans le sien un sourire aux lèvres. Elle était si heureuse de la récupérer , de pouvoir enfin vivre avec elle de nouveau. Il ne fallait pas croire que s’éloigner de sa fille avait été une chose aussi facile . Non Zoey avait eu l’impression l’avoir abandonné et bien entendu pour une mère ce n’était pas une chose facile, c’était même la plus dure.

« Tu m’as manqué encore plus ma chérie . »

De nouveau elle la serra dans ses bras. Quelque temps après , les deux jeunes femmes se rendirent dans le bureau de la directrice avant de faire le point sur l’évolution de Valentina … Zoey et Nana se regardèrent , en faite c’était l’ennuie total , elles se faisaient mais complètement chier What a Face Zoey roula des yeux tout en passant sa main dans ses cheveux , regardant Nana , puis tourna son visage vers la directrice en lui faisant un doux sourire. Du foutage de gueule ? ABSOLUMENT. En dessous du bureau , Nana et Zoey tchéquèrent sans faire de bruit.

« Oui oui absolument Mademoiselle Berry , merci pour tout , merci d’avoir aider Valentina…. Par contre nous allons devoir y aller , de la route nous attend …»

Zoey fit un sourire à Nana alors que cette dernière arqua un sourcil interrogative. Valentina ne savait pas qu’elles allaient emménagé à Palm Bay c’était une surprise qu’elle s’était gardé de lui dire. Aussi dure soit-il elle y était arrivé et secrètement Zoey était fière de la performance qu’elle venait de faire. Elle qui n’arrivait pas à garder sa langue quand au surprise c’était un exploit. Une fois dans la voiture Zoey fut bombarder de question mais ne succomba pas à la tentation que de tout lui dire. Non elle avait garder le secret jusqu’ici et elle n’allait pas tout gâcher maintenant. Alors que le paysage défilé encore et encore , doucement les deux filles arrivèrent aux abords de Palm Bay et c’est quand Valentina vit le panneau Palm Bay , qu’elle se retourna vers Zoey un grand sourire aux lèvres.

« Palm Bay ? On va voir papa ? »

Zoey secoua la tête et se rendit sur les hauteurs de Sago là ou se trouvait leur nouvelle maison. Nana sauta de la voiture pour voir ce qu’il se passait et quand elle comprit qu’elles revenaient habiter ici , elle sauta dans les bras de sa mère .

« Maman , c’est vrai on revient habiter ici ? » dit-elle avec un grand sourire. Zoey avait toujours aimé voir cette façon dont le visage de sa fille avait de s'éclairer lorsqu'elle était heureuse , elle était pour elle , la 8 éme merveille du monde bien que comparé à Valentina , les 7 autres n'étaient rien. Elle hocha doucement la tête, laissant un sourire se fendre sur ses lèvres. « Oui ma chérie c’est vrai … Toi , moi & Julien. »

Durant tout le reste de la journée les deux jeunes femmes se mirent à donner des ordres aux déménageurs afin d’aménager la maison comme elles le voulaient bien que de nombreuses chose étaient déjà installés . Comme de vrai dictateur et une fois que tout fut fini , elles se laissèrent tomber toutes les deux en même temps dans le canapé comme épuisés des efforts qu’elles avaient pu faire. Valentina s'allongea sur le canapé , tout en posant sa tête sur les jambes de Zoey qui en profita pour lui caresser les cheveux .

« Je suis contente qu’on reviennent habiter ici , je pourrais voir papa plus souvent puis j’aime cet endroit »

Zoey souria et lui souffla un petit je sais d’entre ses lèvres. Lorsque Valentina s’endormi , Zoey la prit dans ses bras pour la monter dans sa toute nouvelles chambre. Elle la regarda un instant avant de tourner les talons et d'éteindre la lumière en n'oubliant pas de brancher la petite veilleuse et ferma la porte doucement sans un bruit. Zoey descendit, en enlevant ses talons qui claquèrent contre le marbre afin de ne pas réveiller Valentina et se prit un verre de vin. Fâcheuse habitude qu'elle avait prit, elle avait l'impression d'être devenu, une de ces femmes de riches qui avait besoin d'un verre pour digérer cette vie ennuyeuse qu'elle avait . Sauf que pour Zoey c'était juste une façon de faire baisser cette tension qu'elle éprouver, cette envie de fuir à toute jambes. Elle n'avait pas su rendre heureux Cage, elle avait l'impression d'échouer dans son rôle de mère alors peut être, qu'elle devait essayer de casser cette chaîne et rendre heureux Julien. Elle bu d’une traite son verre de vin et le posa à même le sol avant d’attraper les clés de la maison ainsi que celle de sa voiture pour aller à la plage ….


