un forum pas comme les autres, libre et amusant.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 L'intérieur de Thurner.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 14 Avr - 13:51

Après sa petite touche de romantisme ou de comment t'intimidé xD, Cage alla chercher son hamac pour le trainer juste aux côté de Zoey et sa serviette de bain. Faisant tout un tas de manœuvres pour bien le poser, il n'avait pas remarqué qu'il venait d'enterrer une grosse partie de son tissu sous le sable, avec ses pieds qui ne faisaient attention à rien. Il s'excusa bien évidemment, c'était la moindres des choses mais il ne se donna pas la peine de l'enlever, préférant de loin aller chercher la fainéantise sur son hamac. Il était bien là, en hauteur, il avait l'impression de dominer le monde What a Face et il en profita pour lui faire une remarque sur son dégout du sable. Elle se releva et lui mit une petite pichenette dans le nez et pour parer la menace qu'elle lui avait faite, il lui souffla qu'il pouvait la bannir de la plage si elle décidait de mettre les plans qu'elle avait en tête à exécution. très peu sur de ce qu'il disait, elle lui fit la remarque qu'il en était incapable. Elle avait raison >< Oui mais d'autre plage où je ne suis pas là, ça risquerait de te faire chier ... Une plage sans un Thurner, c'est pas ça une plage --' C'était sa domination qui parlait ... Fallait pas lui en vouloir. mais en une fraction de seconde, il se fit peloter les fesses et directement, il lui pinça le nez et elle recommença ... Le jeu interminable allait commencer, car il ne serait pas le premier à s'arrêter. GAME ON Very Happy Alors qu'elle alla en cuisine pour aller chercher ce qu'il avait demandé , sa main partie comme un aimant sur ses fesses. C'était inévitable, il devait les claquer - c'était mieux ça que cette envie féroce que de croquer What a Face et Zoey se mit à protester. Il rétorqua qu'elle l'allumait, en même temps, il fallait peu à un homme de se sentir tout chose face à une femme comme Zoey, une femme qui n'avait besoin de rien faire pour qu'on s'éternise sur son corps et qu'on s'imagine multiple scénarios dans la tête. Un homme = primitif --' Il s'attendait à se qu'elle soit "choquée" d'une telle insulte mais non, au contraire elle l'alluma réellement. Il déglutit face à son petit geste, et regarda se doigt se faire une descente langoureuse entre sa poitrine. Qu'est ce qu'il aimerait être se doigt --' mais ne voulant pas perdre la face, il releva le regard avec sa pomme d'adam qui fit un sursaut suite au trop plein de salive qui venait d'avaler. Et Cage tenta de dire quelque chose, je dis bien il tenta. : Pfff ... hum, Ouai, si tu allumes, regarde toi là ... et c'est avec son index bien dressé en la direction de Zoey, qu'il montra le trajet qu'elle venait d'emprunter avec son doigt à elle pour le mettre en bug, il y avait un énorme BUG dans la matrice --' et il la regarda filer comme un éclair à l'intérieur de la maison. CALOR! il regarda devant lui, essayant de faire descendre cette monter d'adrénaline qui venait de lui parcourir le corps, elle le rendait fou quand elle s'y mettait. C'était peu de le dire car sur son hamac, il se mit une claque tout seul What a Face genre, reprend tes esprits quoi --' Il l'attendit et son sourire se dessiné sur ses lèvres. Elle avait tout prévu même ses popchips. Il se leva donc de son hamac - remettant du sable dans sur sa serviette - et se hâta de tout bien préparer, son ventre appelait toutes ces saloperies qui venaient d'être mises sous son nez. Mais Zoey reçu un appel, de suite son ouïe plus que fine détecta la voix de Julien. La jeune brésilienne lui dit de rester à l'écart, il n'avait pas le choix d'ailleurs mais il ne la lâchait pas >< il était jaloux et ça l'emmerdait qu'il vienne donner un appel maintenant. Une idée de génie lui apparue et il la mit en pratique, c'était un coup de maître ça Cool et il revint vers le petit feu qui avait prit, avec son sourire qui était toujours bien présent. Il oublia très vite le deuxième homme de Zoey Rolling Eyes , et cela dés qu'elle posa ses mains autour de sa taille. Soudainement, la mini tension qui s'était crée dans sa nuque s'apaisa, et lorsqu'elle se mit devant lui, il avait ce regard plus que amoureux qui se glissait sur elle. Comme par réflexe, il lui remit une mèche derrière son oreille, un geste qui ne se lassera jamais de faire. Ses tongs jetés un peu plus loin, il enleva le pull de son bébé - enfin, le sien Very Happy - La douceur qui l'empruntait tombait comme des étoiles sur sa peau, lui provoquant un tas de frissons que Cage remarqua très vite. Il lui contait à quel point il était heureux de l'avoir ici, près de lui et rien que pour lui. Elle avait froid, mais il allait la réchauffer What a Face et c'est quand elle prononça son "je suis là maintenant", que la vague d'espoir lui remonta à la gorge, pour bien lui prouver qu'ils s'étaient retrouvés. Mais Thurner avait une idée sournoise derrière la tête, il la prit dans ses bras alors qu'elle hurlait pour sa défense. Mais il n'en avait que faire puisqu'il plongea carrément avec elle, dans les profondeur de l'océan. L'eau était délicieuse, c'était le meilleur moment de la journée pour prendre un bon bain dans cette eau encore tière de la journée. Il revint à la surface avec elle, et s'ébouriffa les cheveux pour y enlever les pointes qui lui piquaient les yeux --' mais Zoey les lui raplatit. Il était mort de rire, il avait l'impression d'avoir une femme mortifié de l'eau en face de lui : Zoey t'es immortelle. Seul la décapitation peut te tuer. et il lui mima un arrachement de tête --' il tourna autour d'elle, laissant sa main voyager sur son ventre tout plat jusqu'à ce qu'elle tente de le noyer. Le mec ne bougea pas d'un poil alors que miss Silver s'affairait dans la noyade de Thurner. La regardant droit dans les yeux, il avait cet air confus parce qu'il savait qu'elle n'y arriverait pas : T'essaie de faire quoi au juste ? ça ? et c'est lui qui plaqua sa main sur le sommet de son crâne pour l'envoyer en dessous de la surface de l'eau. Il la rattrapa vite fait - quand même - et il la colla à lui, alors qu'elle reprenait encore son souffle Pendant une semaine, t'es ma prisonnière et j'ai décidé que je ferai de toi TOUT ce dont j'ai envie ... Sur ses mots, il avança doucement vers ses lèvres pour lui offrir un tendre baiser, qui devint plus intense au fil des secondes qui s'écoulaient. Zoey était son bébé, elle était sa moitié à lui, pas à l'autre et c'est durant cette fameuse semaine tombée de nulle part comme un cadeau du ciel, qu'il allait lui prouver toutes ses choses qui ne se sont pas dites durant une année entière à être loin d'elle. Elle allait être une princesse entre ses bras.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Dim 15 Avr - 19:48

A peine installé Thurner avait déjà fait des siennes. Regardant sa serviette avec mépris, elle tourna son visage vers lui attendant que monsieur daigne s’excuser , chose qu’il fit bien entendu mais se fut trop peu à son goût. En effet, Zoey s’était attendu à ce qu’il se lève et qu’il enlève tout ce sable qu’il avait mit sur sa serviette, c’était simple on ne voyait qu’une toutes petite parcelle des couleurs plutôt flashy. Irrité par son comportement de macho, elle enleva tout ce sable de sa serviette, limite elle avait la plage dessus et elle secoua tout près de Cage, histoire de le faire bouger. La conversation dériva donc sur le dégout que Thurner avait pour le sable , chose qu’elle savait en fait et bien entendu il la menaça de la virer de sa plage --’ facile et tellement bas Rolling Eyes « Une plage sans un Thurner reste une plage… juste que c’est une plage avec un con en moins …. » dit-elle en se tournant vers lui, main en visière au dessus de ses yeux pour pouvoir le voir avec un sourire sur le bord des lèvres et hop elle lui pelota les fesses, ni vu li connu. Une plage sans Thurner sa serait comme un océan sans eau, une forêt sans arbre …. Bref sa serait nul quoi. Suite à son petit geste, elle se fit pincer et le nez et c’est en voyant le visage de Cage qu’elle comprit que le jeu venait de commencer et c’est pourquoi elle lui repinça les fesses et rebelote pour son nez --’ «  Cage tu sais que je ne lâcherais pas le morceau alors si tu veux pouvoir encore t’assoir dans les prochain jours, arrête de me pincer le nez. C’était partie d’une bonne intention… » dit-elle en faisant une petite moue, ben oui, elle aimait les fesses de son bébé rien de plus Rolling Eyes Cependant, elle alla tout de même dans la cuisine, tel une femme soumise pour aller ce qu’il lui avait demandé, puis elle voulait faire un petit feu de camp pour faire grillé des guimauves comme quand elle était petite avec son père et c’est là qu’elle se prit une claque sur les fesses. Bien entendu la brésilienne se mit à protester, son côté féministe refaisant surfasse. Chose qu’elle n’avait pourtant pas prévu c’est qu’il lui dise qu’elle l’allumait >< et c’est pourquoi elle le fit vraiment, faisant glisser son doigts entre sa poitrine tout doucement, tout en se mordillant la lèvre , le regard plissé bien ancré dans les pupilles de Cage. Un sourire se forma tout de même sur ses lèvres en voyant l’effet qu’elle pouvait avoir sur lui. C’était toujours agréable de voir cela, surtout quand c’est l’homme qu’on aime qu’on a en face de soit. «  Qu…quoi .. Je … je comprend pppppppas… » dit-elle en riant, se moquant de ses baffouillements. Sur ce, elle se retourna et alla dans la cuisine à toute allure pour prendre les quelques provisions nécessaire à leur petite soirée sur la place. Après avoir allumé le petit feu et préparer les brochettes de guimauves, le portable de Zoey sonna et c’était Julien . Bien entendu elle répondit toute de suite en s’éloignant de Cage. Elle ne voulait pas que Julien sache ou elle était autrement la troisième guerre mondial allait être déclarée. Cependant Thurner eut une idée de génie ce qui mit fin à l’appel téléphonique pour son plus grand bonheur. Un peu intimidé par la situation, zoey se rendit derrière Cage pour l’encercler de ses bras tout en déposant un baiser contre sa nuque, c’était un peu sa manière de lui demandait pardon pour ce petit dérangement. Elle se doutait bien que la situation ne devait pas être facile mais elle ne pouvait que ceci pour l’instant. Face à son bébé maintenant, elle fut touché par son regard et c’est tout naturellement qu’elle lui dit que maintenant elle l’était là. C’était une sorte de promesse qu’elle lui faisait. Leur vie allait redevenir comme avant et ils allaient de nouveau être ensemble, voilà tout ce que sa voulait dire I love you Les mains de Cage sur sa peau, elle leva son regard vers le sien , se demandant ce qu’il était entrain de faire. Peu à peu le pull son pull se fit la malle et un tas de frisons vint parcourir son corps sans qu’elle ne puisse y remédier et contre toute attente cette fois ci elle ne s’en voulait pas non, elle n’avait plus à cacher les sentiments qu’elle avait pour lui. Soudainement il l’emporta dans les profondeurs de l’océan et se fut la déception XD Cage avait toujours eu ce don avec elle -- ‘ Bien que l’eau soit à une température idéal , Zoey n’avait aucune envie de se baigner surtout pour se faire noyer . Non mais sérieusement, elle se demandait si il était réellement heureux qu’elle soit là Arrow «  Oui mais on sait jamais …. Je te signal que je suis toujours pas normal .. À croire que j’ai jamais eu ma place dans n’importe quel monde auquel j’appartiens --’ alors tu dois faire attention à moi comme à la prunelle de tes yeux … c’est-à-dire que tu arrête de me deviser les cervicales en appuyant sur ma charmante petite tête pour me noyer … je vais finir par me demander si ton but premier n’est pas finalement de me tuer … je suis fragile tu sais …. » dit-elle en bombant ses lèvres. Les mains de ce dernier voyagèrent sur son ventre = nouvelle vague de frisson --’ et se fut au tour de Zoey de tenter de le noyer, appuyant ses mains sur le sommet du crâne de Cage elle y appuya fortement, se soulevant par la même occasion mais rien … il ne bougea pas d’un poil ôO «  Cage tu prends des stéroïdes ou quoi ? J’y arrive pas …. C’est pas nor…. » et une fois de plus elle se fit couper la chique pour être trainer sous l’eau mais contre tout attende il la rattrapa aussitôt, la collant à lui. «  Tout tout … ça reste à voir Thurner, tu dois te douter que je ne vais pas me laisser faire. » L’index poser contre les lèvres de Cage, elle avait toujours son regard plongé dans le sien, d’une intensité sans faille jusqu’à ce que les lèvres de Cage ne se pose sur les siennes. Les yeux toujours ouverts, elle les ferma quelques instants après. Comme toujours, la jeune femme ne m’y pas longtemps pour succomber à l’intensité qu’il lui offrait, lui offrant la même. Il n’y avait pas de demi-mesure quand elle était avec Cage. Doucement elle retira ses lèvres des siennes pour les faire glisser vers son oreille «  Je suis déçus …. C’est pas le bain de minuit que je m’étais imaginé … » un petit souffle d’exaspération s’échappa d’entre ses lèvres avant qu’elle ne retourne sur la plage dans l’idée de se faire ses petites brochettes du coup.
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 16 Avr - 12:33

A sa petite remarque mesquine, Cage la regarda avec un air malicieux sur les traits, se demandant sincèrement si elle était sérieuse en prétendant que c'était un con de moins sur la plage ? Il haussa les épaules doucement, avec un hochement de tête qui prétendait un " si tu le dit" et il se plaça dans son hamac sans rien dire, ne souriant même pas à son pincement aux fesses. Les deux mains croisées derrière sa tête, les yeux clos face au soleil qui lui réchauffait la peau. Il allait se taire, ne pas répondre à sa bassesse Rolling Eyes , il lui pinça juste le nez, ouvrant de la sorte un jeu interminable, il le savait. C'est bien pour cela qu'il continuait, sans fatigue dans le bras et la malice toujours encrée dans ses iris. Ok, j'arrête. Et c'est à ce moment là qu'il arrêta comme il venait de le prononcer, et croisa les bras sur son torse nu. le "con de moins" n'était pas passé >< et lorsqu'elle se dirigea vers le Bungalow, il lui claqua néanmoins les fesses, c'était un réflexe un peu incommodant. Il ne pouvait pas s'en empêcher. C'est comme quand on gonfle un ballon, première chose qu'on fait une fois le noeud établit, on frappe dedans. Lui, il voit une paire de fesses, sa paire de fesse, il claque. MAIS, il devait s'attendre à une répartie, et cela tourna en scène érotique dont Cage eut du mal à refouler le désir qui venait de monter. Son bégaiement vint se faire entendre et elle le lui montra, en parlant comme il venait de le faire - à peu près ouai xD - et se retourna vers le soleil, juste pour ignorer sa moquerie. Devenu un tantinet silencieux, son ouïe se porta discrètement sur la conversation téléphonique que Zoey avait avec son futur mari. Il était aussi jaloux que lui, " que fais tu ?" , "où est tu ?", patati, patata. Au son des mots que son bébé prononçait, il entendit bien que cela commençait à lui peser, et à lui même par la même occasion, c'est bien pour cela qu'il vola à son secours en tout bien tout honneur. Une fois cela fait, il retourna à ses occupations, avec la préparation d'un petit feu sur la plage. Il savait que c'était le genre de situation qui pouvait déclencher un malaise entre eux, mais il ne voulait pas entrer dans cette impasse. Il savait que des évènements comme cela allait se passer et il ne pouvait - en quelque sorte - qu'accepter. La tension s'évanouit lorsqu'il sentit ses petites mains se frayer un chemin sur sa taille, ses deux paluches de mains allèrent retrouver ses bras pour les resserrer tout contre lui et ferma les yeux à son petit baiser dans sa nuque. desserrant son emprise, il la laissa glisser jusqu'à ce qu'elle se retrouve devant lui, et ses yeux furent envahit de douceur. Il lui conta de jolies choses, des vérités, mais avec une idée bien fine derrière la tête car à la fin de se monologue, il s'empara de sa petite silhouette pour aller retrouver les profondeurs de l'océan. Il adorait faire ce qu'elle n'aimait pas --' Alors qu'elle était à deux doigts de la noyade, il se mit à rire de son petit comportement - de princesse outrée - et la regarda en lui disant bien qu'un vampire pouvait mourir QUE de la décapitation, et avec de l'argent mais bon ... C'est alors qu'elle partie encore dans une flopée de mot, et il croisa les bras sur son torse tout en la regardant en faisant des "hu-um". Il lui tapota la tête à la fin de sa tirade et prit une petite inspiration, mais elle n'avait pas tort dans ce qu'elle prétendait, elle n'était pas normale What a Face Normale, tu ne l'es pas, je confirme. Mais ce n'est pas en me disant des choses comme cela que je vais arrêter de te taquiner chérie. N'oublie pas qu'en une journée, tu m'as péter une épaules et traiter indirectement de con, pense bien que ce qu'il se passe n'est qu'une vengeance malsaine et silencieuse de ce que tu me fais endurer. Soit contente que je sois leste dans mes modes opératoires, et que je ne décide pas de te mettre dans un hélicoptère, parachute au dos pour te jeter dans le vide What a Face Lui aussi pouvait avoir son petit quart d'heure monologue non ? Rolling Eyes Il la regarda avec un petit sourire, l'air de dire, tout est gravé dans ma petite tête bébé, et cela en pointant sa boite crânienne de son index. Se prenant au jeu de l'eau, il la contourna en laissant sa main lui caresser la peau, et voulant le prendre par surprise, elle tenta de le noyer. Acte vain, puisqu'il ne bougea pas d'un poil. Il avait les jambe solides et la tête dure Very Happy ça, c'était quand il ne voulait pas se laisser faire, et que toute la force régnait en lui --' mais pour la faire taire de ses insinuations, il la plongea une nouvelle fois dans l'eau pour la relever de suite, afin de la prendre dans ses bras, tout contre lui. Il la regarda avec son regard un peu foufou, des mèches mouillées qui lui pendait sur le front. Elle était essoufflée et il souriait : ça je sais que tu ne te laisseras pas faire, mais j'aime prendre des risques. et c'est sur ses dernières paroles, un peu arrogantes qu'il lui donna un baiser, lent puis plus intense. Elle lui lui rendit et il referma sa prise contre sa taille, pour la sentir encore plus proche de son corps. C'était des moments qu'il appréciait, lorsqu'elle était au creux de ses mains et c'est quand elle se dégagea de ses lèvres, que ses mains se détendirent sur sa taille et il ouvrit les yeux, alors qu'elle s'écartait de lui. ça sentait la revanche et son murmure confirma ce qu'il pensait. Alors qu'elle sortait de l'eau avec une grâce à le faire fondre comme neige au soleil, il se laissa tomber dans l'eau, avec un sourire bien présent, jouant l'évanouissement pour revenir de suite après sur la plage. Alors que Zoey avait prit le temps de sécher, il passa derrière elle, en la collant juste pour la refroidir un petit peu Very Happy et Cage alla chercher des serviettes à l'entrée de son Bungalow et revint avec entre ses mains pour se sécher les cheveux qui se mirent totalement en bataille. T'es méchante ... La prochaine fois, je te ferai vivre un bain de minuit dans une piscine, mort bourré avec ton mec juste a coté. Si t'a une préférence pour ces bains de minuit là, je peux recommencer ... Dit il avec un petit sourire, ne sachant pas si c'était une "blague" ou pour du sérieux. Il chopa son sachet de popchips et une bière, et se cala bien bien dans son hamac avec la serviette posée sur ses épaules et encore quelque gouttes d'eau qui lui dégoulinait sur son torse Rolling Eyes Il regarda Zoey, en croquant dans un chip et lui fit un signe de tête : Tu viens ? T'a l'air d'avoir froid ... Rolling Eyes