Ne faut-il pas commencer par se haïr, lorsque l'on doit s'aimer.
PALM BAY - 27 Juillet 2012


Cet acte était purement irréfléchis. Zoey ne pensait pas en cet instant au conséquences que cela pourrait avoir sur elle. Du mal elle allait encore s’en faire c’était certain mais elle avait besoin qu’il sache qu’au final oui elle était entré sans son jeu … et elle était curieuse de savoir la suite des choses. Se garant sur le parking ,elle resta là un instant, se demandant si au final c’était une bonne chose. Lui aussi avait surement refait sa vie et elle ne savait pas vraiment si elle serait capable de le supporter. Elle profita alors de cette petite alizée qui était venu s’abattre sur la plage, ses pieds nues frôlant le sable. C’était une sensation divine , en cet instant elle se sentait libre , mais aussi toute petite , se rendant compte qu’elle s’était bien trop longtemps bouffait la vie. Alors qu’au final elle n’était elle aussi qu’un grain de sable parmi tant d’autre , parmi 7 millions d’autre grain de sable qui avaient eux aussi leur lots de problèmes , surement bien plus grave que les siens . Elle se sentait toute petite dans cet endroit et c’était pour ça que c’était son lieux favoris , tout ses problèmes s’envolaient. La jeune femme s’approchait de plus en plus du lieux redouté : le bungalow de Cage … son cœur se mit à battre à la chamade d’une manière totalement incontrôlable. Elle n’espérait qu’une seule chose, qu’il ne soit pas là. Tandis que le soleil venait de se coucher, elle se retrouva devant la porte de Cage… que devait-elle faire , sonner ? Frapper ? Fuir ? Ou prendre enfin ses responsabilités …. Doucement elle souffla et laissa glisser sa main sur la porte en bois …. C’était un magnifique Bungalow et d’après ce que lui avait dit Nana, Cage l’avait construit lui-même …. La porte sous ses doigts elle ressentait tout un tas de sentiment , l’euphorie du moment , de la haine, de l’amour, de la tristesse, du regret …. Tout se bousculait en elle et c’était assez agréable , elle ne s’était jamais autant sentit vivante pendant un an qu’en cet instant. Le seul homme qui est de l’effet sur elle était peut être à l’intérieur. Elle aimait s’imaginer qu’il était peut être endormis dans son fidèle hamac … cependant elle ne sentit aucune trace de présence dans cet endroit … Il n’était pas là et elle se trouvait bien pathétique, ici, devant cet porte. Peut être qu’il l’avait oublié … peut être que ce jeu n’avait été actuel que sur le moment ….. Un tas de peut être étaient venu s'immiscer dans sa tête, dans son esprit …. On doute toujours de ce qu’on aime le plus, une des phrases que Cage lui disait souvent. Bien entendu elle n’en avait jamais comprit le sens exacte car pour elle on ne devait pas douter de l’être aimé , mais aujourd’hui … elle comprenait. La jeune brésilienne regarda autour d’elle pour voir si personne n’était là … l’instant d’après elle sortit de son sac un petit tas de photo qu’elle avait gardés. Un sourire se format sur son visage en se rappelant de ce moment. Ils était tout deux dans la chambre de Cage , sur son lit tandis que Zoey était encore enceinte… et ils s’amusait à se prendre un tas de photo. Zoey les regarda l’une après l’autre et elle sentit son cœur se serré d’avantage… c’était si simple comme moment et même à travers les photo, l’amour qui s’en dégageait était si puissant qu’elle avait du mal à en détacher son regard. Passant son index sur la tête de Cage elle décida d’accéléré le pas , avant qu’il ne rentre. Zoey colla toute les photos sur la porte, faisant un petit pelmel de photo et sortit son parfum. Elle aspergea légèrement le doux parfum sur les photos puis sortit son tube de rouge à lèvre d’une couleur cinabre et inscrit sur les photos «  C A P » Elle en mit sur ses lèvres et déposa également une trace de ses lèvres sur une d’entre elles. Alors qu’elle venait tout juste de finir ce qu’elle avait voulu faire … Zoey se mit à rire devant l’application qu’elle y avait mit. Elle avait l’impression d’être une adolescente pré-pubère . Doucement elle se laissa glisser contre la porte, faisant claquer sa tête contre le bois et ria de nouveau tout en secouant la tête. Le regard rivé sur l’horizon , elle se sentit étrangement bien , ici , ce lieu était imprégné de l’odeur de Cage et là contre sa porte elle avait cette drôle d’impression que d’être dans ses bras. C’était stupide et maladroit elle le savait mais elle se raccrocher au peu qu’elle pouvait. Ce petit moment de réflexion vint renforcer ses doutes… elle était encore amoureuse de lui. Elle soupira et se leva tout en passant une main légère sur ses vêtements pour enlever le sable qui s’y été accroché et parti de la plage sans même regarder derrière elle. Elle couru vers sa voiture , la seule envie qu’elle avait envie de faire était d’aller se coucher avec Nana et de serrer sa fille contre elle durant toute la nuit. Sur la route elle ne mit que très peu de temps avant de rejoindre sa nouvelle maison , dépassant les limites de vitesses autorisés à chaque fois . Une fois arrivée, elle leva son regard vers cette immense demeure et soupira , tout ceci ne lui ressemblait pas… non ce n’était pas elle. Tout en baissant la tête elle entra et se rendit directement dans la salle de bain pour prendre une bonne douche et tenter de dégourdir son corps. Une fois fait elle alla se coucher auprès de Valentina , tout en la serrant dans ses bras et en déposant un baiser sur son front. Demain était un autre jour et c’est grâce à cela qu’elle avait tenu ces un an , en se disant que demain serait meilleur qu’aujourd’hui et qu’un an au final ce n’était que 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes et que ça passerait relativement vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes    Ven 4 Nov - 23:57