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 16 Avr - 21:32

Jamais elle n’aurait cru que sa petite remarque allait faire autant d’effet à Thurner. C’était pour rire, pour casser son petit délire de matcho rien de plus. Bien entendu, elle ne pensait en aucun cas que Cage était un con, quoi que par moment il n y était pas loin mais soit. Le regard posé sur lui, elle le regarda jouer sa petite mijaurée vexé et leva les yeux au ciel. Tandis que le jeu venait d’être lancé, lorsqu’elle lui fit sa petite menace, il s’arrêta de suite. Jamais elle n’aurait cru qu’il prendrait aussi mal ce qu’elle avait dit cependant elle le connaissait et ce qu’il était entrain de faire c’était tout simplement la gueule. «  Si tu fais la tête pour si peu aussi … tu prends toujours tout au premier degré , c’était juste pour te faire redescendre de ton piédestal rien de plus … mais tu sais quoi en cet instant , oui, je le pense vraiment, t’es con d’agir ainsi. » Se fut à son tour de la jouer outrée. Elle ne comprenait pas pourquoi il gâcher leur moment comme ça pour une seul réplique qui était censé le faire réagir mais pas de cette manière. Se levant pour aller dans la cuisine, elle ne s’était pas attendu à ce qu’il lui claque les fesses de la sorte cependant, elle , ne le prit pas mal, non , au contraire elle en joua. Après tout, personnes ne savait de quoi était fait demain et cette semaine était un bon cadeau qu’on leur offrait et elle ne voulait certainement pas le gâcher par des broutilles aussi insignifiantes que celle-ci , c’est pourquoi elle ne fut pas partie dans le jeu de celui qui a le dernier mot … non. Une fois les « courses » faite, son téléphone sonna et c’était Julien , bien entendu cet appel ne lui faisait guère plaisir, elle avait tout simplement peur qu’il vienne tout gâcher entre eux. Elle ne voulait en aucun cas qu’un malaise ne se s’impose et c’est pourquoi elle raccrocha aussitôt après le coup de maître qu’il venait de faire pour revenir à ses côté et l’enlacer. C’était des moments comme celui-ci qu’elle aimait par-dessus tout, de passibilité et de tranquillité. Elle l’aimait et elle voulait qu’il le sache par tout les moyens, ces 1 ans sans lui avait été la pire chose qu’il lui soit arrivé, les morsure, sa mort, sa renaissance … tout ceci n’était que broutille comparé au troue béant qui avait remplacé son cœur durant ces 365 jours. Alors que le moment était d’une beauté infini il vint la gâcher en la plongeant dans l’eau. Outré, elle ne pu s’empêcher de faire sa petite princesse offusqué, c’était dans ses gênes Rolling Eyes après tout la Zoey c’était comme une petite princesse cependant elle fut vite coupé par un monologue de Cage. Elle se tut aussitôt , c’est que ce n’était pas dans ses habitudes à lui de le faire mais bien dans les siennes. Pendu à ses lèvres, elle ne loupa aucune de ses paroles non , elle aimait quand il faisait de toute façon même entrain de roter, de baver , ou même sur le trône elle l’aimait --’ , d’un pathétique. «  Me mettre dans un hélicopère parachute au dos ? J’aurais préféré , c’est vraiment cool de faire ça, mais tu ne l’aurais pas fait imagine si je reste accrocher à un arbre ou que le vent m’emmène je ne sais , adieu , plus de Zoey et je sais que tu serais triste, pas vrai que sa serait triste ? » demanda-t-elle en bombant ses lèvres . Elle lui demandait en quelque sorte de lui avouer que la vie sans elle était triste, alors la réponse, elle l’attendait au tournant xD, ses doigts la titillaient déjà What a Face Alors qu’il tournait autour d’elle tel un prédateur , cette main sur son ventre eu l’audace de la faire réellement frissonné cependant elle ne devait pas perdre le nord, parce qu’elle en était persuadé ce n’était qu’un stratège pour la divertir et l’avoir par surprise c’est pourquoi elle tente de le noyer avant, cependant se fut peine perdu car quand elle tenta de le plonger dans les profondeur maritime , il ne bougea pas d’un poil ?! Elle tenta à plusieurs reprises mais toujours rien Rolling Eyes Déçus, elle le regarda se demandant si c’était normal pour le coup à tout moment elle avait perdu ses superpouvoir de vampire ôO et alors qu’elle tentait de se sauver comme elle le pouvait mais à son «  j’aime prendre des risques » un de ses sourcils se arqua s’entendant au pire, mais se fut la plus douce des punitions qu’elle eut. Si c’était ça, elle allait le traiter de con plus souvent, fallait pas lui faire deux fois le même coup à la petite Profitant de ce baiser, elle lui rendit avec autant de conviction. Ses mains voyagèrent dans la longueur de son dos, sans s’arrêter une seule seconde. Elle voulait le sentir sous ses doigts comme avant. Il lui manquait et même maintenant, car elle avait peur du jour fatidique … non elle le voulait pour elle à chaque instant. Cependant ce moment de tendresse et de niaiserie s’effaça vite puisqu’elle s’échappa d’entre ses bras , ses mains qui la serraient fortement. Doucement elle lui murmura que ce n’était pas ce qu’elle s’était imaginé comme bain de minuit ,ben ouai dans les films s’était pas comme ça quoi Rolling Eyes sur la plage, elle prit le temps de se sécher et s’asseya sur un petit rodin de bois, elle attrapa une brochette et commença à la faire griller pour en manger quelque bout mais c’était chaud et c’est là qu’elle sentit cage derrière elle, tout dégoulinant --’ «  T’abuse. » Alors qu’il revenait avec des serviettes, elle entoura l’une d’elle autour d’elle --’ et se sécha les cheveux tout en les frottant créant de belles ondulations , toute mignonne et bien dessinés :bril: «  Tu viens ? T’as l’air d’avoir froid … » Penchant son visage en arrière, la brésilienne regarda le pacha du jour et un sourire se forma sur ses lèvres. S’en attendre une seconde de plus, elle se glissa avec délicatesse aux côté de Cage dans le hamac qui ne bougea même pas d’un poil. TROP FORTE Se hissa vers son visage, elle déposa un petit bisous sur la joue de Cage avant de manger d’un coup de dent le reste de pop chips qui était encore en dehors de sa bouche avant de lui donner un autre bisous mais cette fois-ci sur les lèvres. «  Elles ont meilleure goût comme ça … » Posant par la suite son visage sur son torse, elle dessina de petit rond sur son torse, tout en regardant son geste minutieusement «  Avoue que tout ceci n’était qu’un stratagème, me balancer dans l’eau &tout&tout pour que je vienne me coller à toi … c’est que tu sais que je suis frileuse., mais ça aurait été plus simple de me le dire directement je me serais pas fait prier tu sais …»
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 16 Avr - 22:58

Ouai, il faisait la tête. Il n'aimait pas qu'on le traite de "con", c'était une insulte peut être banale, qui n'atteignait certainement pas beaucoup de gens mais pour Cage, c'était un mot qui résonnait dans sa tête comme le pire des supplices. " Tu n'es qu'un bon à rien petit con.". Toutes son enfance aux cotés de cet homme alcoolique qu'était son père, avait été lacérée de mot ingrats et c'était celui là qui revenait en haut d'un podium malsain. Zoey ne le savait pas et il ne devrait certainement pas lui en vouloir comme ça, mais c'était plus fort que lui, c'était une cicatrice qui avait beaucoup de mal à se résorber. Il s'arrêta de "jouer" brutalement et se posa confortablement dans son hamac, les yeux clos, prêt à faire une petite sieste. Difficile était pour Cage de cacher sa désapprobation, tout chez lui était spontané, que se soit ses bonnes ou mauvaises humeurs. Elle lui dit clairement qu'il faisait la tête pour si peu et que c'était un con d'agir ainsi. Il n'en dit rien, il prôna le silence et se prélassa sur son hamac, les mains croisées toujours derrière sa nuque et la laissa partir vers la cuisine. Durant ce temps, Cage s'était apaisé de tout ses mauvais souvenirs, fallait dire que ces derniers jours, des cauchemars incessant lui étaient revenus concernant son père et à bien des reprises, il avait eut peur d'hallucinations qui pouvaient être dangereuses. Durant cette année, il s'en était passée des choses et pas des meilleures et être avec Zoey, et en entendant ce "con", cela lui rappelait qu'il était devenu presque "dangereux" pour les personnes qui l'entouraient. C'est pour cela que Cage tenta en vain, d'effacer ses craintes et de clamer haut et fort dans sa tête, qu'il devait profiter de ces moments avec son bébé, qui était à nouveau là. Alors qu'elle revenait de la cuisine les bras chargé de bonnes choses, il l'aida à tout poser avec une oreille dressée et il la sauva de cette conversation qui s'éternisait. C'était leur semaine, et il ne pouvait pas en manquer ne serait ce que une minute. Et cela se concrétisa lorsqu'elle vint se blottir contre lui. Qu'est ce qu'il aimait ce contact Il en prit tout les bienfaits, les frissons que cela procurait sur sa peau avant de se plonger dans une eau tiède et agréable mais qui endormit tout ce qu'il venait de ressentir. Pourquoi avait il fait ça ? Il n'en savait rien mais il le regrettait déjà --' et quand elle passa sa tête hors de la surface de l'eau, qu'il l'écouta faire sa princesse trempée avec outrance. Il souriait et riait intérieurement. Il l'écouta parler, lui dire qu'elle n'était pas normale et tout le reste. C'est bien pour cela qu'il lui lâcha aussi un monologue, la menaçant presque d'avoir été gentil de ne pas l'envoyer illico dans le vide avec un parachute sur le dos. Et sa réponse le fit rire, ouvertement : Tu aurais aimé sauter en parachute ? Toi qui a peur de faire du parapente ? Laisse moi rire. Mais bon, si tu trouves ça cool, je peux t'emmener demain pour faire le grand saut, nous serons qu'à 4000 mètre d'altitudes. Tu verras, rien de bien flippant et nous ferons ça au dessus de l'eau, au pire si tu tombes, tu ne te prendras qu'un énorme plat et rien d'autre. dit il en souriant, mais un sourire qui préconisait quelque chose de malicieux, encore. Il se demandait sincèrement si elle en serait capable.Et concernant sa dernière question, il la briffa d'un regard lourd de sens, un regard qui faisait mine de chercher une réponse "correcte" mais qui puait la petite bassesse en dessous. Il remit ses cheveux derrières ses oreilles en regardant ses gestes et toussota - bouche fermé je précise xD - avant de prendre la parole, tout en évitant cette lèvre bombée. --' Tu sais bébé, si tu restes accroché à un arbre, se sera juste pour quelque jours car bien évidement, si je ne te retrouves pas, je partirai à ta recherche. Tu ne peux pas reprocher à un homme quelques jour de vacance What a Face , il en a besoin, surtout avec une femme avec un aussi fort caractère que le tient .... et avant même que sa main parte, il attrapa ses poignets avec un large sourire, un petit rire bien distinct sur le bord des lèvres : Je crois que si je te perds, je serai PIRE que triste, se serait comme une partie de mon coeur perdu dans la nature, accroché à une branche. Mais je te retrouverai ... Une âme soeur retrouve toujours son double. Des mots bateaux mais sincères et c'est sur ses très belles paroles --' qu'il l'enlaça pour éterniser sur ses lèvres un long baiser qu'elle lui rendit. Halalala, l'amour! le pur, le vrai était entre leur main, n'était ce pas merveilleux ? - PEACEON - mais elle s'écarta de lui, lui disant que ce n'était pas un bain de minuit comme elle l'avait imaginé. Elle espérait quoi ? oO Qu'il y ait des dauphins qui se la ramènent en faisant des bonds au dessus de leur tête ? Les femmes et leur films à l'eau de rose les perdront un jour >< de retour sur la plage, il avait envie de se secouer à ses cotés alors qu'elle s'était préparé une petite brochette. Elle était trop mignonne et à son "t'abuse", il lui répondit en faisant un " Boyaaaaa" - version THAAM - en la pointant de ses deux index. Il courut en mode sexy gosse vers son Bungalow pour aller chercher une serviette toute fraiche, sentant bon la lessive Rolling Eyes et se sécher les cheveux avec. Revenant près du feu, il s'arma d'une bonne bière et de ses popchips, pour ensuite s'encrer convenablement dans son hamac. Cela n'avait pas changé, il l'aimait toujours autant se bon vieux filet et c'est quand il s'y senti seul, qu'il fit un petit leurre de rien du tout pour qu'elle vienne le rejoindre. Et c'est quand elle se leva, qu'il ouvrit les bras pour qu'elle s'y pose. Elle était quand même trop forte, légère comme une plume, même pas elle les fit balancer. C'est pas que mais il tenait à sa bière et n'aimerait pas qu'elle se retrouve sur le sol, sans qu'il n'ait bu plusieurs gorgée. Oui, un homme avait aussi ses priorités --' dés qu'elle se posa, il se sentit bien et souriait de son petit bisous sur la joue. Voulant mettre le reste de son popchips en bouche, il se le fit voler. Se rendait compte de ce qu'elle venait de faire ? What a Face prêt à rétorquer, il se la fit boucler par un bisous sur la bouche qui lui perdre ce qu'il voulait lui dire. En fait, elle avait raison, c'était bien meilleur comme ça tout son corps s'affaissa en l'écoutant parler de sa petite voix, avec son doigt qui dessinait sur son torse Me crois tu aussi stratège que pour prendre le risque de te faire attraper un gros rhum ? Jamais de un je ne mettrai ta santé en péril et de deux, me servirait de leurre pour que tu viennes dans mes bras ... Fin, quoi que ... dit il en prenant une gorgée de sa bière, les yeux levés au ciel avec une mine en pleine réflexion. Le bain de minuit n'était pas un leurre, mais le fait qu'elle ait soit disant froid oui Rolling Eyes . Se penchant pour bloquer sa bière dans le sable, il l'entoura de ses bras et c'est dans un petit silence qui venait de s'installer, qu'il se demanda si c'était le moment de se poser des questions ou pas What a Face . Cage se rendait compte que oui, il voulait faire abstraction de tout ce qui se passait entre eux, que la meilleure des choses était de "nier" leur vie respective mais tout sujet de conversation allaient déboucher sur leur pseudo ménage. Et il avait envie de savoir des choses ... mais non, valait il mieux pas préférer le silence à des mots embarrassants ? certainement ...

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Mer 18 Avr - 20:52

Après avoir été plongé dans l’eau, Zoey tenta d’amadouer Cage en lui servant un petit monologue pour qu’il puisse bien prendre conscience que non, il ne pouvait pas lui faire ça à chaque fois. A sa réponse, elle haussa une épaule et le regarda de biais . « Mais si je t’explique pourquoi tu vas te moquer de moi … tu sais très bien que sauter dans le vide ne me dérange pas au contraire mais c’est à cause de la pression de l’air ….. »Ben oui, combien de fois elle avait vu des vidéos de personne sautant en parachute avec les lèvres qui s’ouvre en grand tousatousa , puis on lui avait raconter qu’on pouvait perdre des dents --’ bon certes c’était pour les personnes avec un certain âge mais tout de même …. « Mais sa fait mal les plats …. Si tu veux je te regarderais  » Il savait qu’il la mettait au défis, avec son petit regard, cependant elle ne céderais pas elle ne voulait pas se retrouver à soufflet du vent entre les dents. Par la suite elle imagina plusieurs scénario qui déboucherais a une fin tragique c’est-à-dire sans Zoey cependant elle resta choqué devant la réaction de Cage , rester accrocher à un arbre , elle ? GROSSE BLAGUE. Les sourcils froncé, elle le regarda avec la main qui démange , ses doigts se refermèrent automatiquement sans s’en rendre compte et lorsqu’il lui attrapa les poignet elle fronça les sourcils d’autant plus «  Non mais attend t’entend ce que tu viens de dire , c’est super méchant … alors lâche mes poignets, tu le mérite , promis je le ferais sur l’autre épaule … je compte jusqu’à trois …. 1 ….2 ….et » … c’est la qu’il se rattrapa ses muscles se détendirent et un sourire apparu sur son visage, un sourire tout niais … « Je préfère ça Thurner , mais comment ça une partie ? » dit-elle en arquant un sourcil en proie à la taquiner What a Face Sur la pointe des pieds, elle partagea par la suite ce baiser qu’il lui donnait, c’était tellement beau ce qu’il venait de lui dire, son âme sœur quoi
A présent sur la plage, elle se fit griller sa petite brochette de bonbons, toute excité à l’idée de les manger jusqu’au moment ou Cage passa à ses côté et foutu plein d’eau dessus --’ la loose. «  Ils ont gonflés … » dit-elle toute triste. Triste, elle n’hésita pas à rejoindre Cage dans son hamac même si c’était lui la cause de sa tristesse pour le coup, en même temps sa se refuse pas un petit câlin dans ce genre de situation .Avec la plus grande délicatesse, elle se glissa à ses côtés, se posant dans ses bras. Quelques petits volés après, elle posa son visage dans son cou, posant ses jambes sur les siennes, elle s’occupa comme elle le pu c’est-à-dire en dessinant des petits ronds sur le torse parfait de son bébé «  Quoi que … je te connais que trop bien bébé … » dit-elle en souriant. Le silence vint prendre place sur la plage et c’est en voyant Cage un peu ailleurs , qu’elle leva son regard vers lui, se demandant ce qu’il le tracassait. «  Qu’Est-ce qu’il y a ? Je te fais mal ? » Tout en se mouvant dans le hamac, de peur de lui faire mal , elle se retrouva sur lui, les jambes de par et d’autre de son corps pour poser ses mains sur son torse et y déposer son menton dessus, son regard dans le sien . «  C’est mieux comme ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 16:05

Dans l'eau, ils s'étaient mit à discuter des tourments de l'air avec Zoey --' Cage avait beaucoup de mal à la croire même quand elle lui disait que c'était à cause de la pression de l'air. De son air suspicieux et ses bras croisés sur le torse, il la regarda : La pression de l'air ? Sais tu que quand tu es vampire, cela n'est plus d'actualité ? Genre ... Tout devient "artificiel" dans notre corps, donc tes tympans aussi ... T'es sûre que c'est pas une excuse que tu te cherches ? Il la sondait de son regard, un brin enjoué, et il eut confirmation qu'elle avait juste "peur" quand elle lui exposa qu'elle voulait le regarder faire. Il prit alors son visage entre les mains, et lui posa un baiser sur le nez Tu sauteras en parachute, et en échange, tu pourras me donner quelque chose en échange. Ok ? C'était un bon deal et il serait déçu qu'elle refuse Rolling Eyes Rolling Eyes Par la suite, toujours dans l'eau, il la chariait comme il avait l'habitude de le faire et avant même que sa main ne prenne place sur sa joue, il attrapa ses poignets pour l'arrêter en plein vol. c'est qu'il prenait conscience de sa force ses dernières heures, et une épaule fracturée était mieux qu'une mâchoires déboitée, il aurait l'air d'un mongol quoi --' Et tenant ses poignets, il lui déclara que oui, il serait perdu sans elle. Quant à sa question, il fut presque étonnée qu'elle n'en saisisse pas le sens .. Oui, une partie parce que l'autre est destinée à notre petite princesse Mais crois moi que si je pouvais avoir deux coeurs, je m'en ferai greffé un pour avoir suffisamment de place pour vous aimer toutes les deux entièrement ... Oula, même lui s'étonna de faire preuve d'autant de "romantisme", il était si étonné qu'il fronça les sourcils du genre " c'est moi qui ait dit ça ? " oO Elles étaient toutes les deux des âmes soeurs quoi

Ensuite, sortis de l'eau, il ne put s'empêcher d'aller taquiner aussi sa brochette. Oui, c'est qu'elle l'avait laisser sur sa fin et qu'il comptait en faire de même avec ses bonbons. Et quand elle lui fit la remarque qu'ils avaient gonflés, il la regarda d'un air un peu con mais sournois : C'est balot ça bébé ... pour ensuite aller chercher une serviette et sécher ses cheveux et son corps trempé. Se posant comme un pacha dans son hamac, sans grâce lui, il lui demanda de venir entre ses bras, il en avait envie. Il la leurra juste un peu mais elle capta un petit peu. Normal en même temps, il avait l'impression qu'elle le connaissait comme si c'était elle qu'il l'avait pondu What a Face et bien évidement, elle l'affirma. Il était blasé pour le coup : J'ai l'impression que je suis dans l'incapacité de te faire des surprises --' , tu devines tout ... cela dit sur le ton du bébé râleurs. Des chips en bouche, il se mit à réfléchir sur le bien ou le mal de ce qu'ils étaient entrain de vivre. Cage pouvait très bien en fait abstraction, mais ne serait il pas plus simple que d'en parler afin de relativiser ce qu'ils étaient entrain de vivre. De cette peur aussi qui le menaçait et qui n'était autre que ses hallucinations ? Devait il seulement lui en parler et lui dire que OUI, il avait prit de la drogue en son absence et qu'il était un déchet durant de longs mois ? Mais le silence qu'il avait émit ne passa pas inaperçue chez son bébé car elle se plaça de façon "plus confortable", pensant que c'était à cause de cela. Mais si il avait mal quelque part, il lui aurait dit --' C'est pour cela, qu'il prit une inspiration et la regarda, dans les yeux : Si tu m'expliquais ce que tu as fait en Italie durant cette année ? C'était une approche comme une autre, fuyante mais une approche quand même.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 18:00

La pression de l’air … ouai c’était une bonne excuse et elle était certaine que ça aller tout changer, qu’il allait arrêter de lui demander de sauter avec lui cependant c’était une excuse mais pas vraiment, car elle était vrai … La posture qu’il prenait lui indiquait qu’il ne gobait pas ce qu’elle venait de lui dire se fut donc avec un petit air renfrogné qu’elle leva son visage vers lui. «  Non mais arrête de me dire ça , vampire ou pas c’est une peur ancrée en moi , jamais elle ne pourra disparaitre tu sais … j’ai vécu 23 ans dans la peau d’une humane et à peine quoi …2ans dans celle d’un vampire j’ai pas encore tout essayer et j’ai le TEMPS n’Est-ce pas ? » dit-elle en claquant à plusieurs reprises son index contre le torse de Thurner. Son regard dans le sien , elle arqua un sourcil , comme pour lui faire comprendre que c’était non-négociable et lorsqu’il prit son visage entre ses mains , elle ancra ses pupilles dans les siennes prête à l’hypnotiser , ses pupilles se dilatant peu à peu elle redevinrent aussitôt normal lorsqu’elle entendit que si elle le faisait elle pourrait faire de même avec lui. «  Attend … Si j’ai bien compris sa veux dire que si je saute avec toi , malgré ma phobie que tu ne prends même pas en compte je précise, je peux faire ce que je veux de toi en échange … c’est-à-dire boutique, spa &tout&tout ? » C’était comme si rien n’avait changé en effet il n’avait de cesse de la taquinait de la noyer dans l’eau comme avant et c’est alors qu’elle leva sa main prête à l’abattre contre son autre épaule mais elle fut bien trop lente ou Cage bien trop rapide puisqu’il lui attrapa le poignet pour arrêter ce geste et ce qu’il sorti de sa bouche par la suite eu le don de la ramollir, ses muscles se détendirent en moins d’une seconde. Lorsqu’il lui parla de leur princesses, ses yeux s’illuminèrent. C’était automatique lorsque quelqu’un parlait de sa fille «  C’est fou comme tu t’en sors toujours bien , t’as un don Thurner tu le sais ça » dit-elle en posant sa main sur le menton de monsieur pour lui donner un tout petit bisous , c’était super mignon ce qu’il venait de dire en même temps elle était si heureuse que se soit lui le père de son enfant, elle savait qu’il était le bon I love you «  J’en étais sure que t’étais le bon »

Sur la plage tel une enfant elle attendit patiemment que sa grillade sucrée soit prête, c’était ça aussi le charme, voir ces petits bonbons flambée de la sorte BREF , ZOEY la grosse quoi Arrow et là tout ses plans s’effondrèrent en l’espace d’une seconde. «  Je suis persuadé que tu as été un chien dans une vie t’es pas croyable , je vais t’appeler médor si sa continu --’ je te hais tu viens de gâcher un souvenir d’enfance entre père et fille tu le sais ça ?  » Bon ok, elle était entrain de jouer sur la corde sensible mais elle adorait voir Cage revenir vers elle avec une mine plein d’excuse, genre remplit de remords. C’était son kiff. SADIQUEON. Alors que Cage venait de lui demander de venir dans le hamac en insinuant qu’elle devait avoir froid, elle ne se fit pas prier pour aller se blottir contre lui , pas qu’elle avait froid loin de là , mais elle voulait se retrouver dans ses bras Son nez contre le sien elle le caressa lentement pour relever son regard dans le sien et hausser une épaule. «  C’est pas que je devine tout, des surprises tu peux encore m’en faire c’est juste que t’as ce petit sourire sur le visage qui me laisse penser que c’était calculer …et c’est ça que j’aime cette incapacité que tu as de me mentir , et tente même pas je le devinerais . » dit-elle en levant son index comme pour le prévenir avant de lui piquer la chips qu’il venait de se mettre entre les lèvres. Le silence vint pourtant s’introduire entre eux et Zoey se demanda ce qu’il n’allait pas… bien entendu elle ne voulut pas gâcher ce moment c’est pourquoi elle préféra penser qu’elle lui faisait mal. Maintenant qu’elle était installer plus confortablement, elle plongea son regard dans le sien et à sa question elle se pinça les lèvres , se la mordillant doucement et se tourna sur lui , son dos contre son torse mettant sa tête dans le creux de son cou. Ses mains vinrent attraper les siennes et c’est en fermant les yeux qu’elle lui répondit «  Ce que j’ai fais durant ces un an en Italie… Plein de chose. Disons que les deux premiers moi j’ai pas vraiment été la même que j’étais aujourd’hui. J’ai eu l’impression de me perdre, j’étais plus que l’ombre de moi-même et j’en suis pas vraiment fière. Cependant un jour, mon oncle m’a amené Valentina par surprise et j’ai pas su prendre ce masque de neutralité qui me collé à la peau et j’ai craqué dans ses bras et quand elle m’a dit que tous allé s’arrangé , sa m’a sonné un coup et j’ai sorti la tête de l’eau une bonne fois pour toute. Je soupçonne Giovanni d’avoir fait ça dans le but de m’entrainer… tous les jours j’avais de nouvelle chose à apprendre à manier et sa ne m’a pas déplus , figure toi que je suis devenu le meilleur élément de l’agence. Je me suis prit dans l’engrenage du « travail » et je faisais mission sur mission … Voilà maintenant tu peux me poser la véritable question , parce que je crois pas que se soit se que tu voulais réellement savoir Thurner» dit-elle en tournant son visage vers le sien ,un sourire au lèvres qui annoncé bien qu’elle était complètement ouverte à la conversation
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 18:58

Son petit air renfrogné le fit sourire d'avantage et il prit un air encore plus "sceptique" mais amusé sur le visage, prêt à entendre ce qu'elle allait lui dire. Elle avait raison, elle avait tout le temps, mais si elle le connaissait aussi bien qu'elle le prétendait, elle aurait du mettre un point sur sa personnalité. Tu as le temps mais tu es avec un impatient ... ça ne facilite pas vraiment les choses. Il faudra trouver un équilibre, couper la poire en deux, mais je sais aussi que je gagne toujours ... lui dit il, l'air sûre de lui et en effet, il savait qu'il pouvait gagner sous forme de "défi" ou bien même, de chantage. Il prit son visage entre ses mains pour lui administré un choupinou petit baiser sur le nez et lui dicté le pacte. Mais quand il sentit son regard s'accrocher au sien, pour ensuite retrouver une mouvance de ses pupilles sans geste extérieur, il se frustra What a Face Tu as essayé de m'hypnotisé là ? Il se mit à rire parce qu'il ne pensait pas que sa phobie irait jusque là. Donc, si il ne lui avait pas fait de chantage, il aurait oublier qu'il l'avait incité a faire le grand saut. Mais quelle coquine cette Silver! Tu pourras tout faire de moi, tout ce que tu veux, je m'en fou mais ne tente plus de me faire oublier quoi que se soit, c'est pas fair play ça Silver. Lui dit il tout de même, avec un petit clin d'oeil. Mais oui, elle n'avait pas utilisé se don pour quelque chose d'important ... encore heureux d'ailleurs >< Mais la suite vint à être un peu plus coriace, privant Z de ses moindres faits et gestes, il la rassura sur sa moitié de coeur et sans s'y attendre, devint presque romantique. Bon, il l'était, à sa manière mais sortir des phrases comme ça, ça lui laissait une marque. Il devait reprendre son rôle d'homme, plus tard dans la soirée, il lâchera un énorme ROTOTO --' pas maintenant, car il était amoureux des yeux de son bébé qui brillait de ses mots. A son " tu t'en sors toujours", il haussa les épaules : On est un Thurner ou on ne l'est pas ... Il lui vola un petit baiser et sur ces derniers mots, il se prit une énorme bouffée d'oxygène dans le coeur. c'était ça être des âme soeurs, qu'importe les aléas de la vie, ils finissent toujours par se retrouver il l'encercla dans ses bras et lui fit un bisous frissonnant dans le cou avant qu'elle ne s'échappe de ses bras.

Non mais après, vive la culpabilité qui le ronge quoi >< facile de jouer sur les mots papa - souvenirs d'enfance. Pour le coup, il revint avant d'aller chercher sa serviette et lui fit lui même une brochette de bonbon pour la lui tendre avec un petit sourire l'air de dire : " ça va, tu as gagné" >< et il repartit vers sa serviette qui pendait. Il devrait penser à jouer un peu plus sur les sentiments lui aussi, il n'y a pas de raison que ça ne marche pas avec elle non plus. Dans son hamac, confortablement installé, il l'invita à le rejoindre et c'est ce qu'elle fit. Il remarqua qu'il n'avait plus de secret pour elle, et en même temps, cela lui fit plaisir. Parce que merci, en déchiffrage, le Cage était horrible et il était fière que seule Zoey avait prit cette peine. C'était courageux --' L'index de la belle et secy brésilienne volait encore devant son nez, et il avait encore envie de le mordre. Elle finira réellement par l'appeler Médor, c'est pour cela qu'il s'abstint de ne pas croquer dedans et l'écouta, du mieux qu'il le pouvait. c'est vrai qu'il ne savait pas mentir ... et cela, l'accablait. Mais si je veux réellement mentir, je peux le faire tu sais ...j'en suis capable. Il essaya de s'en convaincre en disant ces mots là --' et fit même un oui-oui de la tête mais son sourire vint le trahir. Il sait que pour les choses importantes, il pouvait détourner beaucoup de choses mais mentir, c'était CHAUD PATATE. Alors qu'un malaise vint s'installer, il lui demanda de lui expliquer ses 365 jours sans lui . c'était une question dont il en savait déjà une partie mais il avait envie d'en savoir les détails. et elle le fit, aisément sans frustration derrière. Il l'écouta bien évidement de façon très attentive et son coeur se meurtrit à l'idée de savoir que pendant les deux premiers mois, elle n'allait pas bien. MAIS, un tilt lui vint dans sa tête, le fait que Nana dise à sa maman que tout allait s'arranger. étrangement, il eut un sourire, prédisant qu'elle avait retenue ce qu'il lui avait dit. Du coup, il était heureux d'avoir une fille aussi précieuse qu'elle, elle avait réconforté sa maman Sacré nana ... murmura-t-il entre ses lèvres, s'en se rendre compte qu'il l'avait dit tout haut. A la suite de son récit, il riva ses yeux ténébreux vers elle et pencha la tête : M'étonne pas que tu sois devenue le meilleur élément, quand je vois les coup poings que tu es capable de donner ... dit il avec humour mais surtout pour faire abstraction des mots qui le dégoutait : Mission - Giovanni. Sale fils de pute tient --' Mais la fin de son récit vint le faire sourire, était il aussi mauvais menteur qu'elle le prétendait ? cela en avait tout l'air ... De dos à elle, elle ne pouvait voir qu'il fermait les yeux, son menton poser contre son crâne. Il caressa de son pouce, sa main entrelacer à la sienne et prit quelque secondes avant de parler ... Il ne savait pas par quoi commencer --' Je suis désolé pour ses deux premiers mois, je n'ai jamais voulut tout ça et je n'ai jamais voulut que tu rencontres un autre homme ... Tu vas bientôt te marier, les préparatifs sont déjà en route ... Je sais pas quoi penser de ce que nous sommes entrain de faire. Je veux dire, je suis l'homme le plus heureux de t'avoir à mes cotés, je voudrais que cette semaine dure une éternité mais après, on va faire quoi ? Je veux pas que tu retournes avec lui ... Cage enfuya sa tête dans le cou de la jeune femme, comme pour se cacher et se rassurer de l'avoir tout contre elle. Il y avait un point important dans cette histoire, c'est qu'il s'ouvrait What a Face