HISTOIRE DE ZOEY

EDITE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes    Ven 4 Nov - 23:57

1999, Brésil. Chez De santos. 21h00


Léa était dans un coin de la chambre, serrant son doudoupanda contre elle ainsi que son cousin , en pleur. Tandis que Zoey s’amusait avec ses amis , sautillant sur le lit tout en chantant a tue tête une chanson qui était à la mode en ce moment. Cependant quand elle tourna son regard vers sa petite sœur et qu’elle la vit comme ceci , elle arrêta tout mouvement et sauta du lit pour s’agenouiller devant la brunette au yeux marron. Lui levant son visage elle pencha la tête et lui retira son doudoupanda qu’elle serrait contre elle et qui lui empêchait de voir ses beau yeux. «  Mais qu’Est-ce qu’il y a Léa , allé vient avec moi on va s’amuser . Allé tiens sa te remontera le moral » dit-elle en sortant un petit paquet de Dragibus de la poche de son pull. Sa petite sœur souria et attrapa le paquet de bombons pour les manger mais elle resta là , renfermé sur elle-même. Zoey n’aimait pas voir sa sœur comme ça , elle s’asseya à côté d’elle et la prit dans ses bras tout en caressant ses cheveux avec douceur. «  Dis moi ce qu’il ne va pas Léa, tu vas pas resté là toute la soirée à pleurer dans ton coin non ? » La petite brunette releva son regard vers sa grande sœur tout en reniflant et haussa une épaule.  « Zoooooey …. Papaaa&Mamaaan … je … veux les voir. Je veux pas rester dormir ici , je veux rentrer à la maison. J’ai pas envie de resté làààààààà. !!!! » Zoey passa sa langue sur ses lèvres et les bomba tout en réfléchissant. Elle savait que ses parents n’était pas là qu’il avait profité de cette petite soirée pour allé manger chez des amis. «  Léa ils sont pas à la maison , ils sont chez Camilla & Davide puis ça va passer vite t’inquiète pas , allé viens avec moi on va s’amuser puis je te laisserais une petite place dans mon duvet. » La petite fille secoua la tête et recommença à pleurer ,devant tant de tristesse, Zoey se sentit complètement désemparé de voir sa petite sœur dans un tel état. Zoey secoua la tête et lui attrapa la main. «  Bon allé viens , on va les appeler mais je te garantis rien » Zoey regarda partout et alors qu’elle s’apprêtait à sortir avec sa sœur pour aller téléphoner a ses parents mais Kiara l’interpella «  Tu vas ou Zoey ?! Allé vient ! » Léa serra la main de Zoey pour qu’elle ne dise rien ne voulant pas passer pour le bébé de service «  Je dois allé faire pipi mais j’ai … peur tu noir alors ma sœur m’accompagne … » Zoey tourna son visage vers Léa en faisant les gros yeux alors qu’elle venait de perdre toute crédibilité mais en même temps sa veut dire quoi être crédible à 10 ans ? Rien du tout. Bien entendu elle entendit des petite messes basse et des rires dés sa sortie mais elle n’y prêta guère attention. Les deux petites filles déambulèrent dans les couloirs sans faire de bruit tel des fantômes. Zoey repéra le bureau du père de famille et demanda à Léa de rester devant. «  Bon je vais appelé papa et maman mais il va falloir que tu monte la garde avec doudoupanda ok … on sait jamais si quelqu’un arrive. Si jamais y’a quelqu’un qui approche de trop prés et qui va pour entrer mais toi à pleurer super fort ok ?! T’es prête pour cet mission ma Léa … c’est comme dans les totaly spies et arrête de râler cette fois c’est moi Sam et toi t’es Alex. Allé on synchronise nos montre à 3. 1.…2.….GO. » Les deux petites filles appuyèrent simultanément sur leur deux montres qu’elle avait eu au mcdo --’ Zoey entra dans la pièce et referma la porte derrière tout doucement. Courant vers le bureau , elle sentit son cœur battre à la chamade dans sa poitrine, l’adrénaline du moment prête à le faire exploser. Elle se mit sous le bureau en attrapant le téléphone et composa le numéro du portable de sa mère. Tuuuuuuuuuute Tuuuuuuuuuute au bout de la troisième sonnerie une femme à la voix douce décrocha.  «  Oui allo ? » Souriante Zoey fut soulagé de ne pas s’être trompé de numéros en même temps elle avait toujours eu cette mémoire photographique et aucun détail ne lui échappé.. Bref «  Maman , maman c’est Zoey … ne t’inquiète pas tout vas bien enfin … » Alessandra fut paniqué suite à l’appel de sa fille et commença à stressé ,sa voix montant d’un octave trop haut. «  Mais qu’Est-ce qu’il passe Zoey , tu es sure que tout vas bien ? Pourquoi tu m’appels à cet heure ci ? Tu es ou là ? Tu es sure que tout vas bien ? Passe moi Beatriz s’il te plait » Zoey roula des yeux posant sa main sur le combiné pour tenté de camouflé la voix de sa mère qui parlait un tantinet trop fort. «  Ecoute moi maman , tout vas pour le mieux, je suis dans le bureau de Hugo enfin ils ne le savent pas . Léa voulait rentré à la maison , elle n’arrête pas de pleuré mais elle ne voulait pas que je le dise de peur qu’on se moque d’elle. Alors j’ai du dire que j’allais faire pipi et que je voulais qu’elle m’accompagne parce que j’avais peur du noir --’ C’est la honte pour moi quand même … » La mère de Zoey éclata de rire au combinait ce qui fit froncé les sourcils de la petite fille , boudeuse voilà ce qu’elle était devenue. Non mais était-elle entrain de se moquer d’elle ? Sa propre mère ?! «  Maman c’est pas marrant , arrête de rire , tu pourras me changer d’école …. » Voilà qu’Alessandra se mit à rire de plus belle «  Ma chérie t’inquiète pas et c’est très gentil ce que tu as fait pour ta sœur. T’auras le droit à un beau cadeau. On va venir vous chercher et je dirais que c’est moi qui ne peux pas dormir sans vous , sa te vas ?! » Zoey souria et hocha la tête. «  Oui maman, je t’aime à tout de suite » «  Je t’aime moi aussi ma chérie. » Une dizaine de minutes plus tard personne n’était là. Zoey et sa sœur était dans la chambre près de leur affaire tandis que la petite fille brune au yeux bleue tenté de récupérer un tant soit peu de sa crédibilité. Léa quant à elle s’accrochait à sa sœur et ne la lâchait plus. Les deux petites filles allèrent se mettre dans le amas de cousins qui était posé au sol pour elle aussi commencer à regarder le film qui passait à la télé , sachant très bien qu’elles ne verraient pas la fin.