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 19:42

Sa brochette foutu , elle la lança dans le feu -triste- oui elle était foutu quand même, en suite son bébé revint vers elle en lui faisant une toute nouvelle brochette . C’est si mignon Des étoiles pleins les yeux, elle l’attrapa et la mangea en prenant son temps comme quand elle était petite et elle partagea même un peu de son enfance avec Cage. «  Quand j’étais petite mon père m’emmener faire du camping et c’était notre repas, ces petites brochettes. Puis il me faisait des visages différents sur chaque chamallow et me mettait au défis de les manger en faisant la même tête. Manger avec la langue tiré c’est assez difficile je te l’accorde… mais c’était marrant de le voir jouer le jeu aussi. » En l’espace d’une seconde Zoey était redevenu une petite fille qui avait besoin qu’on la prenne dans ses bras I love you
Une fois dans ses bras, elle se serra contre lui , attrapant les bras de Cage pour s’encercler vu qu’il n’avait pas eu l’initiative Rolling Eyes «  Tu es peut être capable avec les autres mais je sais qu’avec moi tu ne l’es pas et c’est-ce que j’aime aussi chez toi , je sais que je peux te faire confiance » est-elle entrain de lui dire que la confiance qu’elle lui portait était entrain de revenir comme avant. On dirait bien que oui C’est en se frottant doucement contre lui , qu’elle se trouva une bonne place , ne lâchant pas sa main qui se serra un peu plus à sa question. Elle devant lui dire , elle lui devait puis c’était comme faire le deuil de cette période qui l’avait plongé dans un état qu’elle n’avait su gérer. «  Oui comme tu le dis sacrée Nana, c’est comme si elle m’avait insufflait que tu m’aimais toujours comme si c’était une évidence qu’un jour, des moments comme celui-ci dans ton hamac allaient se produire. Puis je pouvais pas me permettre d’être cette épave, ne serait- ce que pour elle et pour moi. » Son visage se tourna vers lui, son regard s’encra dans le sien . «  Je suis passé du côté obscure de la force » dit-elle en mimant dark vador , en faisant quelque bruitage du souffle de ce dernier. Serrant un peu plus sa main dans la sienne, elle ferma les yeux et respira plus facilement après avoir tout lâcher. De petits frissons vinrent parcourir son échine, le vent se levant légèrement et elle se blotissa un peu plus dans les bras de Cage pour le coup. Il n’avait jamais voulu ça …bien entendu qu’un nombre incalculable de question vinrent se bousculer dans sa tête, elle avait envie de lui demander pourquoi ? Pourquoi l’avait-il laissé si il ne le voulait pas … mais son cœur lui disait que jamais elle n’en aurait la réponse, qu’il ne lui dirait pas et qu’au final peut être qu’il vaudrait mieux qu’elle ne le sache pas. Lorsqu’il lui remit la réalité en pleine face son cœur se mit à battre d’avantage, elle ne voulait pas que tout ceci se passe, non elle voulait être heureuse dans les bras de Thurner c’était tout ce qui comptait à ses yeux, reformer cette famille unit qui existait autre fois. - Thurner- Valentina & Silver - Ses derniers mots la frappèrent en plein cœur … I love you « C’est pas grave … c’était un mal pour un bien tu sais j’ai l’impression d’en être sortie plus mure plus grande et de t’aimer encore plus … c’est quand on perd ce qu’on a de plus précieux qu’on s’aperçoit à quel point on l’aime et si tu savais. J’ai jamais voulu rencontrer un autre homme tu sais et puis je pense que tout simplement tu devrais arrêter de penser et vivre ce que nous avons à vivre .. Cependant si sa peux t’aider j’ai un petit secret à te dire …. » Doucement, elle se retourna pour se hisser au creux de son oreille et souffler doucement «  Je ne compte pas retourner avec lui … je ne compte pas me marier avec lui non … j’ai d’autre idée en tête et bizarrement elle tourne toute autour d’un certain Thurner c’est fou ça tu ne crois pas ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 20:15

Sa serviette en main, il l'écouta parler de son enfance, de ses moments avec son papa. Cage s'était même arrêter de sécher ses cheveux pour l'écouter, elle était encore si humaine --' C'est vrai, cage avait beaucoup de mal de s'attarder sur des moments comme elle les racontait, il n'était pas "sentimental". C'était certainement du à son âge vampirique et à cette carapace qu'il s'était forgé sur le dos pour contre attaquer justement les symptômes de la nostalgie et des émotions. Penchant la tête, pour la regarder aussi fragile qu'une fleur --' Il ria légèrement de ce qu'elle racontait : Je sais maintenant de qui tu tiens ton coté un peu à l'ouest. ça devait être un sacré bonhomme quand même. Ce qu'il voulait dire dans cette phrase, c'est que il venait de comprendre que Zoey s'identifiait beaucoup à son papa, et que si elle était comme cela aujourd'hui, il devait en remercier le paternel. Comprenant que ces souvenirs devaient légèrement la renvoyer en enfance, il lui demanda de venir dans le hamac pour un petit câlinou. Elle prit ses bras - avant qu'il ne les pose :p - pour l'entourer sur son petit corps. Leur corps se réchauffant au contact l'un de l'autre, elle lui compta qu'elle avait confiance en lui. Non mais c'était certainement la chose qu'il désirait le plus au monde, que son bébé ne doute plus, qu'elle ait confiance en lui. Ses yeux constamment ténébreux tirèrent vers une teinte un peu plus illuminés, pleine d'espoir pour leur futur. Car oui, directement, il pensa à cela, sans confiance, ils ne peuvent pas aller bien loin. Et je te promets que tu n'auras plus à douter de ma confiance ... Si UN JOUR malencontreusement ça arrive, je te donne le droit de me péter les deux épaules. Il souriait et c'est en cet instant, qu'il se dit qu'il n'avait pas intérêt à se foutre dans la Mer*e --' Après un petit silence, les langues se délièrent doucement. Et Cage, sans que Zoey le sache, était terriblement heureux du soutient que sa fille avait pu apporter à Zoey. Il resserra sa prise entre ses bras : Nana a confiance en nous elle aussi, c'est certainement pour cela et tout cela me prouve encore que tu es une maman formidable. A la mort de sa mère, Cage n'aurait jamais prédit que son père se laisserait aller comme un déchet, ils pensaient qu'ils allaient se serrer les coudes comme Z et Nana, mais ça n'a pas été le cas. Et il était heureux de savoir que sa famille à lui tenait le coup à toutes épreuves. ça prouvait bien des choses, que c'était une famille exceptionnelle Zoey vint par la suite le mettre au pieds du mur, ne pouvant pas faire table rase de l'instant et de ce qui le tourmentait, il s'ouvra sincèrement à elle, montrant sa faiblesse qu'il ne cachait plus. Derrière elle, il se cacha d'une telle vérité, sa fierté, il la mettait littéralement de coté. Il ne s'attendait pas qu'elle prenne - à peu près - cette séparation comme un "man qui engendrerait un bien", c'est vrai qu'ils s'aimaient encore plus, avec cette crainte de encore se perdre mais elle avait en effet murie, grandit. Je suis d'accord, je veux plus en parler mais il fallait éclaircir certain point quand même .. Je voulais être certain que ce n'était pas ... une hallucination qui tournerait au cauchemars ... Rolling Eyes Alors qu'il repensait à ce qu'il venait de dire, " hallucination", sa mine se matérialisa en crainte. Mais elle le prit par surprise à se retourner, et lui murmurer quelque chose à l'oreille, des mots qui sonneront toujours bons. Il la sonda, la bouche légèrement entrouverte, se demandant si oui, il n'était pas entrain de rêver. Son sourire parut large et intense, ses yeux sourirent eux aussi car il venait de comprendre, qu'ils étaient un couple, un vrai, sans barrière. Il tint contre lui et pencha la tête à sa question, prenant le même air qu'elle, faussement étonné : Complètement fou mais je suis persuadé que tu fais le bon choix. Puis un Thurner ? T'a tout gagné, le Jackpot Zoey. Crois moi que tu ne vas pas le regretter, je sais d'ailleurs qu'il a encore pleins de choses à te prouver ... Le visage heureux, les joues un peu plus rosée de toutes ses émotions qui le traversèrent le rendait tout mignon, il avait à nouveau son bébé rien qu'à lui entre ses bras. Sa main remonta sur son visage pour frayer un chemin sur sa nuque et il ne put faire autrement que de l'embrasser. Un baiser de couple, le baiser qui les ralliait l'un à l'autre, leur pacte scellé d'un baiser qui promettait que leur chemin venait de se redessiner. MAIS, si il voulait que tout se passe à merveille, il fallait qu'il lui dise TOUTE la vérité, qu'il lui parle d'une de ses horreurs. c'est bien pour cela qu'à contre coeur, il se détacha de ses lèvres et posa son front contre le sien. Quelques secondes passèrent et quand il releva le regard vers elle, il lui dit sur une voix sérieuse : Tu sais, durant ces 365 jours, il s'est passé beaucoup de choses ici et je veux que tu saches qu'il y a un soucis. Et que je suis obligé de t'en parler si je ne veux pas te mettre en danger ... il tenta de la rassurer avec une énorme douceur dans ses yeux, sa main chaude dans sa nuque. Elle n'allait pas aimé, mais il était obligé.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Avr - 22:55

« Tu peux répétait s’il te plait je t’ai pas écouté …. » dit-elle en le regardant dans les yeux tout en haussant un sourcil avant de lui tirer la langue. Non mais il venait de gâcher un moment plein d’émotion quand même >< Cependant elle ne se fit pas prier lorsqu’il lui demanda de venir dans ses bras. Oui elle avait besoin d’un câlin en cet instant, un trop plein d’émotion venant de l’envahir comme à chaque fois qu’elle repensait à ses parents. Se serrant contre son bébé, elle écouta le son de son cœur , battre contre sa poitrine comme pour revenir à la réalité. S’auto-enroulant dans les bras de Cage, avec les bras de Cage --’ , elle ferma les yeux se sentant en sécurité dans ses bras musclés. C’était une sensation qu’elle n’avait pas oublié. Sans vraiment le vouloir, elle lui avoua qu’elle avait de nouveau confiance en lui. En effet elle savait à présent qu’il ne la ferait plus souffrir voilà ce qui lui faisait le plus peur. «  Comment ça si un jour ? Je pensais que je n’avais plus à douter de toi ? Tu ne devrais même pas y penser … et sache que ce n’est pas les épaules que je te péterais Cage … » dit-elle dans un grand sourire. Leur fille avait eu confiance en eux et c’était tellement beau à voir. « Je l’ai pas faite toute seule tu sais … » dit-elle en lui faisant un clin d’œil. Il est vrai qu’elle était une bonne mère mais elle savait que Cage était le meilleur père au monde « Tu sais je pense qu’il faut savoir parler des choses qui font mal, parce qu’au final sa aurait pu être un poids entre nous deux… J’ai pas envie qu’il y est de malaise. Une hallucination ? Bébé t’as encore pris des champignons avant que je n’arrive ? » dit-elle en riant. Oui, elle se rappelait très bien cette fois ou il en avait eu. Sentant tout de même Cage dans une tourmente bien distinct, la brésilienne se retourna, sans crier garde pour lui souffler quelques mots rassurants quant à leur relation au creux de l’oreille. Bien entendu qu’elle ne comptait pas partir , qu’elle comptait rester avec lui , juste que ce n’était pas le moment de le dire à Julien et elle préférait le lui dire en face et non au téléphone, c’était d’autant plus respectueux même si s’en était que plus désagréable. Suite à ses mots, elle sentit les bras de Cage se refermer d’avantages autour d’elle ce qui lui provoqua un sourire encore plus enjoué. «  Le jackpot ? Carrément ! J’attend de voir ce que mon fameux jackpot a à m’offrir et à me prouver… » Les joues de la même teintent que celles de Cage, elle se laissa embrasser sans rechigner en même tant pourquoi le ferait-elle ?! Arrow La main de Cage sui remontait le long de sa colonne vertébral pour se nicher dans sa nuque la fit frissonner. Elle le retrouvait, ce n’était plus des petits bisous encore hésitant non … elle retrouvait ses lèvres avec fougue et passion avec amour et désinvolture et lorsqu’il se détacha de ses lèvres, elle rouvrit les yeux lentement tout en fronçant les sourcils, se demandant ce qu’il n’allait pas. Lorsqu’il posa son front contre le sien, elle lui enleva quelque mèches de cheveux qui tombaient dans ses yeux, pour laisser retomber sa main contre sa joue et la caresser par la même occasion. «  Tu commences à me faire peur Cage … qu’est-ce qu’il se passe ? Me mettre en danger ? Tu rigole, je le suis pas avec toi après tout ce qu’on a vécu , je sais que c’est entre tes bras que je suis le plus en sécurité, t’en fais pas … » Un sourire sur les lèvres , elle déposa toute une panoplie de baiser sur son visage avant de terminer sur son nez, les yeux tout pétillants «  Ne me dit pas que tu t’es fiancé ou marié avec Anna pour rendre votre relation plus crédible ?! Cette femme est une folle-dangereuse et j’espère que tu me crois maintenant quand je te dis que c’est elle qui m’as cherché dans les toilettes. »
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Dim 22 Avr - 16:00

Venait il de dire quelque chose de méchant ? Il la regarda lui demander de répéter, et il bomba sa petite lèvre en sa direction, se rendant compte qu'il avait certainement manqué de tact. En même temps, c'était Cage. Il se rattrapa quand il fut dans le hamac. Il voulait la prendre dans ses bras, la câliner mais elle prit les devant et joua avec ses bras afin que ceux ci l'entourent comme elle le désirait. Leur sujet de conversation tourna au sérieux, car sous leurs sourires et leur yeux doux, Zoey lui dit que la confiance qu'elle avait à son égard, était à nouveau là , qu'il était heureux. J'ai pas envie de me faire péter les deux épaules, donc si tu comprends ce que j'ai essayé de tenter de dire --' , c'est que ça n'arrivera jamais puisque je n'ai pas envie d'avoir mal ... Il la regarda un peu confus, Tu comprends ce que je veux te dire ? Il avait des petits soucis de compréhension le Cage mais cela ne dura pas longtemps lorsqu'ils parlèrent de leur princesse. Là, tout ses neurones se remettaient en place mais il ria de bon cœur, lorsque Z lui dit qu'elle ne l'avait pas faite toute seule : Faudra quand même que tu m'expliques comment serait ce possible de faire un bébé toute seule ... dit il avec un haussement de sourcil bien dessiner. Elle pouvait dire l’insémination artificielle mais la femme avait toujours besoin de semence --'. En pleine réflexion personnelle, il releva le regard sur elle quand Zoey lui expliqua qu'ils devaient tout se dire pour qu'il n'y ait pas de malaise. Il acquiesça, bien évidement,c 'est qu'il comptait faire beaucoup d'effort. Il avait glissé un sous entendus d'hallucination et Zoey crut qu'il prenait des saloperies --' Sa main lui tapa le front doucement, pensant peut être que ces idées allaient se remettre en place : Oui, c'est ça et en face de moi, c'est pas toi, c'est Alessandra Ambrosio --' . Bon, il avait dit cela avec un air blasé mais le sourire bien encré à ses lèvres. Ne bougeant pas dans son hamac, bien posé, Zoey se mit de dos à lui et il la serra dans ses bras. C'est dans de telle condition que le surnom de bébé lui allait à merveille. Zoey la femme terriblement forte mais qui ne cessait de remonter son coté enfantin entre ses bras. Il adorait, il avait cette impression d'être important pour elle Mais quand elle se retourna, Cage changea sa mine embarrassée en un petit sourire, et lui compta avec des mains très doucereuses qu'elle avait gagner le Jackpot avec lui : Carrément, le Jackpot! Tu m'as dit que tu avais le TEMPS pour un tas de choses, et ce qu'il a te prouver se mesure en temps justement. Tu le verras bien par toi même ... et après des mots un peu vague, il lova sa main dans sa petite nuque et lui donna un baiser, le baiser de COUPLE xD, heureux de l'avoir à nouveau rien que pour lui. Se baiser passa encore une fois sous différentes émotions, jamais Cage et Zoey n'avaient perdus de leur passion commune, c'était affolant même que après autant de temps, leur amour ne diminuait pas, bien au contraire, il ne faisait que s'amplifier. Et pour bien prouver qu'elle avait gagné le Jackpot, il devait faire preuve de sincérité et lui expliquer qu'il avait vécut quelque chose de pas très normal durant ses 365 jours ... Il se détacha de ses lèvres et posa son front contre le sien après qu'elle lui ait enlevé quelque mèches de cheveux , trop chou ça. Il voulait la rassurer mais quand elle lui conta que c'était entre ses bras qu'elle était le plus en sécurité, il en douta un petit peu. Il haussa les épaules, mais elle n'avait pas finit car elle se focalisa sur Anna et un éventuel mariage --' . mais quel toupet xD Moi quand je dis que je suis contre le mariage, même pour un défi, je ne ferai pas une telle chose. Je n'approuve pas mais c'est un acte qui se respecte .. Rolling Eyes Bon, elle n'était peut être pas la personne à qui il devait dire une telle chose, mais il défendait son point de vue --' Et concernant les toilettes du restaurant, je pense que oui ... Tu as peut être raison. Je crois que c'est elle qui a commencé. Il avait comprit que Anna n'était pas une sainte, surtout après qu'elle l'ait drogué avant qu'il ne parte sur New York pour la promo du parfum. Il n'a pas été dupe le Cage mais soit, il en reviendra jamais la dessus --' Lui caressant le visage, il la regarda ne sachant pas comment apporter la chose, tant pis, il se lance, on verra bien : Durant cette année, j'ai fait ds choses pas très ... catholiques. J'ai prit énormément de drogues et pas des moindres. Il posa un doigt sur ses lèvres instinctivement avant qu'elle ne s'exclame qu'il n'était qu'un débile d'avoir fait une telle chose et il reprit : Et si je te parle d'hallucination c'est parce que je t'ai vu durant ses Mois où tu n'étais pas là. Un jour, je revenais du garage et tu étais là, en pleure en plein milieu du salon. Tu m'as annoncé que Nana était morte, je me suis effondrée et tu as remit la faute sur moi. Tu criais que c'était de ma faute, que j'étais un bon à rien et je t'en passe. Ensuite, tu m'as frappé, me balançant de pièce en pièce, et je saignais. C'est Anna qui est venue me "réveiller" de se truc ... J'étais en sang, gisant sur le sol pensant que ma fille était morte. Anna m'a même passé Nana au téléphone, pour me rassurer qu'elle était en vie ... Bref, tout ça pour te dire que c'était pas la première, et que je suis extrêmement violent. Moéra à crut à un suicide hallucinogène, reportant la faute sur une situation mais moi, je crois que se sont les drogues que j'ai prise et elles m'ont totalement détruites ... Durant tout son récit, il l'avait regardé droit dans les yeux, assumant en fait ses actes, même si il s'en sentait honteux. Si elle voulait partir, il comprendrait. Il devait perdre toute l'estime de son bébé mais au moins, il venait de faire quelque chose que jamais il n'avait osé faire avant, lui expliquer ses plus grosses craintes. Je ne sais pas quand ça m'arrive mais je suis capable du pire ...

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Dim 22 Avr - 17:21

«  Oui mais non je préfère même pas qu’il y est de deuxième possibilité c’est beaucoup plus rassurant pour la petite personne que je suis » Oui en même temps , se faire péter les deux épaules c’était pas si anormal que ça quand on prend en compte tous les ennemis qu’ils avaient à eux deux Lorsque Valentina vint sur le tapis , tout deux eurent les yeux tout brillant, en même temps c’était leur princesse quoi I love you cependant elle ne manqua pas un seul mot de son bébé et bien entendu le mot hallucination l’interpella lui rappelant un ancien souvenir. «  Ah ah ah mais t’as fais l’école du rire pendant ces 1 an ? » et tout en fronçant les sourcils, elle se tortilla sur lui espérant tout simplement lui faire mal .. Ben oui c’était porter atteinte à sa fierté de lui dire ceci. Puis elle n’aimait pas ces photos qu’il faisait avec elle «  Dis bébé tu veux pas t’en tenir à ton métier de garagiste, je te jure t’es aussi sexy dans ta tenu de mécano … j’aime pas quand t’es trop proche d’une autre femme --’ » Bon ça s’était dis en même temps , ils jouaient bien les amoureux quand même sur les photos et c’était tout à fait normal que cela lui déplaise le contraire en serait d’autant plus étonnant. JALOUSIEON. «  Ou alors tu peux faire les même photos avec une femme moins belle qu’elle … parce que bon j’ai pas envie que tu rentres et que tu te dise un jour, Put*in mais j’ai un boudin à la maison --’ » La brésilienne savait qu’elle n’était pas un boudin loin de là What a Face mais elle voulait qu’il lui dise qu’elle était la plus belle tousatousa. L’instant d’après elle se mit de dos à lui et se serra fort dans ses bras, elle avait plus que besoin de ce contact qui lui avait tant manqué. «  Quand je disais le temps je voulais pas dire que j’avais le temps fin j’ai pas l’éternité aussi , enfin si mais j’aime bien avoir tout de suite …. Allé je veux savoir ! » Le sujet Anna vint sur le tapis à nouveau pour s’estomper assez vite, en effet il avait enfin avoué qu’il avait confiance en elle et qui la croyait quant à la fautive dans l’histoire et c’était tout ce qu’il comptait et c’est pourquoi elle pencha la tête pour lui voler un petit bisous , genre c’est bien mon petit. Mais la suite de ses mots la tendirent et c’est un peu honteuse qu’elle attrapa ses propres doigts pour jouer avec tout en se laissant glisser sur le côté «  Je sais que tu dis ça pour moi Cage, même si tu le détourne mais tu me connais non ? Je pense toujours la même chose du mariage c’est juste que je pouvais pas lui dire non, pas après tout ce qu’il s’est passé. » Les caresses que lui administrer les mains de Cage lui firent fermer les yeux un instant, s’attendant à tout sauf à ça. Lentement elle ouvrit les yeux pour le regarder droit dans les yeux. «  Tu … tu t’es drogué Cage ? … puis quand tu dis des choses pas très catholique , t’entend juste la drogue par là ou …. » Son regard se remplit d’une tristesse incommensurable, jamais elle n’aurait pensé que cet émotion remplirait ses traits aussitôt… Doucement elle attrapa son bras, regardant ses avant bras, le creux de son coude, entre ses doigts, le moindre endroit ou une seringue aurait pu passer …. Et lorsqu’il reprit son souffle, elle le lâcha replongeant son regard dans le sien tentant d’en savoir plus, de prendre ce qu’il avait à lui donner. Lorsqu’il lui raconta une de ses hallucinations, son cœurs se serra. Croire que Valentina soit morte devait être la chose la plus dure … Sa main alla prendre la sienne comme pour le réconforté, comme pour lui effacer ce mauvais souvenir. «  Je sais pas quoi te dire Cage … » dit-elle tout en se détachant de lui pour s’assoir au bord du hamac. «  Je supporte pas l’idée de savoir que tu t’es fais autant de mal … et en même temps comment à tu pu tomber aussi bas, il me semble que tu as vécus assez longtemps pour savoir les dommages qu’elles peuvent provoqué et j’espère juste une chose Cage , c’est qu’a aucun moment tu te sois drogué devant Nana, parce que je te jure que je te fais avaler moi-même tout un tas de drogue jusqu’à ce que t’agonise au sol .. Et tu sais que je rigole pas. Mais je te fais assez confiance et j’ai assez d’estime pour toi pour me dire que jamais tu n’as fait ça devant ta fille sinon c’est la fin du commencement. En suite je suis tellement désolé pour toi , que tu es du vivre ça pourquoi tu ne m’as pas appelé ? Et comme je te l’ai dis je suis là maintenant et je te laisserais pas même dans des situations comme celle-ci » Se levant elle se mâchouilla la lèvre se disant tout simplement que sa faisait beaucoup en l’espace de quelques minutes. Cage qui se drogue , elle avait beaucoup de mal à le croire et elle ne voulait pas l’imaginer .. Tout doucement elle se mit à genoux dans le sable de son côté et attrapa son visage entre ses mains «  Je suis contente que tu m’es dit tout ça … avant jamais tu ne l’aurais fait c’est pas pour autant que je cautionne tout ce que tu as pu faire alors on va faire un truc. Tu connais la philosophie de Vegas, tout ce qu’il se passe à Vegas reste à Vegas ben on va faire pareil , tout ce qu’il s’est passé pendant ses 1 ans , appartient au passé » Un sourire vint se créer sur ses lèvres et elle déposa un petit baiser sur le bout de son nez «  Sache que si toi tu es capable du pire, je suis aussi capable du pire … » et c’est avec un petit rire qu’elle le renversa de son hamac et qu’elle couru vers le bungalow pas que mais il commençait à faire froid.
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Jeu 31 Mai - 12:41

La prenant dans ses bras de façon délicate, il se tapa le front à sa remarque sur les éventuels champi qu'il aurait prit. La remarque fusa rapidement, bien évidement, sur Alessandra Ambrosio, sa campagne de Shoot pour Colcci. La jalousie qui naquit presque spontanément du regard de Zoey le fit sourire. C'était un sentiment encourageant à leur futur, pas nocif et embêtant, elle l'aimait et ne voulait pas que d'autres femmes rôdent autour de lui . D'un regard amusé et brillant à la fois, il la scrutait avec ses pommettes bien redressées. Il adorait sa jalousie --' Se positionnant convenablement car mademoiselle Silver s'amusait à remuer pour lui faire "mal", il attendit sagement qu'elle ait finit de parler pour entamer sa "justification" sur les photos et son métiers d'activité complémentaires --' Mais à ses derniers mots, il ne put s'empêcher que de sourire : Je ne ferai plus de photos mise à part avec toi Je faisais passer le temps puis c'est pas de ma faute si j'ai été contacté. En même temps, c'est un peu grâce à toi tout ça ... Si je ne t'avais pas connut et que tu ne m'avais pas affiché auprès de photographes et tout, je n'aurai jamais posé ... Mais bon, je m'en fou de tout ça puisque j'ai la plus belle des femmes au monde entre les mains. Il lui déposa un petit baiser sur la joue, un petit bisous qui claque. Il la rassurait et jouait à l'homme éperdument amoureux - il l'était vraiment hein - et rassurant dans ses mots. A ses cotés, il se sentait indispensable, fort et important, tout ce qui lui avait manqué durant une très longue vie. Posé, il écouta son impatience la gagner, avec cet acharnement de vouloir savoir ce que " l'homme " lui réservait comme preuve. Souriant, il haussa les épaules : Teu - teu, ça sert à rien de négocier. Ton impatience tu te la garde, tu verras bien par toi même. Sujet de conversation CLOS Silver. Cage était plein de patience, il avait eut le temps de jouir des bienfaits de l'éternité et il était conscient qu'il n'avait rien de mieux pour se prouver certaines choses. c'était une chance qu'ils avaient, les erreurs étaient toujours réparables et parfois pardonnables. Il allait faire en sorte que Zoey entre dans cette perspective, il ne lui prouvera se dont il est capable que dans deux siècles What a Face ... ça lui fera les pieds comme ça Very Happy

Le sujet Anna vint et il approuva ce qu'elle venait de dire. Prenant connaissance des derniers faits passer aux coté de planche à pain, il savait à présent qu'elle était capable de bien des choses ... Il se fit volé un bisous et n'eut pas le temps de le partager. Il comprenait d'ailleurs que cela lui tienne à cœur qu'il lui donne raison. Cage adopta par la suite un visage serein et rieur mais le sujet du mariage le dépassait littéralement. Appelons un chat - un chat, Zoey allait se marier et ... cela l'irritait au plus haut point. Fin, maintenant se sujet bague au doigt appartenait au passé donc bon, que du bonheur Very Happy Malgré tout, elle se justifia sur sa réponse affirmative à la demande de Julien, il leva les yeux au ciel : C'est bon on s'en fout. C'est juste que je ne comprendrai jamais pourquoi tu n'as pas su dire non. Il est fou de toi ce mec, mariage ou pas, tu serais restée avec lui ... était ce une façon bien à toi de me faire payer notre séparation ? What a Face Là, il la scrutait. Au fond de lui, il était presque persuadé qu'elle l'avait fait dans cet objectif et si c'était le cas, il ne lui en voudrait absolument pas. Son plan aurait marché car il a faillit avoir une crise cardiaque --' et buté l'autre con à coup de pelle oO Elle se confia à lui, c'était leur instant vérité après tout et confus, il allait lui avouer, lui aussi, les étapes de cette année désastreuse et folklorique. Il se lança dans le vif du sujet, un sujet qui prône une certaine libération de pouvoir l'expliquer avec des mots. Et son coté outré vint lui foutre sur le visage, une mine totalement enfantine, celle d'un enfant qui avait fait de grosse bêtise. Il n'osait pas la regarder, il savait qu'il allait la décevoir mais en même temps, ne devait il pas affronter son passé pour mieux vivre le présent ainsi que le futur avec elle ? Bien sûr. c'est néanmoins pour cela qu'il redressa le visage et la regarda droit dans les yeux, assumant pleinement ses écarts : J'ai prit beaucoup de drogues au point où je ne savais pas où j'étais lorsque je me réveillais. Je ne faisais cela que lorsque j'étais seul, sans Nana. Tu crois sincèrement que j'aurai fait une telle chose devant elle ?! Sérieusement ? J'ai eut un père qui picolait la blinde devant ma gueule, c'est pas moi qui vais commencer à prendre ces merdes devant ma fille. Je la respecte assez pour ne pas faire de telles choses! Sa fille il la respectait plus que tout, mais lui même en cette période ne se respectait pas. Il se détruisait à petit feu ... Tu n'as rien à me dire, si je t'ai raconté tout ça c'est surtout pour te mettre en garde de mes agissements, de ce que je pourrais faire. Et ne dis pas que tu resterais au cas où cela se reproduit. Tu dois fuir, te casser de la pièce où je serai. Et ne me fais pas regretter tout ce que je viens de te dire, je t'ai déjà tué une fois en te faisant un enfant, je ne voudrais pas que cela se reproduise parce que j'ai prit de sales drogues en ton absence ... T'imagine un peu le bordel si ça vient à se passer comme ça ? Elle lui prit les mains et doucement, il s'en détacha parce qu'il ne voulait pas de la pitié en disant cela. Il voulait la préserver, il ne voulait pas qu'elle tombe en enfer avec lui lorsque ça se reproduira ... il se rappela dés lors la vision floue qu'il avait eut sur la route pour aller à NYC , il avait lutté contre pour ne pas qu'elle se produise. Elles étaient toujours là ... Il le savait. Sentant la nervosité qui lui revenait, il expira doucement pour se calmer ... Il n'allait pas commencer quand même, tout se passait bien --' Il acquiesça au fait que tout cela devait rester dans le passé et quand elle lui donna un baiser sur le nez, il le fronça. Il adorait ça et ses mots " si tu es capable du pire, je suis capable du pire aussi", son sourire apparut enfin avec un regard affuté et plein d'ironie : Pour le pire et pour le pire. Drôle de concept, digne d'un mariage vampirique What a Face Il haussa deux fois de suite les sourcils et il se retrouva sur le sol --' Il resta là quelques secondes avec une mine totalement fanée. Elle n'avait pas perdu la main pour le faire tomber de son cocon >< Se redressant sur ses deux mains, il mit du sable dans le centre du feu et mit le pull que Zoey lui avait ramené, son éternel pull à capuche. Il ramassa les vivres et se dirigea ensuite vers son Bungalow, là où Silver était. Il s'arrêta un peu avant d'entrer ... jamais il ne se serait imaginé que sa maison vivrait à nouveau, avec cette femme qu'il aimait tant . c'était tout bonnement ses espoirs qui se concrétisaient et c'est avec un sourire qu'il entra dans son chez lui, chez eux ? peut être .. il l'espérait aussi.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Mer 6 Juin - 8:56




Être dans ses bras en cet instant précis était comme une bouffée d’oxygène, jamais elle ne voudrait quitter ses bras si sécurisant , ses bras si protecteur … Cependant la jalousie naquit rapidement dans ses traits, bien qu’elle sache que son amie était en couple , le voir avec elle lui avait tout de même fait un pincement au cœur, c’était normal après tout non ? A ses mots un sourire se dessina rapidement sur ses lèvres, tendant la joue a son petit bisous, elle se remit convenablement dans ses bras profitant de la douceur de ses mots et de ce moment. Quant au sujet de conversation clôt, elle bouda un instant avant de se résoudre, elle savait qu’il ne dirait rien « Après tout on a le temps .. » Elle se tourna vers lui, un petit sourire aux lèvres et ferma les yeux pour profiter de l’instant, cet instant qu’elle chérissait plus que tout.

« J’ai pas su dire non tout simplement parce que je n’avais plus rien à espérer Cage, et autant le rendre heureux même si c’était au détriment de mes conviction, je n’avais plus rien à perdre …. De te faire payer notre séparation … peut être je sais pas, on était sur une plage à Nice et quand j’ai vu toutes ses étoiles dans le ciel, les mots on dépasser ma pensée…. » Alors oui certainement , c’était une vengeance car sans ses étoiles qui lui avait rappelé son « ex » elle n’aurait jamais dit oui.. Par la suite il lui exposa les problèmes qu’il avait pu avoir, sa mine se décomposa , jamais elle n’aurait pensé que Cage puisse se droguer, elle ne comprenait pas pourquoi à vrai dire « Je sais que tu n’aurais jamais fait sa devant elle, Cage, je te l’ai dit je te fais assez confiance pour ça. Je sais que tu l’aimes et qu’elle est la chose la plus importante à tes yeux. J’aurais aimé être la pour toi , c’était pas son rôle à cette femme … et c’est pas de la pitié , c’est de la compassion, jamais je n’aurais pensé que tu te détruise comme ça … je comprend pas et sache que jamais je ne fuirais si jamais sa doit se reproduire et tu ne m’as pas tué tu m’as offert le plus beau cadeau qu’on puisse espérer je ne regrette rien Cage , Valentina est la plus belle réussite de ma vie et bien qu’au début c’était un peu dure , je l’ai tant attendus , tant voulut par la suite et il me semble que j’ai plus confiance en toi que tu ne l’es , tu ne me fera rien … » Alors qu’elle sentait ses mains se défaire des siennes, elle les repris tout en plongeant son regard dans le sien et y déposa un baiser sur chacune d’elle. « Tu peux te reposer sur une de mes épaules Cage ça toujours était comme ça entre nous , je suis assez forte tu sais . Je suis pas cette femme fragile et sans défense que tu te plais à penser que je suis … » Un baiser sur le nez , elle se leva doucement, dépliant ses longues jambes doucement, profitant de la lenteur de ce mouvement pour se défaire de cette étreinte avant de le faire tomber du hamac, dédramatisant ainsi la situation. Dans un rire malicieux et mutin, elle s’en alla en courant vers le bungalow de Cage. Se précipitant dans la douche, elle fut rapide pour une fois, enlevant ainsi tout le sable qu’elle avait pu stocké. Enroulant une serviette autour d’elle, elle se sécha les cheveux, les frictionnant contre une petite serviette et sorti de la salle de bain. Montant le son de la musique qu’elle avait mit avant de prendre sa douche, elle souria et se mit à tourner sur elle-même, croisant les bras contre elle, se sourire ne la quittait plus, ses petites joues avaient repris cette teinte rosée qu’elle avait perdu durant plus d’une année entière et c’est quand elle entendit l’homme de sa vie faire son entrée qu’elle se courba devant lui « M’accorderiez vous cette dance ? » N’attendant pas sa réponse, elle se colla contre lui, le mouillant un peu au passage et enroula ses bras autour de son cou avant de poser sa tête dans son cou, elle en avait tellement besoin , se sentir près de lui , savoir que ce moment était réelle et pas sortie de ses songes. Elle ferma les yeux et murmura quelque chose à son oreille. « Je t’aime … et je voudrais que ce moment ne se finisse jamais …. Tu m’as tellement manqué » A la fin de ses mots elle resserra son étreinte, restant sur la pointe des pieds pour profiter de son odeur , de sa chaleur , de lui …
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 23 Juin - 23:16