Au même moment chez Camilla & Davide.

Alessandra riait encore suite aux paroles de sa fille. Paolo regarda sa femme un sourcil arqué se demandant ce qu’il lui prenait jusqu’au moment où cette dernière s’approche de son mari et lui murmure la situation brièvement. Un sourire apparu sur le visage de ce dernier avant qu’il ne dise « Désolé les amis mais nous allons devoir rentrer, c’est pas que mais il y’en a qui travail demain ici » dit-il en riant avant de se prendre une serviette en plein dans la tête par son ami. Une bonne dizaine de minutes plus tard le couple était dans la voiture prêt à partir «  Bon raconte moi tout maintenant , qu’Est-ce qu’il se passe réellement ? Et bon dieu pourquoi Zoey veut changer d’école ? » dit-il en secouant la tête, les yeux rivées sur la route mouillée par la pluie qui commençait à tomber de plus en plus fort «  Figure toi qu’apparemment Zoey à perdu toute sa crédibilité face à ses amis de 10 ans , puisqu’elle a du raconter qu’elle avait envie de faire pipi et comme elle a peur du noir , cela justifié la présence de sa petite sœur de 7 ans. A vrai dire Léa ne voulait pas dormir là-bas . Elle a eu peur de l’orage en plus. Tu vois je te l’avais dit. Elle est trop jeune ! » Paola leva les yeux au ciel avant de rire. «  Ale, elle a 7 ans elle n’est pas trop jeune , t’ es une mère poule, si on t’écouter l’âge de la majorité serait 30 ans alors arrête un puis on va dire que c’était un coup d’essaie . Maintenant on sait qu’elle n’est pas prête et que c’est une froussarde comme sa mère …. » dit-il avec un petit sourire au coin des lèvres. Alessandra le regarda, la bouche en cœur et lui donna une petite tape derrière la tête. Paolo tourna la tête vers sa femme pour lui donner un furtif baisé . Un tout petit baiser sur les lèvres …. Qui leur coûta la vie. Se fut un tout petit moment , de toute petites secondes d’inattention mais un moment de trop. Alors que Paolo avait tourné son visage quelque petite seconde un camion qui roulait au dessus de la vitesse réglementé tout en sortant d ‘un virage en épingle. Ce dernier ne pu se reprendre , la chaussé étant bien trop mouillé & le chauffeur un peu trop bourré. Un énorme bruit de taule froissée raisonna à l’entrée de Salvador de Bahia. Le chauffeur routier en état second du à l’alcool mais aussi à l’accident vacilla jusqu’à à la voiture. Cependant cette dernière était tellement froissé qu’il était impossible que le routier puisse voir s’il y avait des survivants ou pas. Le routier pris peur et tourna les talons après avoir appeler la police ainsi que le samu. A croire qu’il lui restait un tantinet de bon sens malgré son taux d’alcoolémie.
[/color]
Quelques minutes plus tard, les sirène de la police ainsi que celle de l’ambulance retentissaient en cœur éclairant ainsi la pénombre de la nuit de leur gyrophare. Le bilan fut de suite dressé par les médecins. Il n’y avait aucun survivants de toute manière cela aurait relevé d’un miracle si un battement de cœur avait été présent. La police démantela la voiture sans l’abîmer afin de pouvoir conserver de quelconques indices pour pouvoir sortir les corps de l’habitacle qui écrasait complètement les deux brésiliens. Au même moment le téléphone d’Alessandra tomba au sol. Cette dernière l’ayant serré dans sa paume assez fortement. L’homme chercha dans les dernier appels émis ou reçu et vit qu’une bonne trentaine de minute avant que l’accident ne se produise Alessandra avait reçu un coup de fil. Il décida de rappeler.