La tenant dans ses bras, Cage jouait avec une pointe de ses longs cheveux. Il regardait son geste alors qu'elle lui parlait de ses "motivations" quant à son mariage avec Julien. Il disait s'en foutre et tout, mais NON, ce n'est pas vrai en fait --' Il allait la perdre, un autre homme avait failli le remplacer dans la vie de Zoey alors que Cage savait que cet homme ne lui arrivait pas à la cheville. Non pas que lui mérite réellement cette place mais il n'a pas peur de bafouer son honneur et de faire des sacrifices hors de proportion rien que pour elle et son bonheur. Il s'est toujours sacrifié pour tout, ne se préoccupant pas du mal qu'il pouvait ressentir. Il n'avait jamais eut peur du mal qu'il pouvait se faire et c'était bien là, un de ses plus gros défauts. Elle lui expliqua et il lâcha cette mèche dont la pointe était un peu plus ondulée suite aux mouvements qu'il y avait donné : Les étoiles t'ont donné envie de dire ... Oui ? Faudra que tu m'expliques pourquoi, c'était tout de même notre point de rendez-vous lorsque nous étions loin l'un de l'autre ... Cage se doutait dort bien du pourquoi les étoiles l'avait "contraint" à dire oui mais peut être avait il besoin de l'entendre de sa bouche à elle. Le dire était laissé se passé douloureux derrière eux et Cage voulait s'acquitter de cette période difficile, celle qui lui avait enlever quasi tout souffle serein de vie. Et c'était dans ce but qu'il lui raconta aussi, tout ce qui l'avait bouffé durant ses 365 jours. Elle ne comprenait pas pourquoi il avait fait tout cela et un rire bref sortit d'entre ses lèvres, un rire qui présentait de l'ironie gangréné de souvenirs néfastes. Il avait toujours vécu comme cela, quand ça ne va pas, il s'enfonce. Et ce tumulte l'avait envoyé tout droit en enfer puisque maintenant, il était encore un danger potentiel pour la femme qu'il aimait. Quand grandira-t-il ? En fait, je crois que je sais intérieurement que tu ne partiras pas quoiqu'il se passe. T'es buté comme nana et je pense que c'est ce que j'aime le plus chez toi. Même si je te dis de dégager, tu restes. Je m'en veux que tu ais à subir tout ça mais tu m'apaises quand tu es là. Je n'ai jamais aimé comme je t'aime et je me rend compte que je gère magnifiquement mal les difficultés du couple. Je gère Kedal en fait --' Tout ce qu'il venait de dire, il l'avait conté presque pour lui même. Il évacuait tout ce qu'il avait fait mais cela ne voulait pas dire qu'il allait changé, cela demandait un travail de longue haleine, malheureusement --' Il avait enlever sa main de la sienne, un peu déçu de tout ce qu'il avait à lui dire en fait. mais elle les prit et déposa un baiser sur chacune. Il était beaucoup plus courageuse que lui. Quand elle tombait, elle se relevait et lui, quand il tombait, il creusait encore pour tomber plus bas. Son regard se releva vers le siens et il scrutait son visage : Je sais ça, mais je voudrais pour une fois dans ma vie, compter sur moi même. Il ne savait pas si elle comprenait ce qu'il lui disait mais il fut heureux que cette discussion se termine. Il en méditerait tout seul, cela ne tenait qu'à lui en fait ... Il reçut un baiser sur le bout du nez, effaçant cette phase mélodramatique et il la regarda se lever avec se sourire qui le faisait littéralement fondre. Elle le fit tomber au passage, bien évidement, le contraire l'aurait grandement étonné et elle fila à l'intérieur de son Bungalow refait de ses propres mains. Sa tête se releva et elle pénétra dans la maison, il avait le sourire sur les lèvres. Cette fois ci, ce n'était pas une hallucination, elle était bel et bien là. Se relevant en s'aidant de ses mains à plat sur le sable, il éteignit le feu et ramassa toutes les vivres laissées autour de leur petit feu de camp après avoir enfiler son pull à capuche. Il entra chez lui et entendit la douche, toute son odeur englobait la maison. respirant à plein poumons, il sentit en lui une sérénité se faire. Comment expliquer ce fait ? Elle était pire qu'un besoin, elle était une liberté à cette épée de Damoclès qui lui pesait au-dessus de la tête, le poids de tout ses maux passés lorsqu'elle n'était pas encore là. Rangeant un peu ce qui trainait dans la pièce, il entendit la musique et la regarda arrivé dans cette serviette roulée autour de son corps. ça aussi c'était incroyable, il l'avait vu tellement fois en petite tenue et elle arrivait toujours à lui procurer un effet monstre. Il s'avança vers elle, les mains dans les poches et quand elle lui proposa une petite danse, il la salua bien volontiers et lui prit la main l'attirer contre lui. De suite, leur corps s'épousèrent à la perfection et Cage posa ses deux mains sur le bas de sa taille. Son front posé contre le sien, il la regarda tout en se dandinant doucement avec elle, en plein milieux de son salon. Mais il s'arrêta pour écouter se murmure qu'elle lui dévoila dans l'oreille. Des mots qui résonnaient tellement bien qu'il en ferma les yeux. Son étreinte se resserra et il lui caressa la taille de ses pouces. Sa tête légèrement plus haute que la sienne, il déposa ses lèvres contre sa tempe et glissa doucement vers son oreille, à lui de murmurer : Je défierais le temps, même lui ne pourrait m'arrêter dans cette course folle qui est de t'aimer bébé ... Ses lèvres se fermèrent et se déposèrent sur le bas de son cou. reprenant sa danse. Durant de longues secondes, il profita de cette chanson et avant qu'elle ne se termine, une de ses mains se logea sur le visage de sa petite Zoey et il la regarda, fière d'avoir une petite amie comme elle. Et ces lèvres allèrent à la rencontre des siennes. Il lui prodigua énormément d'amour, de douceur, une infinie tendresse qui effaçait cet homme aux plus noires idées, à la vie terriblement néfaste. Il était une personne bien quand il l'avait entre ses mains et il aimait être celui qu'il était maintenant. Quand il s'enleva de cette passion qui débordait lentement, il reprit une respiration lente et savoureuse, comme si il inspirait encore le gout qu'avait ses lèvres. Ses yeux clos, un sourire apparut sur ses lèvres : Sais tu que durant ton absence, j'ai apprit à jouer de la guitare ? Cela me rappelait à quel point tu étais merveilleuse quand tu en jouais ... Il lui fit un baiser esquimau et quelqu'un arriva dans la maison, un chat What a Face Il regarda le félin et il soupira fortement : Oui et j'ai récupéré aussi quelque chose qui t'appartenait à ton appartement. Je me suis dit qu'il valait mieux que je le prenne avant qu'il ne se fasse choper et piquer ... Il sait faire du surf maintenant xD Hum ... pas certain qu'elle en apprécie l'idée xD

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 9 Juil - 0:31

La question tomba comme une évidence, elle savait qu’un jour il allait lui demander c’est donc un peu honteuse qu’elle lui répondit , cachant sa nervosité dans des gestes maladroits. « Comme si tu n’avais pas compris. J’ai dit oui en regardant les étoiles tout simplement parce que j’étais blessé et que ces étoiles m’ont imposé ton image et je me suis dit si j’avais pas été capable de vous rendre heureux toi et nana autant le faire avec lui … disons que ces étoiles m’ont mis en pleine gueule mon échec. » Cette fois-ci aucune teinte de vint coloré ses joues, non se fut le contraire, une certaine pâleur s’installa sur ses traits fins comme pour lui rappeler cet échec cuisant qui faisait à présent parti de son passé puisqu’elle était de nouveau dans ses bras . De part les quelques réponses qu’il avait pu lui apporter elle avait compris que cette séparation n’était pas de sa faute, que lui-même ne l’avait pas voulu mais qu’il y avait été contraint. Les hallucinations de Cage eurent le don de l’inquiéter… elle avait peur d’être de nouveau séparer de lui c’est pourquoi elle lui dicta qu’elle ne partirait pas quoi qu’il arrive cependant elle comprenait ce qu’il voulait lui dire « Je comprend Cage , se dire qu’on peux affronter certaine force seul et important, savoir qu’on est capable nous redonne une certaine confiance alors disons que je serais dans les parages si jamais sa doit arriver et que je te laisserais 10 bonne minutes après plus d’excuses je serais à tes côtés histoire de pouvoir te sauver la vie … tu vois ce que je veux dire , que ferais tu sans moi … » dit-elle en levant ses yeux qui avait fixé ses ongles un bon moment d’une manière hautaine dans ses yeux avec un sourire enjôleur sur les lèvres prêt à se transformer en un rire enfantin.

La suite fut plus tendre et plus douce, entrelacer l’un à l’autre le temps d’une dance, Zoey ne perdit pas un instant pour se procurer cette chaleur ,cette odeur, ce réconfort qu’elle aimait tant retrouver dans ses bras. Il était l’homme de sa vie, l’homme de ses rêves et jamais elle ne pourrait éprouver tant de chose pour un autre que lui. Le temps défilait comme un poison avec lui , et se fut après ce court moment ou le temps s’était comme arrêté. Un sourire naquit sur ses lèvres lorsqu’il lui avoua qu’il avait apprit à jouer de la guitare et c’est la qu’elle se mit à rire, les yeux brillant « Sais tu que durant ton absence j’ai apprit à jouer du piano ? Cela me rappelait à quel point tu étais merveilleux quand tu en jouais …. » A son baiser esquimau elle ne pu que fermer les yeux , tentant de chasser tout ces mauvais souvenirs sans lui, ne pensant qu’à l’instant présent, ils étaient réunis et ni rien ni personne ne changerais cela , elle en était certaine, elle ne se laisserait plus abattre de la sorte, elle se battrait deux fois plus pour garder celui qui détenait la moitié de son cœur. Un petit ronronnement vint lui percer le tympan … depuis quand Cage aimait les chats ? C’est en ouvrant un œil après l’autre qu’elle se retourna pour faire face à ce bruit qui ressemblait à un moteur diesel. L’étonnement ne manqua pas de prendre place sur son visage pour laisser place à une joie incommensurable et à une tendresse infini. C’était son chat . Surprise elle se retourna vers Cage ,tandis que la bête était directement venu se frotter à sed jambes pour qu’elle le prenne dans ses bras. Ses doigts retrouvèrent l’arrière des oreille du félin pour des petites gratouille , puis son petit nez pour une caresse toute douce « Coookiiiiiiiiiiie » dit-elle en pressant la tête du chat contre la sienne, heureuse. « Du SURF ? CAGE TU AS MIS MON CHAT DANS L’EAU ! » Tout de suite elle leva le félin à la hauteur de son visage pour lui faire un petit bisous et le serrer à nouveau contre elle . « Oh il a été méchant avec toi , vilain , maman est la maintenant t’inquiète pas-tu ne mettras plus un pied dans l’eau » Le chat miaula comme pour lui donner raison et regarda Cage tout en se frottant contre sa maîtresse.

La soirée se déroula sur les même consonances que la journée, c’est-à-dire emplit de tendresse, de douceur, d’amour , de complicité retrouvé, de rire …. C’était comme si leur relation n’avait pas été endommagé par ces longues journée , ses longues nuits sans l’un à côté de l’autre. Retrouver ses bras durant une nuit entière était une sensation qu’elle n’avait pas oublié mais qui crié un vide chaque matin. Son odeur sécurisante, emplissait à nouveau ses poumons. Se serrant tout contre lui, elle se fichait de manquer de souffle, elle se fichait bien de le serrer peut être un peu trop fort, elle en avait besoin. Sa nuit fut des plus douce et des plus calme. Cela lui rappela cette nuit dans ce motel sordide lors de leur première pour leur parfum, elle avait ressenti cette même euphorie l’envahir. Le reveil fut léger et brulant …. Bougeant lentement, elle sentait les uv du soleil caresser sa peau. Se levant, elle attrapa le drap avec elle et s’enroula dedans. Un petit mot sur l’oreiller la rassura , il ne l’avait pas laissé seule et il allait revenir au plus vite. Zoey en profita pour aller prendre une bonne douche , laissant couler l’eau de toute sa lenteur sur son corps de nouveau anesthésié par l’amour. Cependant un bruit lui fit arrêter ses petits chantonnement. Ouvrant les portes de la douches elle tendit l’oreille pour voir ce qu’il clochait mais rien … c’était peut être le chat. Reprenant sa chanson en cour de route , elle attrapa un gel douche et transforma la salle de bain en vrai salle de concert. Enroulant une serviette autour de son corps, elle se regarda dans le miroir et un sourire perça ses yeux. Ses joues de nouveau colorés, elle respirait le bonheur. Enfilant ses sous vêtements et une chemise à Cage, elle frictionna ses cheveux dans une petite serviette tout en se rendant dans la cuisine pour se faire un café mais un nouveau bruit se fit entendre et cette fois ci dans la chambre. « Cook ? Coookiiiiie ? C’est toi ? » demanda-t-elle inquiète. Poussant la porte elle vit le chat sur le lit qui la regardait et c’est en allant vers son félin chéri qu’elle se fit frapper à l’arrière de la tête. Sonné pour le coup , elle se retourna et c’est ….. Anna qu’elle vit planté face à elle , les yeux injecté de sang ,un regard vitreux , le nez en sang surement du à la drogue .« Tu pensais réellement pouvoir me le prendre comme ça ! Il est a moi Zoey ! CAGE EST A MI ! Il est fou amoureux de moi je le sais et au fond de lui il sait que c’est moi celle qu’il aime que je suis la seule à pouvoir le rendre heureuse… » Les sourcils froncés, la brésilienne se leva un peu trop rapidement parce qu’elle fut prise d’un petit étourdissement cependant elle attrapa à la volé le drap et le noua autour de ses poings pour étrangler son adversaire mais cette dernière sorti une arme et lui tira une balle en argent dans le ventre puis une deuxième qu’elle intercepta cependant avec un bout de bois s’enfonçant dans ce dernier. La douleur fut tellement vive qu’elle s’effondra au sol . « Tu es complètement folle Anna, il ne t’aime pas… il m’aime , je l’aime et tu ne pourras jamais détruire ce qu’il nous unis ! » La brune s’avança vers Zoey un sourire sadique au lèvre, du bout de son pieds elle appuya sur la balle ancré dans son ventre. « Quand tu ne seras morte il se rendra compte de beaucoup de chose ne t’en fait pas et nous serons heureux, lui , valentina et moi ! » Une déferlement d’insultes sorti de la bouche pulpeuse de la brésilienne en aucun cas cette folle n’avait le droit de prononcer le prénom de sa fille « Tu touche à un seule de ses cheveux et je te jure que je t’arrache le cœur de mes propres doigts et arrête de te faire des illusions, tu crois sincèrement que Cage laissera une drogué s’occuper de sa fille , tu n’es rien , tu n’es qu’une junkie Anna ,une junkie dont il a pitié ! » Il est vrai que la brésilienne ne mâchait pas ses mots mais elle n’avait en aucun cas peur de cette femme au contraire et elle voulait lui montrer cependant cette dernière tira une nouvelle fois une balle en argent, dans son épaule cette fois-ci avant de la droguer la rendant aussi molle et docile qu’une poupée et c’est en la trainant comme une vulgaire chose, laissant ainsi des traces de sang et de lutte dans le bungalow qu’elle la balança dans le coffre d’un pick up l’emmenant dans un entrepôt désaffecté de la ville prête à mes à exécution son plan : TUER ZOEY.
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 9 Juil - 9:50

Les mots que prononcèrent Zoey eurent l'effet d'une bombe atomique en plein cœur. Il pouvait comprendre cet engouement à le détester alors qu'elle avait les yeux rivés aux étoiles. Une pointe d'agacement s'était enquit de lui alors qu'elle ne faisait que lui donner la réalité en face. Il lui avait fait du mal - contre sa volonté - et qu'elle dénigre ce lieu céleste tombait de la logique. Mais comment pouvait-elle penser qu'elle avait échoué à son rôle de mère ainsi que celui qu'elle tenait à ses côtés ? Bon sang mais cela le révulsait qu'elle puisse se mettre ça dans le crâne. C'était lui, avec son caractère de Mer*e, sa façon de toujours vouloir régler tout seul qui avait mit son couple dans le pétrin et pas qu'un peu, allant jusqu'à une rupture qui dura une année complète. Les sourcils froncés et le regard pénétrant, il l'observa tentant de chercher sur son visage qu'elle ne pensait pas ce qu'elle disait. Ses deux mains allèrent retrouver ses joues, elle ne pouvait pas penser une telle chose! Je ne veux plus jamais t'entendre dire ça. Tu es une maman exceptionnelle et une femme que tout homme désirerait. Crois moi, tu es un cadeau du ciel pour Nana et moi, n'en doute jamais.Ses pouces caressèrent doucement sa peau et il déposa un baiser sur son front avant de la serrer dans ses bras, la lovant délicatement contre son torse. Il ne la méritait pas, c'était un fait. Reprendre le fardeau de ses erreurs propre à lui était comme le poignarder, jamais il ne tolèrerai une chose pareille, jamais. Pour se faire pardonner, même si il sait que cela ne sera jamais le cas, il compta - en quelque sorte - ses maux et sa volonté que d'agir tout seul. Se se trouver pour mieux avancer. Zoey était la meilleur partie de Cage, celle qui le rendait meilleur I love you Mais il avait besoin de prendre le relais et de se trouver tout seul, même avec des hallucinations qui risquaient de mettre en péril cette femme bien aimée. Néanmoins, il ne put s'empêcher de sourire à ses mots. Elle était une véritable force de la nature : Ne pense pas à sauver ma peau mais la tienne. Si au bout de 10 minutes, tu vois que ça part en catastrophe et que même ta jolie voix ne peux pas me ramener à la réalité, tu galopes jeune gazelle. C'est à prendre ou à laisser. Il lui ébouriffa les cheveux en voyant cette impertinente arrogance émanée de sa petite personne. Tête que t'as What a Face

Entrés dans le Bungalow qui respirait à nouveau de la présence de son bébé, une douceur naquit dans l'air environnant comme si tout objet, tout espaces confinés reprenaient vie et cela, n'était du que par la présence de son bébé. Parfois, on pouvait avoir une magnifique maison, un mobilier riche et guttural, il ne suffisait qu'une seule chose pour que tout reprenne de sa couleur, de la vie. Se sentant ouvert et prêt à faire des efforts incommensurables, il dicta à Zoey des passions développées durant son absence et il fut surpris qu'elle lui rétorque qu'elle avait pratiqué le piano. Son visage s'écarta du sien et il se mit à rire replaçant une mèche de cheveux encore humide derrière son oreille, il haussa les sourcils de fois de suite, un air appréciateur dans son regard : Tu ne m'en voudras pas de te demander de m'en jouer un morceau ... Peut être pourrais-je t'accompagner à la guitare, qui sait ?Il scella l'instant d'un baiser et lui offrit une surprise de taille, enfin c'est la surprise qui vint à eux. Une boule de poil qui n'avait résisté à l'appel de Zoey, qui était là. Leur corps se décollant l'un de l'autre, il avait presque envie de maudire ce chat à la mine narquoise, comme son maître What a Face et mit ses mains dans les poches de son short, pour contempler les retrouvailles. Il y ajouta une touche d'humour qui s'avérait vrai et il se fit directement pointer du doigt, enguirlandé et quand il perçut la boule de poile le regarder presque en le narguant, Cage plissa les yeux en murmurant : J'aurai du te noyer ...