Plusieurs tonalités après un homme décrocha le téléphone en riant , son rire accompagné par celui d’une bonne dizaine de fillettes «  Oui Allo ? » L ‘homme demanda aux petites filles d’aller jouer plus loin pour pouvoir entendre la personne à l’autre bout du combiné «  Bonsoir monsieur , police de Salvador, nous aurions quelques questions à vous poser … » Mr De Santos devint blanc ,se demandant ce qu’il se passait. De suite ses pensées allèrent vers son fil âgé de 20 ans, se demandant qu’elle problème il aurait pu causer. «  Est-ce que vous connaissez une certaine Alessandra et un certain Paolo ? » Mr De Santos , tourna son visage vers les deux petites Silver et fronça les sourcils doucement «  Oui , leur filles sont chez nous ce soir … ma fille à organisé une pyjama party mais qu’Est-ce qu’il passe bon sang ! » «  Calmez-vous monsieur mais. … un terrible accident à eu lieu et il n y a aucun survivant nous aurions besoin que quelqu’un vienne identifier les corps …… » Mr De santo , ferma les yeux , triste pour ses petites orphelines, se demandant comment il allait faire pour leur annoncé, que leur parents n’étaient plus de ce monde. Ravalant sa salive , il hocha la tête encore sous le choc de cette nouvelle «  Monsieur vous êtes toujours en ligne ? » «  Oui, oui désolé c’est juste que je ne les ai pas vu bien longtemps et il faisait nuit … » « Mais vous avez bien parler de leur filles non ? » «  Ce sont encore des enfants, je ne pense pas qu’elles puissent le faire …. » «  Il va falloir pourtant monsieur. Pouvez vous nous donner votre adresse nous allons arriver …. » Monsieur De Santos leur indiqua leur adresse puis il demanda à toute les petites filles présente dans maison de monter au second étages, ne voulant pas qu’elle assiste à tout ceci , cependant il demanda à Zoey & Léa de rester avec lui. Installé dans la cuisine , il leur donna un verre de lait et des cookie , tentant ainsi d’installer une atmosphère détendu et familial. «  Les filles … j’ai quelque chose à vous dire. C’est pas très joyeux c’est même le contraire et à vrai dire je ne sais pas comment vous l’annoncer. » Zoey regarda l’homme au yeux brun et arqua un sourcil , se demandant réellement ce qu’il se passait ici , pourquoi tant de suspense pourquoi tant de fébrilité dans cette pièce ? «  C’est les derniers cookies c’est ça ? » Léa ria de bon cœur tandis que Mr De Santos esquissa un fin , très fin sourire. «  Non c’est pas ça ma petite Zoey , des cookies il y’en a tant que tu veux …. C’est que … » Prenant quelque bouffé d’air , il regarda les deux petites filles qui étaient pendu à ses lèvres se demandant alors qu’elle était cette nouvelle triste … Zoey fronça un peu plus les sourcils , si ce n’était pas les cookie, c’était peut être la venu de leur parent, peut être qu’il avait apprit leur mission Öo «  Ecoutez monsieur De Santos , nous somme désolé , c’est vrai que j’ai appelé nos parents pour qu’ils viennent nous chercher mais c’est juste parce que Léa avait peur et elle ne pouvait pas dormir ici … puis elle avait peur qu’on se moque d’elle alors on a élaboré ce plan … Je suis désolé si nous avons dérangé quoi que se soit…. »La petite fille baissa la tête, une grimace sur le visage tandis que le père de famille , fit les grands yeux , il avait envie de pleurer , déverser toute cette tristesse que les petites allaient ressentir pour les alléger un tant soit peut de cette terrible nouvelle. Il s’approcha d’elles et les serra dans ses bras . C’était vraiment suspect . «  Vous savez les filles … y’a des choses dans la vie qui arrive et qu’on ne peux pas contrôler …. Cependant il existe un monde meilleur , un monde ou tout est beau un monde ou tout nos rêve se réalise …. Aujourd’hui vos parents y sont montés …. Ils sont dans ce monde merveilleux , un peu comme celui d’Alice au pays des merveilles .» Zoey fronça les sourcils et se détacha des bras de cet homme… «  Vous voulez dire quoi par là monsieur De Santos , que nos parents ne sont ici , que nos parent sont parti sans nous , que nos parents nous ont abandonné ? C’est pas possible ,ils ont dit qu’ils allaient arrivés et qu’ils allaient nous ramener chez nous et qu’ils ne diraient rien …. » La tête de l’homme se pencha en arrière, alors que ses yeux se fermèrent à nouveau … «  Zoey t’es parents ne vous ont pas abandonné , en aucun cas ils ne voulaient que sa se passe comme ça … ils ont eu un accident … » TOUT BASCULA lorsque l’homme prononça un dernier mots , Zoey ne disait plus rien alors que Léa ne comprenait pas ce qu’il se passait. «  Mais ça veux dire quoi Zoey , ils ont eu un accident ? Ils vont arriver quand papa & maman ? » Zoey se tourna vers sa sœur alors qu’elle sauta des genoux du grand brun. «  Ils sont morts voilà ce que sa veux dire Léa , sa veut dire qu’on a plus de parent ! »Zoey partit en courant et sortit de cette maison , laissant ainsi la pluie déverser toute sa colère sur elle. Elle ne comprenait pas pourquoi leur parents étaient morts ? Pourquoi il les avaient abandonné , sa sœur et elle … ils avaient dit qu’ils allaient revenir et ils avaient faillit à leur paroles. Tout ça était de sa faute. Si elle n’avait pas cédé à Léa , si elle n’avait pas appelé ses parents pour qu’ils viennent les chercher … jamais ils n’auraient prit la voitures à cet heures ci & jamais ils n’aurait eu cet accident. TOUT ÉTAIT DE SA FAUTE. La petite Zoey , âgé de seulement 10 ans venait de prendre conscience que la mort de ses parents était de sa faute. Elle se laissa tomber dans le jardin sous la pluie se foutant de tout , d’être trempé , de tomber malade , de se faire engueuler , la seule chose qu’elle voulait c’était revoir ses parents, leur faire un gros câlins , leur dire qu’elle les aimait . Elle voulait remonter le temps , effacé tout ce qu’il s’était passé , effacé cet appel meurtrier. La police se gara devant la maison et trouvèrent Zoey en état de choc , tandis que monsieur De Santos tenait la petite Léa dans ses bras, petite qui n’avait de cesse de pleurer afin de trouver. Un policier attrapa Zoey dans ses bras, l’entourant d’une couverture chauffante. Elle était complètement trempé . La tête dans le cou de la jeune femme , Zoey prit conscience qu’elle devait être forte pour sa sœur , surtout en la voyant déverser toute les larmes de son corps de la sorte. Elle regarda sa sœur encore et encore et ferma les yeux, s’étaient tellement difficile elle lui en voulait aussi mais soit elle devait faire abstraction de ses propres sentiments pour le bien être de Léa. «  Je suis désolé pour toi & ta sœur » dit la jeune femme au long cheveux blond à Zoey «  Vous pouvez me faire descendre s’il vous plait je veux aller voir ma sœur … » La jeune femme aquiesqua et Zoey se rua sur Léa pour la prendre dans ses bras et la serrer fort contre elle «  Je suis là ma Léa, je suis là t’inquiète pas tout ira bien tant que nous seront toute les deux ! »