La nuit était tombée, les étoiles avaient prit place dans le ciel sombre mais encore chaud de la journée. Quel bienêtre se fut pour lui de retrouver son bébé, dans ses draps, sa chambre, à ses côtés pour une nuit entière. Zoey s'était accrochée à lui toute la nuit et comme pour la protéger, ses bras avaient servit de remparts sur son corps. Cette nuit, elle lui appartenait et il espérait de tout cœur que cela n'en serait pas la dernière. Cage trouva le sommeil rapidement, aux côtés de Zoey, c'était un effet immédiat qu'il adorait ressentir. L'apaisement tant recherché était bel et bien là et c'est en ouvrant les yeux, tôt dans la matinée qu'il se prit pour un étalon parfait. Déposant un doux et frêle baiser sur la tempe de Zoey qui dormait paisiblement, il se releva à pas de loup, s'extrayant du mieux qu'il le pouvait de ses bras qui l'entourait. Il aurait pu être égoïste, la garder précieusement au creux de ses bras et ne pas remplir cet estomac qui serait affamé à son réveil, mais la galanterie l'emporta.
Ne prenant pas de douche pour ne pas la réveiller, il enfila le pull qu'il portait la veille avec un short assez ample, glissa ses pieds dans ses tongs --' et se dirigea vers la sortie tout en prenant ses clés de voiture. Refermant la porte doucement, il avait le sourire aux lèvres et se soleil qui faisait son apparition prétendait à une bonne journée. La vie reprenait son cours normale, il ne manquait plus que nana et il était bénit. Se rendant chez le boulanger, il prit deux confiseries de toutes les disponibilités disposés sur l'étalage. Il prit 4 pains pour Zoey, oui il voulait la voir décortiqué ses pâtisseries comme elle faisait autrefois. Au départ, il avait trouvé cela bizarre mais à présent, il voulait revivre TOUT ce qui la résumait.
Avec ses vivres, il retourna à la voiture, prêt à être le parfait homme pour son bébé lorsqu'elle se réveillera. Put*in, si on lui avait dit qu'il ferait dans la niaiserie ... Roulant d'une allure assez lente et profiteuse du paysage, il fronça les sourcils en se rapprochant de chez lui. Il pouvait sentir tout un tas d'odeurs qui s'élevaient de sa maison et trois en furent très inquiétantes. Le sang de Zoey. L'argent. Anna. Accélérant la vitesse de on bolide, il fit un dérapage contrôlé devant son bungalow, complètement prit de panique. Ouvrant la porte de sa bagnole, il la laissa ouverte et courra jusque dans le salon : Zoey ? ZOEY ? Tu es là ?Son coeur battait à tout rompre, prêt à éclater, chassant au mieux ses odeurs qui lui martelèrent son odorat et c'est quand il pénétra dans la chambre qu'il vit au sol les tâches de sang, les odeurs qui devinrent réellement féroce à son odorat. Ses canines sortirent instinctivement de ses gencives. Son front était barré d'une veine bleu, une colère démoniaque s'empara de Cage, les poings serrés en regardant le petit mot qui avait été soufflé au sol, il frappa du poing contre son mur qui se fissura en hurlant à la rage. Pourquoi lorsque tout allait bien, les problèmes arrivèrent ? Dans un élan sauvage, il se rendit dans sa penderie et enregistra un code sur un petit boitier enfuit à l'intérieur d'un tiroir. Celui-ci s'ouvrit et Cage s'arma de deux flingues dotés de balles en argent, un cran d'arrêt et deux grenades ôO. Il avait l'âme d'un guerrier prêt à détruire tout ce qui lui avait prit Zoey. Il changea son short et mit un jeans pour y enfuir ses armes et troqua ses tongs contre des baskets qui l'aideraient à courir vite même si sa condition de vampire pouvait s'en passer. N'attendant pas plus d'une seconde, il s'engouffra dans sa voiture et alluma le moteur. Ses instincts de prédateurs se mirent en route et en fermant les yeux, il chercha les effluves de son bébé et il n'eut pas de mal à les retrouver. Ses yeux vifs et pleins de haines, de peur et de rage, il tourna le volant et démarra sur des chapeaux de roues. Sans savoir où il se dirigeait, il prit la route en brulant les feux rouges, oubliant tout ce qui avait sur son chemin. Tuer voilà le premier mot qui lui vint à l'esprit. Voyant au loin un entrepôt désinfecté, il ralentit le moteur de sa voiture à des mètres de l'endroit. Comme un reptile, il se faufila dans les environs, une arme à la main. Il avait sentit l'odeur de Anna mais c'était normal, elle habitait dans son bungalow, jamais il ne penserait que c'était elle l'origine de ce kidnapping. Sautant sur le toit de l'entrepôt, il fit tout silencieusement pour se rendre dans l'énorme pièce vaste et poussiéreuse. Et l'horreur le frappa littéralement sur place. Zoey, assise sur une chaise, la bouche bâillonnée et ses mains emprisonnées par un fil de fer barbelé oO. Son épaule saignait ainsi que sa jambe. Put*in! un grognement sortit d'entre ses lèvres et descendit d'un étage, comme un félin cette fois-ci prêt à aller la délivrer mais une voix l'arrêta, choqué : Sais tu ce qui me pousse à une telle violence ? A une telle envie que de te déchiqueter en petit morceau ? Anna passa derrière Zoey et lui attrapa la crinière pour qu'elle relève la tête, C'est moi qui l'ai vu dépérir alors que tu passais du bon temps avec ton petit Julien. C'est moi qui l'ait sauvé de ses hallucinations qui le poussaient au suicide. C'est moi qui lui ai donné un objectif dans la vie, d'ouvrir son garage. Mise à part le détruire, qu'as tu fait TOI ?! Tu ne seras jamais en mesure de lui donner ce que moi j'ai pu lui offrir. Je suis prête à lui donner ma vie pour qu'il soit heureux, je suis prête à tout les sacrifices du monde alors que TOI ... Elle lui planta un couteau dans la cuisse. Tu n'es que celle qui est destinée à le détruire ... Elle se mit à rire, empreinte d'une folie inouïe et psychopathe. Cage était outré mais son grognement envahit la grande pièce lugubre et insalubre. Ses deux pieds retombant au sol firent écho et Anna se retourna vers Cage, tellement aveuglée par sa rage, elle ne l'avait pas vu venir. Cage pointa son arme vers la brune, avançant prudemment vers elle : Libère là Anna, tout de suite. Laisse la s'échapper et revient à la maison avec moi. Anna se mit à avoir des larmes aux yeux et dit d'une voix douce, presque câline : Tu veux me tuer Cage ? Tu sais que c'est ELLE qui t'a fait du mal, jamais de la vie je t'en ferai. Jamais ... Cage jeta un regard vers Zoey et son regard revint vers Anna : Jamais je ne te tuerai, pourquoi ferais-je cela alors que tu es celle qui m'a sauvé Anna ... Non, c'est elle que je vais buter. Et il pointa son arme vers Zoey, jouant au jeu machiavélique de l'homme qui écoute l'agresseur.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 9 Juil - 16:20

La douleur dans sa jambe et dans son épaule était de plus en plus lancinante, un peu comateuse du à l’argent qui se répandait dans son corps petit à petit, elle n’eut même pas le courage de crier ou quoi que se soit. De sa jambe valide elle tatillonna l’intérieur du coffre à la recherche d’un objet coupant afin de se libérer des attaches qui la ligotait de manière douloureuse. Serrant les dents, elle ramena vers elle un …. Stylo ? Tapant sa tête contre le sol du coffre , elle l’attrapa dans une de ses mains tout de même sait-on jamais. La vitesse diminuait de plus en plus jusqu’à ce qu’Anna fasse un dérapage sur un parking ce qui propulsa Zoey contre l’arrière de la voiture. Un cri voulu s’échapper d’entre ses lèvres mais elle se retint afin de ne pas montrer la douleur qui la submergeait. Zoey ne voulait pas paraitre faible devant cette femme qui aimait l’homme de sa vie , elle avait une fierté à tenir et montrer ses faiblesse n’était pas dans ses habitudes. Le soleil frappa aveuglement Zoey en plein visage et se fut une Anna encore plus hystérique et délirante qui se pointa devant cette boule brillante. « On va s’amuser toute les deux tu vas voir , toi qui à l’habitude d’être la star des podium je te promet que tu seras au centre de toute les attentions une dernière fois. » Un rictus mauvais se dessina sur les lèvres de la jeune femme avant qu’elle n’empoigne la brésilienne par les cheveux la trainant dans un entrepôt désaffecter ou toute civilisation semblait proscrit. Une fois à l’intérieur, la jeune femme jeta Zoey sut une chaise posé dans une flaque d’eau et c’est à cet instant qu’elle en profita pour planter le stylo dans le thorax de la jeune femme. « Tu y crois sincèrement que tu vas pouvoir t’en sortir avec un bic ? Qu’elle naïveté ma chère je te pensais plus intelligente que ça » Un grognement sourd sortit tout droit de la gorge de la brésilienne. « Et quoi, tu as peur de moi que tu m’attaches comme ça ? Voyons Anna tu sais très bien que je suis bien plus forte que toi , tu as peur de moi avoue le … » L’arrogance dont elle faisait preuve lui fit recevoir une claque en plein visage … et comme seule réponse, elle fut bâillonné de nouveau et réduit au silence par un tissue préalablement bien enfoncé dans sa bouche coupant même les extrémités de ses lèvres. Regardant la jeune femme préparer une sorte de seringue qu’elle tapota ensuite contre son ongle , elle tenta d’échapper à cette femme qui tentait de la droguer. Cependant, elle ne put rien faire et elle sentit un liquide parcourir ses veine à la seconde suivante ce qui lui valut quelque étourdissement … C’était pas croyable , jamais elle n’aurait pensé qu’une telle chose allait se produire après de telle retrouvaille. Elle savait cette femme folle mais pas à ce point là. Engourdie par le liquide et l’argent qui se propagé dans son corps, sa tête vacillé d’avant en arrière sans qu’elle ne puisse la contrôler. « Tu as peut être quelque chose à dire, des excuses à me faire peut être ! » dit-elle en montrant une certaine cicatrice dans son cou que Zoey lui avait faite avec un certain pendentif au restaurant il y’a maintenant quelque mois de ça .. « Détachement moi alors …. » tenta-t-elle d’articuler assez difficilement. La jeune femme prête à revoir des excuses, lui enleva ce tissus qui lui avait fait saigner les lèvres et après quelque mouvement de lèvres histoire de les sentir à nouveau , Zoey lui cracha dessus. « Tu croyais vraiment que j’allais m’excuser espèce de taré ! » Anna regarda son pied et tout en relevant le visage vers Zoey , cette dernière lui administra une claque en plein visage . Le visage tournait par la force et la violence du coup qu’elle venait de recevoir elle cracha de nouveau mais du sang cette fois-ci . « C’est facile de frapper quand on tiens quelqu’un en captivité et qui plus est attaché, c’est tellement pitoyable . Tu sais que tu ne fais pas le poids sa n’a aucune valeur. » La brésilienne voulait mettre la jeune femme à bout , peut être allait-elle la détacher … apparemment non et se fut un coup de couteau qu’elle reçut en pleine cuisse, la lame semblait être en argent vu la douleur qu’elle éprouvait surtout que cette dernière laissa planter le couteau qui s’était enfoncé dans sa chair. « FERME LA MAINTENANT ! » Le regard de Zoey se fit souriant , elle commençait à céder. « Quoi tu n’acceptes pas la vérité ? Tu vis dans un monde parallèle … dis moi , tu as déjà senti les mains de Cage parcourir ton corps , senti son souffle chaud caresser tes lèvres, ses doigts se faufiler le long de ton dos , de tes jambes, les frissons sur sa peau quand tu le touches ? » Les poing d’Anna se fermèrent et des veines en sortir. « SALOPE » Alors qu’elle allait lui injecter une nouvelle dose de poison ? , un bruit sourd de fit entendre et se fut un Cage plus dangereux que jamais qu’elles virent dans la pièce. Le regard de Zoey se fit plus chatoyant , lui demandant de l’aider. Néanmoins, elle ne s’attendit pas à ses paroles, même si elle savait que c’était pour mieux la sauver, elle n’aimait pas entendre ce genre de chose mais au regard de Cage elle comprit qu’elle devait entrer dans son jeu. « T’attend quoi Thurner tue moi ! C’est-ce que tu voulais non ? Ces retrouvailles n’étaient qu’un leurre non ? Alors mon lapin t’attend quoi ? Que l’autre drogué soit en manque ? »
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Lun 9 Juil - 17:54

Jamais il n'aurait cru que Anna dériverait autant vers la folie. Pourquoi ne l'avait-il pas prévu ? Zoey l'avait prévenu. Pour lui, c'était impossible. Elle avait été autrefois un équilibre, une bouée de sauvetage alors que la vie lui tournait le dos. Il lui devait beaucoup mais aujourd'hui, maintenant dans cette entrepôt, le chamboulement s'empara de lui. Zoey était dans un tel état que Cage changea littéralement de visage. Prenant un air sauvage, presque inhumain, il descendit d'une bonne hauteur pour se rendre non loin de cette femme qui avait kidnapper Zoey. Put*in! Elle était sa meilleure pote quoi ... Il s'avança prudemment de la scène qui l’écœurait hautement en prétendant que Anna et lui allaient repartir ensemble, dans le Bungalow. Il devait la jouer de cette manière, il n'avait pas le choix. Des sociopathes pouvaient changer de comportement à tout moment et autant leur donner quelques minutes de bonheur, à leur folie, pour mieux les déstabiliser par la suite.