Quelque heures plus tard, les policier posèrent des questions à Zoey, leur demandant si personne ne pouvait allé identifier les corps avec un tact légendaire, la petite zoey , fronça les sourcils et d’une voix sure mais triste elle releva son visage pour leur dire «  Je veux venir, je veux le faire moi » Bien entendu les policier refusèrent voyant la détresse des petites, cependant Zoey voulait voir ses parents une dernière fois leur dire au revoir en quelque sorte …. Elle devait faire son deuil le plus rapidement possible pour enfin se consacrer pleinement à celui de sa sœur . Le cœur lourd. Camilla & Davide ayant appris la nouvelle l’accompagnèrent dans cette terrible épreuve, ne voulant pas laisser la petite fille dans ce lieu morbide qu’était la morgue.

Zoey entra dans cette pièce blanche …. Les murs étaient recouvert de casier couleur argent …. La curiosité frappa Zoey , la seule chose qu’elle avait en tête s’était d’ouvrir tout ses casiers pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur mais elle refreina ses envies quand elle vit deux corps recouvert d’un draps blanc. Doucement elle se dirigea vers ces deux tables et se mit au milieu de toutes deux . De petites larmes coulèrent sur ses joues, larmes qu’elle ne pu retenir , alors qu’elle ne voulait pas. Elle voulait être forte et les personnes fortes ne pleurent pas. Son père était quelqu’un de pleur , jamais elle ne l’avait vu pleurer et elle voulait être comme lui. Peut être est-ce un moyen pour elle que de faire honneur à sa mémoire d’avoir toujours une part de son père avec elle …. Soulevant les draps en même temps , elle tourna son regard vers chacun des deux corps et fronça les sourcils , c’était bien ses parents . Les pleures refirent surface sans qu’elle ne puisse faire quelque chose. Elle regarda ses parents complètement défigurés par cet accident et se mit à s’accrocher à eux. «  NOOOON , ne nous laissez pas revenez avec nous , papa, maman , pourquoi vous nous faite sa pourquoi … j’ai besoin de vous encore, tout est de ma faute, je suis tellement désolé … partez paaaaaas …. » La petite s’effondra à nouveau , un policier la releva et la sorti alors que la petite se débattait pour retourner auprès de ses parents, c’était malsain mais elle en avait besoin , elle voulait resté là avec eux à jamais .

Quelque jours plus tard, Léa était encore en état de choc et pleurer alors que Zoey elle ne pleurait pas et ne parlait pas. Elle était devenu cet enfant silencieuse qui ne répondait que brièvement , se sentant toujours aussi coupable de ce tragique accident et ceci à jamais. Ce fardeau venait de tomber sur ses épaules , un fardeau plus lourd qu’elle … qui l’écrasait complètement. Leur grand-mère eut la garde des enfants et après l’enterrement les deux petites Silver s’envoleraient pour L.A

Tout Salavador c’était réunit au cimetière de la ville pour rendre hommage à ce beau couple. Une longue voiture arriva dans l’allée, se faisant remarquer part tant de richesse. Tout le monde tourna la tête alors que deux petites filles se ruèrent sur cette voiture. C’était Tessa leur grand-mère , la mère de Alessandra. S’accrochant à elle , Tessa avança comme elle le pu vers la pierre tombale…. Tandis que tout le monde avait les yeux rivé sur le curée qui parlait pour les défunts , zoey s’amusait à tourner une pièce entre ses doigts. Une pièce qu’elle avait volé lors de la cérémonie à l’église dans la coupelle à don… cependant celle-ci avait le christ rédempteur sur chacune des faces … c’était une pièce unique , une pièce comme elle n’en avait jamais vu et qui avait le don de la fasciner . Tessa lui tapa la main doucement afin de lui faire comprendre que ce n’était pas le lieu, ni le moment pour jouer avec ça. La petite fille la glissa dans la poche de sa veste mais ne cessa pas pour autant de jouer avec , caché des yeux de tous. La cérémonie fut assez longue. Tous passèrent jeter de la terre ainsi qu’une rose rouge sur le cercueil avant que celui-ci ne soit refermer… Zoey attrapa la main de sa sœur qui pleuré et la serra dans les siennes, pour lui montrer qu’elle était là … L’enterrement fini… Tessa attrapa ses deux petites filles dans chacune de ses mains pour rentrer dans cette voiture qui l’avait attendu tout le long mais Zoey lâcha sa main pour se rendre à nouveau devant la tombe de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes    

Revenir en haut Aller en bas
 

Parce qu'un an c'est juste 12 mois, 365 jours, 8 765,81277 heures, 525 948,766 minutes, 31 556 926 secondes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1 an ~ 12 mois ~ 52 semaine ~ 365 jours ~ 8 765,81277 heures & je vous épargne les minutes et les secondes (a) ♥♥♥
» Parce que les claques se perdent de nos jours + Lysael
» DOLLY chiot femelle croisé fox-yorkshire 5 mois SPA DOUAI 59
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✩ HIGH LIBERTY SCHOOL :: RP-