Le regard de Anna était brillant et il fit semblant d'avoir une moue compatissante et rassurante mais ce qu'il voulait absolument, c'était de libérer son bébé. Pointant son arme sur Zoey, il tenta de garder un calme olympien pour ne pas montrer cette détresse dans ses yeux, de l'état dans lequel elle était. Alors que la victime criait de le tuer, il n'aurait jamais cru que ses mots allaient le toucher autant. C'était une sorte de scénario, certes mais Mer*e quoi --' D'abord, je vais te détacher et ensuite je te tuerai. Je préfère quand mes proies sont pleines de dynamisme pour s'échapper. Le sourire qu'arborait Cage était sévèrement cruel. D'ailleurs, il ne savait pas d'où il tenait ce côté un peu abrupte et terriblement sadique et sanglant, c'était comme si il était quelqu'un d'autre depuis que cette colère s'était emparée de lui. S'avançant doucement, il se pencha peut-être un peu trop hâtivement pour détacher Zoey car avant même qu'il ne touche quoi que se soit, Anna le pulsa d'un énorme coup de pieds : Tu pensais pouvoir me berner Thurner ? Vraiment ? Les yeux noirs de Cage se soulevèrent vers la voix qui lui parlait et sa tête se pencha, les sourcils arqués et commença à se dire que les poings allaient voler ... ET c'est Anna qui donna le premier coup que Cage évita à la perfection en se roulant sur le sol. Il se remit debout tel un félin agile, et la regarda avec un sourire : Tu ne seras jamais Zoey, qu'est ce que tu as pu imaginé ? Regarde toi, toute la drogue que tu as prit te rend complètement dingue ... De derrière son jeans, Anna sortit un flingue et tira à bout portant dans la direction de Cage, 5 balles fusèrent alors qu'elle marchait vers lui décidée de le buter. Il les évita tant bien que mal, même si l'une d'elles lui frôla le bras et dés il se posa en hauteur, alors qu'elle tirait encore : Tu ne sais même pas visé ... Cage fit un bond, il sauta derrière Anna et lui prit son arme en lui faisant une prise technique qui lui retenait ses bras. il la tint contre lui, le dos de Anna collé à son torse. Il jeta l'arme au sol avec laquelle elle avait essayé de le tuer et lui parla à l'oreille : Pourquoi ?! POURQUOI ANNA ?!, la femme se mit à pleurer à chaude larme. Elle regarda Zoey avec les larmes qui lui coulaient sur les joues : Elle t'a eut Cage, c'était moi qui était destiné à t'aimer, pas elle ... Cage ferma les yeux. Le soupçon sauvageon en lui était toujours présent mais ce n'était pas n'importe quelle femme qu'il avait entre les mains, c'était son amie qui l'avait rassuré quand il pensait Anna morte, qui l'avait aidé dans la construction de ses projets. Cette même femme qui lui avait donné un espoir en l'avenir et pourquoi venait elle de tout foutre en l'air ? Fais lui des excuses Anna, tout de suite ... , Anna rétorqua en hurlant : Jamais! JAMAIS DE LA VIE!. Cage répondit : Pour moi, sil te plait ... La jeune femme se mit à sangloter plus fort et trembla entre les mains de Cage qui la tenait fermement pour ne pas qu'elle se projette dans un combat acharné, prête à le tuer. Résolue, elle baissa la tête : Je ne peux pas Cage ... Je ne peux pas ... Les iris de Cage prirent une teinte si noir qu'elles lui brulaient. D'un mouvement fluide, habité par un sentiment enragé, il lui tira la tête en arrière et prit sa dague dans l'arrière de son jeans : Je suis désolé ... Pars en paix. et la lame du couteau sous la gorge de Anna, glissa brutalement contre sa peau. Cage venait de l'égorger. Lâchant sa prise sur Anna, il la regarda tomber au sol, le visage extrêmement froid et dur, une impassibilité qui était pire que jamais. Et quand le vrai Cage revint à la surface, il tourna son visage vers Zoey et lui libéra la bouche pour se hâter ensuite à lui délier les mains : Tout va bien se passer ... Je te ramène à la maison. Cage tremblait légèrement et rattrapa Zoey avant qu'elle ne tombe comme une masse. La prenant dans ses bras, il regarda l'étendu des dégâts et ses yeux s'arrondirent légèrement. Je vais te soigner, tout ira bien. Je te le promet ... . Les mots lui manquèrent. Dans ses bras, il la serra contre lui ... Put*in ... Passant devant le corps de Anna, il s'arrêta un petit peu. Il n'aimait pas faire ça mais il était obligé, si il ne voulait pas que les humains s'affolent de voir une femme égorgée et qui plus est "vampire". Il reprit sa marche et dés qu'il sortit de l'entrepôt, il dégoupilla les deux grenades qu'il avait dans sa poche et les balança dans l'entrepôt avant de rejoindre sa voiture à toute vitesse ...

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Mar 10 Juil - 11:53

Le regard accroché à celui de Cage, elle fronça les sourcils comme pour lui faire comprendre qu’elle avait compris ce qu’il tentait de faire. C’est pourquoi la jeune brésilienne entra dans son jeu. Elle n’allait pas jouer la victime bien au contraire. Un rire s’échappa d’entre ses lèvres en entendant le grand brun. « Ouh j’ai peur du grand méchant vampire … » Répondant à son sourire avec arrogance, elle le regarda tout en se mettant à l’aise sur sa chaise comme elle le pouvait, attendant sa sentence comme avec plaisir. Elle le savait, jamais il ne lui ferait du mal, mais son caractère la poussé sans cesse dans des retranchement, lui permettait de franchir certaine limite qu’elle ne devrait pourtant pas. Lorsqu’il se pencha pour la détacher, elle lui glissa un merci dans un souffle chaud , à l’instant ou son cou avait côtoyer sa bouche. Cependant, se ne fut que de quelque seconde puisqu’Anna, attrapa Cage par les épaules et le propulsa au sol d’un coup de pied agilement bien placé. Un grognement sorti de la gorge de Cage et c’est avec une œillade en direction de Cage qu’elle montra son inquiétude pour lui. Ligoté sur sa chaise, la douleur se faisait de plus en plus lancinante, elle n’était plus physique, elle était aussi visuelle , voir Cage se prendre des coups était bien pire et c’est comme elle pu qu’elle l’aida en lui donnant des indications sur les point sensible qu’il pouvait toucher pour paralyser Anna ou bien même par ou elle arrivait afin qu’il évite ses attaques le mieux qu’il pouvait. Cependant , la dernière injection qu’Anna lui avait donné était bien plus puissante que les précédente et cette impression que son cœur allait sortir de sa poitrine se faisait de plus en plus puissante. C’était un calvaire des plus drue et c’est pourquoi elle ne résista plus et se laissa aller dans un semi coma. Sentant les liens qui la retenait prisonnière se défaire , elle ouvrit les yeux à moitié complètement à l’ouest. « Caaaaage … sa me brule de l’intérieur j’en peux plus …. » A présent dans ses bras, elle se laissa choir contre lui, assommé. « Je te l’avais …dit… cette femme est taré Cage » c’est sur ces mots, qu’elle ferma à nouveau les yeux ne pouvait plus combattre contre ce liquide en argent sillonner ses veines avec ardeur. En effet son corps avait subit de nombreuse séquelles. Ses lèvres étaient fendus par le tissus qui avait était enfoncé dans sa bouche , ses poignets étaient entaillés par les files barbelés, dans sa jambe et dans son épaule était logé des balles en argent et qui plus est Anna lui avait injecté de l'argent dans le sang. Autant dire que Zoey n'était pas dans sa plus grande forme au contraire. Jamais elle n'aurait cru avoir à vivre cela, surtout après l'avoir enfin retrouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Dim 15 Juil - 14:16

Alors qu'ils partaient de l'entrepôt qui brûlait à présent, Cage ouvrit la portière passagère de sa voiture pour y faire entrer avec toute la délicatesse possible, son bébé qui demeurait inconsciente dans ses bras. Il regarda toutes ses blessures et son envie que de frapper du poing était présente, il avait une envie féroce que de démonter tout ce qu'il avait entre les mains. Hors, ce n'était pas le moment de jouer au démolisseur, la survie de Zoey dépendait de lui. C'est bien dans cette optique, qu'il se hâta de démarrer et de conduire comme un fou ( en faisant attention à ne pas faire tomber Zoey de la banquette hein --' ) pour se diriger vers l'hôpital. What a Face Ouai, récemment; il avait remarqué quelque chose d'incroyable chez elle ... Son humanité encore présente. Son sang qui lui faisait encore de l'effet; comme si elle n'avait jamais été vampire. Sa soif de sang qui n'était jamais présente et qui ne la rendait pas "folle". Tout en elle, lui rappelait l'humaine qu'elle avait été autrefois, avant qu'il ne la transforme sur le lit d'hôpital. Il savait que les médecins pourraient y voir que du feu.

Arrivés devant les urgences, il prit son bébé dans les bras et un homme l'encadra directement en lui demandant toutes les informations nécessaires, et d'entrée Cage essaya de couvrir son satut de vampire. Agression à l'argent et elle est allergique. Inconsciente depuis maintenant 9 minutes, elle respire à peine. Ces derniers mots sonnaient grave avec un brin de tremblement dans la voix. Il paniquait énormément et dés que la civière arriva, il chopa l'épaule du médecin pour le retourner face à lui, les yeux dans les yeux, il l'hypnotisa : Si tu découvres UNE seule anomalie chez elle, tu le garderas pour toi et tu feras TOUT pour la sauver. Tu piges ? Je veux que tu sois le seule à t'occuper d'elle et si quelqu'un tente de pénétrer dans la salle d'opération, je te buterai de mes propres mains. Quelque peu dans les vapes, le médecin acquiesça et déambula dans les couloirs avec Zoey dans la civière. Il cria haut et fort tout ce dont il avait besoin pour la sauver : Je ne veux personne avec moi dans la salle vous m'avez compris! c'est une VIP et c'est moi qui en ait la responsabilité --' Les infirmières le regardèrent étrangement mais n'en dit rien. Elles préparèrent Zoey dans la salle et au moment de passer à l'action qui n'était autre que la sauver; tout le monde sortirent. Seul Cage restait dans avec le docteur en chef qui ne paniquait pas mais qui avait juste une seule envie, faire correctement son travail.

Il se chargea de lui donner des antibiotiques ou un truc du genre xD pour que le feu cesse dans son corps tout en lui faisant une dialyse, avec du sang nouveau qui lui coulait dans les veines; Il se chargea de lui recouvrir les plaies de points de suture après avoir tout désinfecté alors que Cage resta à ses côtés. Au bout de deux heures de travail, il l'emmena dans une chambre, encore endormie et la tension baissa instantanément. Elle était saine et sauve, du moins il le pensera réellement quand elle ouvrira à nouveau les yeux.

dans le coin de la chambre, Cage se posa sur une chaise afin de prendre place et attendre son réveil. Les yeux clos, Cage repensa à tout ce qui venait de se passer et une question lui titillait l'esprit. Devait-il prévenir Julien ? C'était la moindre des choses non ? Avait-il des contacts au sein de cet hôpital pour que la venue de Zoey lui parvienne aux oreilles ? Il n'en savait rien mais cela ne l'étonnerait pas. Il était un ami fidèle de Giovanni et ce petit merdeux avait un sacré bagage de connaissance dans le répertoire. Peut-être devrait-il attendre qu'elle soit réveillée, il le lui demandera mais une chose était certaine, c'est que encore une fois, de SA faute, Zoey venait de subir des conséquences telles qu'elles l'ont emmené dans une chambre d'hôpital ... Sa poisse était toujours là et il en avait juste MARRE.

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Juil - 1:42

Les douleurs se faisaient encore lancinantes. Les dents serrés, elle tentait juste de ne pas alarmer Cage de son état mais bon dieu qu’elle avait mal. Sentant l’argent arpenter ses veines, ses doigts se serrèrent autour du cou de Cage sans même s’en rendre compte. L’impression de bruler de l’intérieur était pire que tout, elle avait cette impression de revenir au moyen âge, lorsque les femmes accusés ou susceptible de pratiquer de la magie noir se faisaient bruler vive sur la place du village. Au final, c’était un peu la même chose, Zoey n’était plus humaine à proprement parler … Bref, les idées un peu flous , elle se laissa aller dans un sommeil profond pour ne pas dire un léger petit comas , des images de buchers plein la tête. C’était pour dire, la douleur qui la consumait en cet instant. Tout à coup un sentiment de froideur la prit , sans crier garde. Les bras protecteurs et sécurisant de Cage venait de la laisser s’échapper. Doucement ses lèvres s’entrouvrirent , voulant lui dire que non elle ne voulait pas qu’il la lâche qu’elle avait besoin de lui en cet instant, que ses bras autour d’elle lui permettait de faire face à la douleur mais un simple souffle remplit de douleur s’échappa de sa bouche.

Quelques instant plus tard, une odeur nauséabonde la frappa, une odeur qu’elle détestait par-dessus tout. Tout à coup ses paupières s’ouvrirent, façon revenante et sa main attrapa le poignet de Cage. « Je veux pas , on peux pas ramène moi » dit-elle dans un râle douloureux.. Prise en charge par tout un tas de médecin, ses yeux vacillèrent d’un visage à un autre, ne reconnaissant personne , sa main tâtonna les barreaux en fer du lit à la recherche d’une seule main , de la seule main qu’elle voulait sentir dans la sienne , celle qui allait la soulager, lui faire passer le mal qui l’engourdissait. Une lumière blanche l’aveugla sans crier garde, ses paupières se fermèrent donc automatiquement pour ne s’ouvrir que quelque heures suivantes. Un tuyaux accrocher à son poignet, un masque sur les lèvres pour combler le manque d’oxygène qu’elle avait, sa main tenta de l’arracher, chose qu’elle arriva facilement à faire mais qui la mit directement en difficulté pour respirer , mais c’était une chose qu’elle détestait. « je veux partir …… » dit-elle difficilement. Prête à tout pour quitter cette endroit dont elle avait horreur , elle appuya directement sur le bouton pour les infirmières histoire de les hypnotiser sachant que Cage ne voudrait pas la laisser sortir. Surprise de voir la personne qui entra dans la salle, elle se força à se relever légèrement pour pouvoir voir le chirurgien qui l’avait opérer dans les yeux. Attrapant son poignet ferment dans sa main malgré la force réduite dont elle faisait preuve elle articula doucement ces quelques mots « Vous …. Vous allez me … laisser sortir maintenant. Enlevez moi toutes ses choses j’en … peux plus. » Il est vrai que la brésilienne se demandait réellement si l’hypnose qu’elle venait de pratiquer aller fonctionner pour la simple et bonne raison qu’elle avait eu du mal à articuler ses dernier mots et que l’énergie qu’elle avait habituellement n’était pas présente. Son regard se tourna discrètement vers Cage se demandant si il n’allait pas l’enguirlander mais de toute façon c’était sa décision, elle n’aimait pas les hôpitaux, il le savait et pourtant il l’avait emmener dans cet endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Cage C. Thurner

avatar

MESSAGES : 6971
LOCALISATION : Avec Poto, surement.
TU FAIS QUOI ? : Mécano

Votre Personnage
GROUPE :: Born to die
DON :: Hypnose, rapidité et force.
MOI:: Arrogant, silencieux, foufou avec poto et un tantinet alcoolique ....

MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   Sam 21 Juil - 15:01

Tout avait été très vite. Entre Zoey qui se faisait kidnapper par son amie et Zoey qui était dans ce lit d'hôpital. Cage n'avait pas su se rendre compte de la situation, du désastre qu'ils venaient encore de vivre comme si c'était constamment une poisse qui régnait au-dessus de leur tête. Anna, son amie qui avait torturé Zoey, cette dernière qui était maintenant dans un lit d'hôpital, avec du sang nouveau qui régénérait ses blessures. Put*in mais pourquoi le foutre encore dans un tel merdier ? Pourquoi avoir mit Zoey une nouvelle fois en danger ? Quand est-ce que cela allait s'arrêter ?

La main de Zoey avait accroché le poignet de Cage, criant dans la douleur qu'elle ne voulait pas être ici, dans cet hôpital. Cage n'avait pas eut le choix et il en assumerait la crise qu'elle lui ferait.Il était le premier à dire qu'on avait tous le choix, que toutes les décisions nous appartenaient, hors en cet instant, il n'avait pas eut le choix que de l'emmener ici, pour qu'elle soit saine et sauve. Dans le fauteuil à proximité de Zoey, il s'était assis avec les bras croisés, les yeux fermés, attendant que son bébé se réveille. Les draps se froissèrent et son oeil s'ouvrit sur la silhouette de Zoey qui tentait de tout arracher. Pouvait-il lui en vouloir ? Il se redressa alors qu'une infirmière déambula dans la chambre, elle tenta de l'hypnotiser mais elle n'avait pas assez de force pour un tel acte et cela ne marcha pas. L'infirmière tenta de la coucher à nouveau et Cage du intervenir avant que Zoey trouve la force de coller à la jeune femme un bon droit en pleine face. Il se leva et posa une main sur l'épaule de la jeune femme qui se retourna. Il pencha la tête, l'hypnose en action : Allé retrouver vos collègues et ne vous pré-occupez plus d'elle. Je m'en charge. Nous allons sortir de cet hôpital et vous oublierez que nous sommes passés. Buvant les mots de Cage, l'infirmière acquiesça et retourna à sa popote dans les autres chambres. Cage posa ses fesses sur le bord du lit et regarda Zoey droit dans les yeux : Reste encore un peu, prend ce sang et ensuite on partira. Il parlait de cette transfusion de sang que le baxter lui donnait et qui était resté accroché à son poignet. Il ne l'avait pas protégé contre Anna, il se devait bien de faire le nécessaire pour qu'elle aille mieux non ? c'était logique ... Enfin. Il ne regardait pas Zoey, les sourcils un peu froncés et il remettait la couverture sur elle, le coussin convenablement derrière son dos. Et il se mit à murmurer : Je suis désolé ... Je n'ai rien vu venir. Je n'aurai jamais du te laisser seule ce matin. je ne savais pas qu'elle était capable de ça ... Il sentait que Zoey devait s'énerver sous ses gestes à la remettre en place alors qu'elle voulait partir mais il voulait aussi qu'elle comprenne qu'elle en avait besoin et que chez lui, il n'avait pas de quoi la protéger --'en fait, il ne savait plus trop quoi faire car tout ce qu'il entreprenait, ça partait à la dérive, loin - loin. Peut-être que si il devenait quelqu'un de "rationnel" et convenable, les problèmes s'éloigneront ? Put*in, chelou cette prise de tête. Devenir quelqu'un de normal, celui qu'il a été dans le dépôt lui a fait peur et que Zoey ait faillit mourir dans ses bras venait de le réveiller de cette vie totalement illogique qu'il vivait. Cage paumé - faible - avec un tas d"emmerdes tout le temps. Pas étonnant que Zoey n'ait que des soucis en sa compagnie .... Il se redressa, et mit ses mains sur les hanches : Je vais aller te chercher un truc à manger ... faut que tu manges ... il avait l'air décidé, ouai, devenir un mec normal et protéger Zoey de tout ces décisions dans la vie. --'

_________________



« Faites attention, les Potos sont là. »
“- Vous voulez un whisky ?
- Oui juste un doigt.
- Vous voulez pas un whisky d'abord ?”© .bizzle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'intérieur de Thurner.   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'intérieur de Thurner.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» réglement intérieur
» La Campagne de l'Ennemi intérieur Warhammer V2 ou V3
» mon petit jardin d'intérieur
» Slack en intérieur ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
✩ HIGH LIBERTY SCHOOL :: RP-